Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mostefa Lacheraf : un grand Algérien
Publié dans El Watan le 14 - 01 - 2007


Mostefa Lacheraf était entré, de son vivant, dans la légende héroïque de ces grands Algériens qui ont accompli leur destin avec un naturel si aisé, si confondant qu'ils y semblaient en fait prédestinés. Mostefa Lacheraf paraissait être né, ce qu'il est devenu, un Algérien d'exception dont le formidable renom a eu un quasi effet d'auréole qui a toujours illuminé son personnage. De quelque côté que l'on aborde cette personnalité hors du commun, on ne pourra cependant jamais définitivement la résumer, car dans le même temps, évoquer Mostefa Lacheraf, c'est souligner combien il échappe à la classification parcellaire. Il a été, en effet, le chef historique dont la figure est si étroitement liée à la révolution algérienne, il a été l'homme politique qui, en charge du sensible ministère de l'Education — dans le gouvernement de feu Houari Boumediene —, eut la volonté d'y apporter des réformes qui lui valurent les imprécations des conservateurs. Mais Mostefa Lacheraf a été aussi, et surtout, le penseur qui a exploré avec une acuité de regard et une finesse incisive la culture et la sociologie algériennes. Auteur, on lui connaît ce chef-d'œuvre absolu avec lequel il entre dans le domaine fécond des idées universelles : Algérie, nation et société. Et tout autant que ses idées ont pu exercer leur part de déterminante influence dans l'accès au savoir-vrai, c'est le style Lacheraf qui vaut d'être enseigné. En lui, l'Algérie tient un immense écrivain qui, dans des disciplines d'écriture aussi rigoureuse et exigeante que celle de l'histoire du nationalisme, a donné aux mots la connotation du plaisir. L'écriture a été pour Mostefa Lacheraf une aventure humaine aussi forte, aussi prenante, aussi entière que l'engagement politique. Le nationaliste fervent et l'intellectuel encyclopédique ne se sont jamais exclus en lui. A telle enseigne que Mostefa Lacheraf put être assimilé un temps à une stature d'idéologue, peut-être aussi de gardien du temple. Pour tout dire, c'est un raccourci qui fait l'impasse sur un tempérament polémique dont il donna la mesure dans l'entretien qu'il accorda, peu après l'indépendance de l'Algérie, à la revue française Les Temps modernes que dirigeait le philosophe Jean-Paul Sartre. Mostefa Lacheraf, il est bien vrai, pratiquait sans vanité affectée le parler vrai. Alors, quelle image impose aujourd'hui cet homme ? Celle de l'adéquation avec la complexité de son époque. Mostefa Lacheraf a pu être le chef historique, l'intellectuel de haut rang que le monde entier connaît, parce que sa personnalité a été forgée au souffle surhumain du grand bouleversement de l'histoire qu'a suscité le 1er Novembre 1954. Il était, sans affectation, l'enfant de ce pays généreux dont il était épris de poétique passion et dont il aima, comme nous l'a si brillamment rappelé son sublime Des noms et des lieux la moindre pierre : Mostefa Lacheraf pouvait décliner en quelques lignes admirables l'onyx et le basalte. Il y avait évidemment en lui un grand poète dont l'expression se rattache à une connaissance intime de ce pays merveilleux et de son peuple qui expliquent et justifient son itinéraire de combattant et d'intellectuel. En cela, et pour cela, Mostefa Lacheraf est un grand Algérien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.