Covid19: l'ANP s'est tenue aux côtés du peuple en engageant toutes ses ressources    Cessez-le-feu mondial: le SG de l'ONU déplore l'absence de concrétisation    160 nouveaux cas confirmés et 6 décès enregistrés en Algérie    Ouargla/Covid-19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    PLFC 2020: des députés émettent des réserves sur la hausse des taxes sur les carburants    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Irresponsables !    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Ottawa veut renforcer sa coopération avec les pays africains    Porsche décline la 911 Targa    The mask    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Un nouveau baby-boom algérien    Le monde se déconfine à l'approche de l'été    L'exemple de l'Algérienne des Eaux de Mascara    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Théâtre régional de Constantine : Représentations virtuelles    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Les raisons d'un malaise    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    Pas de remède «miracle» ?    Embarek Houcinat n'est plus    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    3 candidats pour le poste de SG du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





130 cantines fermées à Boumerdès
Le laxisme des autorités pointé du doigt
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2017

Plus d'un mois après la rentrée scolaire, seules 51 sur les 181 cantines scolaires que compte la wilaya de Boumerdès, soit de près de 28%, sont fonctionnelles.
Des milliers d'élèves de la région, notamment ceux habitant les localités rurales, suivent les cours le ventre vide, tandis que d'autres se contentent à midi d'un repas froid très faible en calories avant de regagner leurs classes. Ce problème n'est pas propre à la wilaya de Boumerdès. Les images d'élèves errant, des sandwichs dans les mains, rappellent une autre époque, celle «des misérables de Victor Hugo».
A Timezrit, même les restaurants sont inexistants. Idem dans les villages éloignés de Chabet El Ameur, Taouarga, Kharouba et Keddara où les élèves ne trouvent pas de quoi casser la croûte. Le retard pris dans l'ouverture des cantines s'est posé après le transfert de leur gestion aux APC. Désormais, ce ne sont plus les directeurs de l'éducation et les économes qui se chargent de cette mission, mais bel et bien les assemblées élues.
Le choix des fournisseurs se fait après une multitude de procédures bureaucratiques, qui deviennent très compliquées quand il s'agit d'un marché à soumission, comme ce fut le cas pour 12 communes de la région. La wilaya comprend 32 communes, mais il n'y en a que 10 où les cantines sont en service, selon les informations recueillies auprès des élus locaux. Si certains présidents d'APC déplorent le manque de soumissionnaires, d'autres précisent n'avoir pas reçu les budgets à temps.
«On a lancé la consultation, mais il n'y a pas eu de soumissionnaires, car la consultation comprend plusieurs lots. On va essayer de prolonger le délai. On n'a pas le choix parce qu'on ne veut pas donner le marché de gré à gré», dira le président de l'APC de Timezrit, Amar Brara, une localité rurale qui compte 7 écoles primaires. Selon lui, la complexité des procédures rend très difficile l'aboutissement de la démarche. Même avis d'un élu à l'APC des Issers, où les élèves de 19 écoles primaires prennent à ce jour des repas froids.
Pour le vice-président de l'APC de Chabet El Ameur, Mohamed Chabla, la gestion du volet financier des cantines «n'est qu'une charge de plus pour les collectivités locales». «Auparavant, c'était mieux. Si les subventions étaient arrivées fin août, il n'y aurait pas eu de retard pour désigner les fournisseurs et ouvrir les cantines», se défend-il.
Cependant, de nombreux parents d'élèves accablent les élus locaux dont la plupart ont été, selon eux, «gagnés par l'immobilisme et l'inertie, notamment en cette période de fin de mandat où tout le monde songe à son devenir plutôt qu'à celui de nos enfants». Certains avancent pour preuve le fait que pas moins de 10 APC de la wilaya avaient déjà réussi à ouvrir «leurs» cantines malgré la complexité des procédures et autres prétextes invoqués par les assemblées défaillantes sur ce sujet.
Il est à noter enfin que pas moins de 37 cantines de la région, bien qu'elles soient bien loties en équipements, avaient servi des repas froids aux élèves durant l'année écoulée. Ce problème, qui risque d'être réédité encore cette année, a été justifié par le manque de personnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.