Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





130 cantines fermées à Boumerdès
Le laxisme des autorités pointé du doigt
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2017

Plus d'un mois après la rentrée scolaire, seules 51 sur les 181 cantines scolaires que compte la wilaya de Boumerdès, soit de près de 28%, sont fonctionnelles.
Des milliers d'élèves de la région, notamment ceux habitant les localités rurales, suivent les cours le ventre vide, tandis que d'autres se contentent à midi d'un repas froid très faible en calories avant de regagner leurs classes. Ce problème n'est pas propre à la wilaya de Boumerdès. Les images d'élèves errant, des sandwichs dans les mains, rappellent une autre époque, celle «des misérables de Victor Hugo».
A Timezrit, même les restaurants sont inexistants. Idem dans les villages éloignés de Chabet El Ameur, Taouarga, Kharouba et Keddara où les élèves ne trouvent pas de quoi casser la croûte. Le retard pris dans l'ouverture des cantines s'est posé après le transfert de leur gestion aux APC. Désormais, ce ne sont plus les directeurs de l'éducation et les économes qui se chargent de cette mission, mais bel et bien les assemblées élues.
Le choix des fournisseurs se fait après une multitude de procédures bureaucratiques, qui deviennent très compliquées quand il s'agit d'un marché à soumission, comme ce fut le cas pour 12 communes de la région. La wilaya comprend 32 communes, mais il n'y en a que 10 où les cantines sont en service, selon les informations recueillies auprès des élus locaux. Si certains présidents d'APC déplorent le manque de soumissionnaires, d'autres précisent n'avoir pas reçu les budgets à temps.
«On a lancé la consultation, mais il n'y a pas eu de soumissionnaires, car la consultation comprend plusieurs lots. On va essayer de prolonger le délai. On n'a pas le choix parce qu'on ne veut pas donner le marché de gré à gré», dira le président de l'APC de Timezrit, Amar Brara, une localité rurale qui compte 7 écoles primaires. Selon lui, la complexité des procédures rend très difficile l'aboutissement de la démarche. Même avis d'un élu à l'APC des Issers, où les élèves de 19 écoles primaires prennent à ce jour des repas froids.
Pour le vice-président de l'APC de Chabet El Ameur, Mohamed Chabla, la gestion du volet financier des cantines «n'est qu'une charge de plus pour les collectivités locales». «Auparavant, c'était mieux. Si les subventions étaient arrivées fin août, il n'y aurait pas eu de retard pour désigner les fournisseurs et ouvrir les cantines», se défend-il.
Cependant, de nombreux parents d'élèves accablent les élus locaux dont la plupart ont été, selon eux, «gagnés par l'immobilisme et l'inertie, notamment en cette période de fin de mandat où tout le monde songe à son devenir plutôt qu'à celui de nos enfants». Certains avancent pour preuve le fait que pas moins de 10 APC de la wilaya avaient déjà réussi à ouvrir «leurs» cantines malgré la complexité des procédures et autres prétextes invoqués par les assemblées défaillantes sur ce sujet.
Il est à noter enfin que pas moins de 37 cantines de la région, bien qu'elles soient bien loties en équipements, avaient servi des repas froids aux élèves durant l'année écoulée. Ce problème, qui risque d'être réédité encore cette année, a été justifié par le manque de personnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.