Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cheikh Abderrahmane Al Thaâlibi
Un théologien hors pair
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2007

Le cheikh Abderrahmane Al Thaâlibi, ce théologien hors pair natif des Issers, a été rappelé au souvenir des siens, dimanche dernier, lors d'une journée d'études sur sa vie et son œuvre qu'a abritée la zaouïa qui porte son nom, érigée en plein centre de sa ville natale, plus de 5 siècles après sa disparition, à l'initiative de la direction de la culture de la wilaya de Boumerdès.
La rencontre, à laquelle ont assisté de hauts responsables dont le ministre de la Communication, El Hachemi Djiar, le wali de Boumerdès, et d'autres responsables locaux ainsi que des hommes de religion, a vu la participation de plus de 500 disciples de la tariqa Kadiria, venus de différentes régions du pays. La manifestation s'est voulue un hommage fort au cheikh Abderrahmane Ben Mohamed Ben Makhlouf Al Thaâlibi, dit Abi Zaïd Soufi, né en 1384. Dans son allocution d'ouverture des travaux, le président de la zaouia, Mohamed Nour, a rappelé brièvement l'itinéraire du grand cheikh avant de revenir au travail de son institution soufie, ouverte en 2000 et spécialisée dans l'apprentissage du Coran et du hadith. « Depuis 2001, la zaouia a formé des dizaines de fidèles qui enseignent, à leur tour, les préceptes d'Al Thaâlibi, l'un des fondateurs de la tariqa Kadiria, ou sont carrément imams ou bien, ils remplacent les imams dans les mosquées pendant leur absence », a-t-il dit. M. Nour n'a pas omis de dénoncer les derniers attentats qui ont secoué Alger et endeuillé des dizaines de familles en soutenant que « la violence est bannie de fait dans notre respectable religion ». Sous le thème générique « Réflexion, Soufisme et Impact », les travaux de la rencontre ont consisté en une série de conférences dédiées à l'apport du penseur Al Thaâlibi à la réflexion religieuse musulmane depuis le début du XVe siècle. La séance matinale a été réservée à trois conférences : « L'histoire et l'esprit du soufisme chez Abderrahmane Al Thaâlibi » par le professeur Abderrahmane Al Djilali, « Les interprètes algériens du Coran et du hadith », animée par Mohamed Mokhtar Alskander et une lecture du Kitab al Anouar fi Ayat al Nabi al Mokhtar (d'Al Thaâlibi) donnée par le Dr Mohamed Cherif Kahar. Dans l'après-midi, c'est le Dr Ammar Talbi qui a animé une conférence sur la lecture d'une autre œuvre d'Al Thaâlibi. Tous les intervenants se sont accordé à voir dans ce grand penseur « un homme d'un immense savoir ». Il ressort des interventions précitées que le cheikh a commencé ses études aux Issers avant de se rendre à Béjaïa, très jeune, pour y poursuivre sa quête du savoir. Béjaïa, qui était au début du quinzième siècle un centre religieux et un lieu de rayonnement du soufisme, ont-ils fait savoir. De là, l'enfant prodige des Issers s'est rendu à Tunis avant de rallier l'Egypte dans sa recherche effrénée du savoir. Il est même allé en Turquie et en Syrie et accompli son pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, soutiennent les conférenciers. Fort du savoir acquis dans les plus importants établissements de son époque, le cheikh sera reconnu pour être l'un des plus grands spécialistes du hadith, et qu'il a versé dans l'enseignement et la transmission de son savoir. Les conférenciers ont révélé qu'Al Thaâlibi a écrit plus de 90 ouvrages. Sidi Abedrrahmane Al Thaâlibi est décédé en 1470 à Alger où il a choisi de s'établir au retour de ses voyages en Orient. La manifestation de dimanche dernier a été clôturée par la remise des prix aux conférenciers ainsi qu'aux talebs de la zaouia qui se sont distingués dans l'apprentissage du Coran.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.