Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Naâma
Sur les traces des dinosaures
Publié dans El Watan le 14 - 10 - 2004

C'est en compagnie de Mme Mahammed que nous avons quitté Aïn Sefra pour finalement atteindre le lieu-dit Rouis Edjir, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest, entre Sfissifa et la petite localité de Oulakak. Au milieu de nulle part, nous avons débuté par une visite guidée par la scientifique, dont l'amabilité est proverbiale et qui, quelques heures auparavant, nous avait reçus à Aïn Sefra par un accueil enthousiaste.
Une éminente paléontologue, chef d'une équipe d'une demi-douzaine de chercheurs du CRD Sonatrach de Boumerdes et de l'université d'Oran. Notre objectif consistait à découvrir le site où les ossements d'un dinosaure ont été mis à jour par son équipe et pour obtenir de plus amples informations sur cette découverte. Un travail méthodique a été effectué par ces chercheurs dans l'isolement le plus total. Par un langage clair et synthétique, Mme Mahammed a annoncé que, par le programme de fouilles du musée de géologie et des hydrocarbures de l'entreprise Sonatrach, des ossements ont été découverts en 1999, qui se sont avérés appartenir à un dinosaure. Après une extraction de 51 ossements d'un même animal, l'annonce officielle de cette découverte a été proclamée le 17 octobre 2000 sous le nom du « Géant des Ksour ».
extraction de 51 ossements
Dès lors, cette découverte inattendue a ouvert la voie à d'importants travaux de recherches dans la zone de Rouis Edjir où une page sur le Jurassique s'est enfin ouverte. « Près de cinq années de recherches et d'inlassables fouilles nous ont permis de découvrir beaucoup d'autres éléments sur le site n°1, qui, sans doute, pourraient contribuer à redessiner les contours de cet animal de façon plus exacte. Cela nous a permis aussi de relever que ce Sauropode est un bébé dinosaure, herbivore, qui mesure entre 8 et 10 mètres, et ce, compte tenu, ajoute-t-elle, des os de son crâne non encore « soudés » et de l'ouverture de plusieurs de ses vertèbres et chevrons qui, en principe, sont fermés chez un adulte. Un animal dont nous ignorons jusqu'à présent le sexe. », a déclaré la scientifique. En arrivant sur les lieux, nous avons aperçu un musée ayant la forme dorsale d'un dinosaure. Une petite structure en voie de finition édifiée tout près du site n°1. Là où ce bébé dinosaure a été claquemuré dans une gangue de marne très solidifiée, située, par la décomposition du milieu, à plus de deux mètres de profondeur sur le flanc d'une colline usée par le temps. Mme Mahammed précise que l'éventualité la plus probable est que, « il y a 175 millions d'années, ce petit Sauropode herbivore a été mortellement agressé par un dinosaure carnassier dont nous avons retrouvé cinq dents et des marques de crocs plantés dans le cou de sa proie. Ces carnassiers avaient la faculté biologique de se faire repousser les dents, alors que les dinosaures herbivores avaient des dents larges et très plates qui ne leur servaient pas pour brouter. Le broyage des aliments s'effectuait par de petites pierres destinées à cet effet, qui étaient présentes dans l'estomac de ces spécimens. », explique la paléontologue. Avec une passion dévorante, Mme Mahammed nous projette dans une haute sphère du passé et nous décrit ce fabuleux paysage jurassique formé de mers, de forêts, de fleuves, de deltas et d'animaux de toutes sortes, dont les vestiges sont certainement sur ce lieu. Nous avons recensé jusqu'à présent près d'une soixantaine de sites entre le Jurassique moyen de Rouis Edjir et le Crétacé tout proche à Djebel El Arouia. » Néanmoins, ces découvertes qui ont pris un relief considérable vont assurément constituer l'image identitaire de la région de Sfissifa, comme un véritable Jurassique Park, mais aussi un point économique non négligeable pour la wilaya. A l'issue de cet entretien sur ce fabuleux site, la scientifique révèle que ce dinosaure sera baptisé probablement le mois de mars 2005 et sera reconstitué à l'identique par une version restaurée artificiellement. Devenue subitement triste, elle ajoute avec regret : « La tragique disparition de notre amie et consœur Leïla Mami, morte avec toute sa famille lors du tremblement de terre du 21 mai à Boumerdes, a émoussé notre joie. Une femme qui avait tant œuvré par ses recherches et ses fouilles sur ce fameux site n°1. Elle a cependant laissé à la postérité les traces d'une autre vie, celle des dinosaures », dira pour conclure Mme Mahammed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.