La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lycée Emir Abdelkader
L'appel de détresse des parents d'élèves
Publié dans El Watan le 20 - 01 - 2007

Le lycée Emir Abdelkader, le plus grand établissement scolaire au niveau de la capitale, renferme plus de 1400 lycéens. La majorité de ces derniers sont privés de cours depuis quinze jours.
La raison est que les enseignants affiliés au Conseil des lycées d'Algérie (CLA), au nombre de 40 sur les 80 que compte le lycée, ont décidé le 6 janvier d'une grève ouverte et renouvelable chaque jour. Par cette action qui pénalise en premier lieu les élèves, les contestataires revendiquent le départ du chef d'établissement. Ne voyant pas le bout du tunnel et ayant ras-le-bol des grèves répétées au sein de ce lycée, les parents d'élèves ainsi que les élèves ont décidé de réagir. Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, les parents d'élèves et les lycéens, notamment ceux qui sont en troisième année secondaire, ont lancé un appel de détresse et demandent aux responsables en haut lieu d'intervenir. « Nous sommes pris en otages. Si le conflit entre les enseignants et la directrice persistera, la grève va se poursuivre et les conséquences de celle-ci seront inévitablement l'échec scolaire et la déperdition des centaines d'élèves. Aujourd'hui, aucune issue pour la reprise des cours n'a été apparemment trouvée, et c'est pour cette raison que nous sollicitons l'intervention des responsables concernés », expliquent les élèves. Un parent d'une élève ajoute que ce lycée connaît depuis quelques années des mouvements de protestation qui ont déstabilisé à la longue la scolarité des élèves. « Nous soutenons les revendications socioprofessionnelles des enseignants, mais nous n'acceptons jamais que les enseignants affiliés au syndicat prennent en otages nos enfants pour le règlement des problèmes personnels », a-t-il expliqué. Cependant, si les grévistes persistent et signent quant à la poursuite du mouvement de débrayage jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications, la directrice refuse le pourrissement et par la même la pénalisation des élèves, et dans l'intérêt de ces derniers, elle et son staff ont déposé une lettre de démission collective qui a été toutefois rejetée par sa hiérarchie. « Il n'est pas facile de gérer un établissement tel que l'Emir, il n'est pas aussi facile de gérer des enseignants irresponsables. Le problème qui se pose à l'Emir ne date pas depuis mon arrivée à la tête de cet établissement, mais remonte à plusieurs années », a soutenu Mme Mansouri, chef d'établissement de l'Emir, qui a été désignée récemment au poste de secrétaire générale de l'académie d'Alger. Mme Mansouri sera installée incessamment à son nouveau poste, c'est-à-dire le temps de trouver un remplaçant à la tête du lycée Emir Abdelkader. Pourquoi alors perturber en plein milieu de l'année scolaire les élèves et leur faire perdre leur précieux temps. Les enseignants grévistes pensent que c'est à la tutelle de régler ce problème et que la balle est dans son camp. « Ce n'est pas de notre faute si les élèves sont privés de cours, ils n'ont qu'à se plaindre auprès de la tutelle puisque c'est de son devoir de prendre en charge ce problème », dira un gréviste. Pour sa part, Mme Mansouri partage l'inquiétude des élèves et de leurs parents et admet qu'il est urgent de trouver une solution. « Les enseignants mécontents de ma gestion peuvent bien recourir à des protestations mais en dehors des heures de travail. Je vous rappelle que je n'ai lésé aucun enseignant. J'ai appliqué la réglementation, ce qui n'a pas plu à certains syndicalistes », dira-t-elle. Celle-ci a expliqué qu'« une commission a été dépêchée par l'académie au lycée pour tenter de trouver un terrain d'entente et d'écouter les deux parties en conflit, les enseignants affiliés au CLA ont refusé de s'asseoir autour de la même table que les membres de la direction. Ces gens refusent le dialogue », a-t-elle affirmé. Un fait toutefois récusé par les enseignants. Il est à préciser toutefois que dans l'intérêt des élèves, qui ont déjà accusé un retard considérable dans leurs cours, de clarifier la situation et de trouver dans l'immédiat une solution à ce conflit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.