Feux de forêt: 37 morts, poursuite des efforts pour endiguer les flammes    Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un homme de conviction
DECÈS DE MOSTEFA LACHERAF
Publié dans L'Expression le 15 - 01 - 2007

Cet homme qui est né dans la région de M'sila, était imprégné des réalités de l'Algérie profonde.
Mostefa Lacheraf nous a quittés, mais tout un chacun s'accordera à dire que l'oeuvre de ce penseur militant reste plus que jamais vivante, bien qu'elle ne soit pas facile d'accès et demande un effort intellectuel pour en saisir toutes les nuances.
En revanche, s'il a souvent été dit que le colonialisme avait décimé les élites intellectuelles algériennes, celles que Rachid Mimouni appelle les fils des grandes tentes, il ne fait pas l'ombre d'un doute que les écrits et les analyses pertinentes de Mustapha Lacheraf sont la preuve que malgré la répression féroce qui s'est abattue sur elles, ces élites n'ont jamais cessé, comme le Phénix, de renaître de leurs cendres.
En réponse au secrétaire général du PC français, Maurice Thorez, qui avait estimé que l'Algérie était une société en formation, le militant nationaliste Mustapha Lacheraf, a rédigé tout un livre intitulé «Algérie, nation et société» dans lequel il montrait tout le contraire. Cet homme, qui est né dans la région de M'sila était imprégné des réalités de l'Algérie profonde, adhérant très tôt, vers 1939, au Parti du peuple algérien (PPA) puis au Mtld. Continuant sa quête historique, il s'intéresse à la mémoire des lieux et des noms, en publiant ce livre magnifique intitulé Des Noms et des Lieux.
Ayant participé de près à la rédaction du Programme de Tripoli, durant la guerre de Libération, puis à la Charte nationale en 1975, sans compter un nombre incalculable d'écrits publiés dans des revues spécialisées et qui traitent tout à la fois de l'histoire algérienne et du Mouvement national, Mostefa Lacheraf est surtout connu comme un penseur et un pédagogue, ayant lui-même été professeur de lycée avant de diriger le département de l'éducation nationale, où il s'est attaqué aux positions acquises de certains milieux qui voulaient donner une orientation à l‘enseignement dans notre pays. Mais ces groupes ont en effet, des positions dominantes et ils ont pu le déloger du gouvernement.
Comment peut-on concevoir l'oeuvre de Mostefa Lacheraf par rapport à celles des écrivains algériens contemporains, comme Kateb Yacine, Mohamed Dib, Mouloud Feraoun ou Mouloud Mammeri? Il se classe certainement au même niveau, même si son oeuvre n'est pas romanesque. Partant de la réalité algérienne, ces écrivains ont composé des oeuvres de fiction dans lesquelles a brillé leur génie créateur, alors que Mostefa Lacheraf s'est plus inspiré d'archives et de preuves historiques avérées, tout en privilégiant ce monde de la paysannerie, qui représentait 80% de la population au temps de la colonisation. Cela ne l'a pas empêché de prêcher une méthode critique pour l'analyse de notre littérature populaire, ayant en horreur le populisme. Son oeuvre peut, très certainement, être du même niveau que celle de Frantz Fanon, qui avait, également, longuement réfléchi sur les réalités sociologiques et historiques algériennes.
Pour l'universitaire Daho Djebal, dans El Watan, si un homme comme Mostefa Lacheraf, qui n'a jamais renié ses principes, y compris au sein des structures de l'Etat reste méconnu, c'est parce qu'il fait partie des gens qui dérangent, des gens qui ont des attitudes, des opinions, des idées, pas celles du consensus, de l'idéologie dominante, de l'idéologie officielle. «Ceux qui ne sont pas d'accord avec ses idées sont exclus du champ médiatique, ils sont mis au silence.»
Lorsqu'il était à la tête du département de l'éducation nationale, (mais bien avant déjà dans les colonnes de Révolution africaine) il était devenu la cible désignée des milieux baathistes, qui ont fini par avoir sa tête, tout simplement- parce qu 'il voulait introduire de la rationalité dans la manière d'introduire l'arabisation en Algérie? Ce qui n'était pas rien de la part de quelqu'un qui avait une formation bilingue et qui maîtrisait parfaitement la langue arabe, donc de quelqu'un qu'on ne pouvait pas soupçonner de comploter contre le principe de l'arabisation, mais plutôt qui réfléchissait tout haut à la manière de la mettre en oeuvre, tout en sauvegardant le niveau de notre enseignement.
Pour Omar Lardjane, si Mostefa Lacheraf est un homme qui a toujours été proche du pouvoir, en revanche ce n'était pas un homme du pouvoir, ayant toujours défendu ses idées et ses convictions avec fermeté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.