Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    Ah ! La fine équipe !    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Reprise à la Pêcherie    Cauchemar    Tebboune met la pression sur les ministres    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les artisans en difficulté
Commune d'Ath Zmenzer
Publié dans El Watan le 02 - 04 - 2007

L'activité commerciale du bois et dérivés dans la commune d'Ath Zmenzer (12 km de Tizi Ouzou) traverse une crise difficile. Les nombreux artisans, menuisiers, ébénistes et commerçants (plus de 70 petites entreprises particulières activant dans ce secteur) souffrent du manque de matière première et de plusieurs autres contraintes.
Le bois importé souvent du Canada, de Malaisie, de Finlande, d'Indonésie, de Suède, de Russie et de Roumanie, n'est pas toujours disponible. « L'impôt étouffe plusieurs vendeurs et artisans de la filière dans notre wilaya. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est la réalité. Ici au chef-lieu de la commune, la location dépasse parfois les 10 000 DA. Heureusement pour moi, je travaille dans mon propre local », dit un responsable de l'établissement Saïdi, revendeur de bois installé au chef-lieu de la commune de Beni Zmenzer. Cette entreprise familiale, créée en 1997, achète sa marchandise de Blida, Alger et de Béjaïa. « On achète souvent les produits d'origine finlandaise, car ils sont de très bonne qualité. Le bois rouge et le blanc sont les plus demandés et les moins chers sur le marché local. Nous ne commercialisons pas le hêtre parce qu'il est trop cher », ajoute-il. Le prix d'achat d'un mètre linéaire de bois est, selon lui de 220 DA. Pour ce qui est du produit contreplaqué (CTP), il existe deux gammes différentes : le multiple, d'une épaisseur de 8 jusqu'à 20mm, coûtant de 1800 DA jusqu'à 2800 DA, et la gamme normale de 2,5mm jusqu'à 5mm, dont le prix d'une feuille varie entre 600 DA et 1000 DA. Même son de cloche chez un artisan de l'entreprise Belaïdi et frères, créée en 1999. « Le prix de la matière première est très volatile. En moins de deux jours, le prix d'un ML du bois du madrier pour faire des cadres aux portes et fenêtres, a augmenté de 20 DA. Il était de 340 DA et il a atteint 360 DA. On ne peut même pas faire des devis pour nos clients. Une situation qui n'arrange personne », nous dit M.Belaïdi, avant d'ajouter : « Le prix d'une feuille de contreplaqué ne cesse d'augmenter, pour atteindre les 780 DA. Depuis cinq mois, il n'a pas connu de baisse. A cela, il faut ajouter les difficultés de recouvrement chez nos clients. Notre fonds de roulement touche le fond. On ne peut pas se développer dans de telles conditions. Seuls ceux qui ont un capital considérable peuvent tenir le coup. » Cet artisan achète la matière première chez un revendeur de la municipalité, propriétaire de deux dépôts, l'un au chef-lieu de la commune et l'autre à Oued Aïssi. Les quatre revendeurs de bois, la soixantaine de menuisiers et artisans ébénistes et les deux fabricants de produits de luxe (fauteuils) de la région, veulent sortir leur activité de son marasme, convaincus des grandes opportunités de développement de leur métier, malgré la concurrence. Pour ne pas mettre la clé sous le paillasson, il leur faut une valorisation des techniques de production et des moyens plus importants, mais sans l'aide de l'Etat, cela ne sera pas facile.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.