Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'administration en sursis
Rentrée scolaire à Béjaïa
Publié dans El Watan le 12 - 09 - 2017

La rentrée scolaire 2017/2018 a connu un déroulement serein dans sa première semaine.
«Dans l'ensemble, la rentrée s'est déroulée dans de bonnes conditions, puisque nous n'avons enregistré aucun mouvement ni préavis de grève menaçant de compromettre cette rentrée scolaire», a affirmé Bader Brahim, directeur de l'éducation de la wilaya de Béjaïa, qui nous a reçus dans son bureau.
Pour étayer ses propos, le responsable a expliqué que «le paramètre qui a permis d'évaluer cette rentrée est surtout l'absence de mouvements sociaux, qui, d'habitude, perturbent quelque peu la scolarité des enfants», avant de se féliciter de n'avoir enregistré, en ce début de l'année scolaire, aucune plainte «de la part des partenaires sociaux avec lesquels de nombreux problèmes ont été réglés, à l'image des dossiers des contractuels et des retraités».
Mais cette sérénité risque d'être perturbée par des problèmes d'ordre social et pédagogique, en dépit des moyens qui ont été mis à la disposition des apprenants.
Contrairement à ce que la ministre de l'Education a affirmé dans la presse, de nombreux projets de construction d'établissements scolaires susceptibles de faire face au problème de la surcharge des classes sont gelés dans la wilaya de Béjaïa.
Selon les chiffres de la direction de l'éducation, un programme consistant en la réalisation de 11 écoles primaires, 2 cantines scolaires et 7 établissements de l'enseignement moyen est bloqué.
Concernant les infrastructures parascolaires, trois projets de réalisation d'aires de jeu, de deux demi-pensions (réfectoire) et de trois UDS (unité de soin scolaire) sont également gelés dans le cadre de la politique d'austérité prônée par le gouvernement. Pour rappel, le secteur de l'éducation dispose d'une vingtaine d'UDS qui couvrent 75% des établissements scolaires à travers le territoire de la wilaya.
D'autres soucis pourraient refaire surface au cours de cette année. Il s'agit du problème de l'amiante soulevé par les parents d'élèves du technicum d'Iheddaden, dont le replacement de l'établissement tarde à venir, pour ne citer que cette affaire qui a marqué l'actualité locale l'année passée, au côté du récurrent problème de transport dont souffrent les élèves des zones rurales et dont la responsabilité incombe aux APC.
L'offre de l'administration, qui a été rendue publique par la cellule de communication de la wilaya, n'est pas de nature à renforcer le secteur en matière de places pédagogiques. D'après la même source, «deux nouvelles écoles primaires seront ouvertes au niveau de la commune de Béjaïa et d'Amizour, la réception d'un CEM à Tiniri, dans la daïra d'Akfadou (sans préciser la date de mise en service) et un lycée dans la commune de Toudja, daïra d'El Kseur».
Par ailleurs, plus de 187 700 élèves, tous paliers confondus, ont repris le chemin de l'école et sont encadrés par 13 283 enseignants.
Un nombre qui pourrait régler le problème de la vacance des postes dans les écoles. Ce chiffre est, en outre, conforté par la liste d'attente locale qui compte pas moins de 964 noms dans les trois paliers et dans laquelle la DE peut puiser en cas de besoin. «Nous pouvons également faire appel à la liste d'attente nationale après épuisement des listes locales», souligne notre interlocuteur.
Toutefois, l'encadrement administratif enregistre toujours un déficit estimé à 81 cadres. Sur ce chapitre, le recrutement n'a pas été à la hauteur des besoins réels. «Nous serons obligés de parer à ce manque en chargeant des fonctionnaires de missions de 7 proviseurs manquants dans les lycées et la substitution de 36 cadres dans chacun des paliers du primaire et du secondaire», préconise le directeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.