Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monstre sacré de la pensée algérienne s'en va
Des témoignages sincères sur l'œuvre immortelle du défunt
Publié dans El Watan le 14 - 01 - 2007

De Mostefa Lacheraf, aujourd'hui disparu, on sait d'abord qu'il fit partie de la délégation des dirigeants de la Révolution, composée notamment d'Ahmed Ben Bella, de Hocine Aït Ahmed, de Mohamed Boudiaf et de Mohamed Khider, dont l'avion fut arraisonné par l'armée coloniale en octobre 1956.
L'opinion connaît aussi son célèbre classique : L'Algérie, nation et société. Cet ouvrage est en fait un recueil des articles que l'ancien militant du PPA avait publié dans différentes revues de qualité, notamment Les temps modernes et Esprit. L'Algérie, nation et société, dont la première parution remonte à 1965, a été saluée par la classe intellectuelle de l'époque comme un événement. D'une lucidité remarquable, l'ouvrage portait sur des thèmes cruciaux. Mais si l'homme a beaucoup écrit, intervenant surtout sur les débats culturels et rédigeant aux côtés, entre autres, de Rédha Malek, les textes idéologiques comme le programme Tripoli ou plus tard la Charte nationale de 1976, il n'aura presque rien édité comme livres. Mostefa Lacheraf devra en effet attendre jusqu'au début des années 1990 pour sortir de nouveaux ouvrages. Pourtant, l'homme, né en 1917 à El Karma, est une voix qui compte dans le champ intellectuel algérien. De sa polémique sur le roman de Mouloud Mammeri La Colline oubliée qu'il avait qualifié à sa sortie dans les colonnes du Jeune Musulman de « colline du reniement » à ses positions sur le problème de l'arabisation, il a été toujours là. La preuve : c'est à la suite d'une polémique sur l'école algérienne et, surtout, de l'opposition des tenants de l'arabisation au sein du tout puissant parti unique (FLN) à son programme éducatif qui favorisait l'enseignement de la langue française qu'il dut démissionner de son poste de ministre de l'Education en 1977. L'histoire raconte que les oppositions étaient tellement fortes que même Boumediène n'a pas pu faire grand-chose pour lui. Critique, à la fois visionnaire et solitaire, d'une « arabisation » forcenée de l'enseignement, Mostefa Lacheraf se verra ainsi éloigné du pays par les tenants du système de l'époque en se faisant nommer ambassadeur en Amérique latine. Cela ne l'empêchera pas néanmoins d'intervenir dans le débat national. De son lointain poste d'ambassadeur au Mexique, il n'avait pas hésité à apporter en 1981 sa contribution au débat sur la culture alors ouvert sous la présidence de Chadli Bendjedid. Dans un court essai qui réunit huit de ses études parues dans la presse nationale tout au long des années 1990, il réfute aussi de manière implacable l'intégrisme. Un phénomène qu'il assimile sans hésiter à un « loup ». Un loup qu'on introduit dans la bergerie. Auteur d'un bilan sans concession sur la décennie 1980 qualifiée tour à tour « de gigantesque trou noir » et dressant son inventaire de cauchemar, celui qui n'hésita pas avec le retour de Boudiaf à intégrer le Conseil consultatif en chantre de l'algérianité pervertie et reniée n'arrêtera pas de démonter la supercherie de l'intégrisme. Dans Les ruptures et l'oubli : Essai d'interprétation des idéologies tardives de régression en Algérie, édité par Casbah Editions, il récidive en dénonçant avec force « l'indigence culturelle de ceux qui ont œuvré à introduire et à développer une idéologie négatrice de la personnalité algérienne ». Mostefa Lacheraf a touché ainsi du doigt une situation qui n'a cessé de miner tout un pays depuis les années 1980, mais surtout l'après-1988 où, dira-t-il, l'Algérie, « brisée dans son élan productif et ses capacités créatrices, est devenue à perte de vue et dans tous les secteurs de l'activité humaine, un pays rudimentaire d'éternels apprentis ». L'ouvrage, divisé en huit parties, renvoie le lecteur à des escales importantes de l'histoire de l'Algérie indépendante « balayée par tous les vents de mauvaises passions » jusqu'à conduire son peuple au désespoir, au gouffre. Mais optimiste qu'il était, Mostefa Lacheraf s'était montré également persuadé de la capacité de ce même peuple à surmonter les épreuves.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.