Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cheikh Abderrahmane Al Thaâlibi
Un théologien hors pair
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2007

Le cheikh Abderrahmane Al Thaâlibi, ce théologien hors pair natif des Issers, a été rappelé au souvenir des siens, dimanche dernier, lors d'une journée d'études sur sa vie et son œuvre qu'a abritée la zaouïa qui porte son nom, érigée en plein centre de sa ville natale, plus de 5 siècles après sa disparition, à l'initiative de la direction de la culture de la wilaya de Boumerdès.
La rencontre, à laquelle ont assisté de hauts responsables dont le ministre de la Communication, El Hachemi Djiar, le wali de Boumerdès, et d'autres responsables locaux ainsi que des hommes de religion, a vu la participation de plus de 500 disciples de la tariqa Kadiria, venus de différentes régions du pays. La manifestation s'est voulue un hommage fort au cheikh Abderrahmane Ben Mohamed Ben Makhlouf Al Thaâlibi, dit Abi Zaïd Soufi, né en 1384. Dans son allocution d'ouverture des travaux, le président de la zaouia, Mohamed Nour, a rappelé brièvement l'itinéraire du grand cheikh avant de revenir au travail de son institution soufie, ouverte en 2000 et spécialisée dans l'apprentissage du Coran et du hadith. « Depuis 2001, la zaouia a formé des dizaines de fidèles qui enseignent, à leur tour, les préceptes d'Al Thaâlibi, l'un des fondateurs de la tariqa Kadiria, ou sont carrément imams ou bien, ils remplacent les imams dans les mosquées pendant leur absence », a-t-il dit. M. Nour n'a pas omis de dénoncer les derniers attentats qui ont secoué Alger et endeuillé des dizaines de familles en soutenant que « la violence est bannie de fait dans notre respectable religion ». Sous le thème générique « Réflexion, Soufisme et Impact », les travaux de la rencontre ont consisté en une série de conférences dédiées à l'apport du penseur Al Thaâlibi à la réflexion religieuse musulmane depuis le début du XVe siècle. La séance matinale a été réservée à trois conférences : « L'histoire et l'esprit du soufisme chez Abderrahmane Al Thaâlibi » par le professeur Abderrahmane Al Djilali, « Les interprètes algériens du Coran et du hadith », animée par Mohamed Mokhtar Alskander et une lecture du Kitab al Anouar fi Ayat al Nabi al Mokhtar (d'Al Thaâlibi) donnée par le Dr Mohamed Cherif Kahar. Dans l'après-midi, c'est le Dr Ammar Talbi qui a animé une conférence sur la lecture d'une autre œuvre d'Al Thaâlibi. Tous les intervenants se sont accordé à voir dans ce grand penseur « un homme d'un immense savoir ». Il ressort des interventions précitées que le cheikh a commencé ses études aux Issers avant de se rendre à Béjaïa, très jeune, pour y poursuivre sa quête du savoir. Béjaïa, qui était au début du quinzième siècle un centre religieux et un lieu de rayonnement du soufisme, ont-ils fait savoir. De là, l'enfant prodige des Issers s'est rendu à Tunis avant de rallier l'Egypte dans sa recherche effrénée du savoir. Il est même allé en Turquie et en Syrie et accompli son pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, soutiennent les conférenciers. Fort du savoir acquis dans les plus importants établissements de son époque, le cheikh sera reconnu pour être l'un des plus grands spécialistes du hadith, et qu'il a versé dans l'enseignement et la transmission de son savoir. Les conférenciers ont révélé qu'Al Thaâlibi a écrit plus de 90 ouvrages. Sidi Abedrrahmane Al Thaâlibi est décédé en 1470 à Alger où il a choisi de s'établir au retour de ses voyages en Orient. La manifestation de dimanche dernier a été clôturée par la remise des prix aux conférenciers ainsi qu'aux talebs de la zaouia qui se sont distingués dans l'apprentissage du Coran.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.