L'Inter Milan officialise le retour de Lukaku    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    JM/ Handball Algérie : blessé, Ayoub Abdi forfait pour le reste du tournoi    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La culture algérienne
Abdelhamid Benhadouga
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2007

Cet écrivain, né en 1925 à Mansourah (W. de Bordj Bou Arréridj), a fréquenté l'école française avant de se voir orienté vers des études techniques qui le menèrent en France. Sa maîtrise de l'arabe, acquise dans la médersa de son village, s'est renforcée à la prestigieuse université de la Zitouna à Tunis où il avait opté pour la spécialité littéraire.
Il suit parallèlement une formation en art dramatique. Mais sa vocation littéraire et artistique est délaissée au profit de son engagement politique. Représentant des étudiants algériens à Tunis, membre du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) jusqu'en 1954, il fut un des artisans de l'information nationaliste : revue Echabab Edjazaïri, El Moudjahid et radio Saout El Djazaïr. Son séjour à Tunis lui permet de réaliser et de produire environ deux cents pièces radiophoniques. De retour en Algérie en 1962, il exerce diverses fonctions dans le secteur de l'information et de la culture : directeur des programmes de la télévision, directeur des chaînes I et II de la radio… Au début des années 1990, il est président de l'éphémère Conseil national de la culture. Il est considéré comme un des fondateurs du roman algérien moderne de langue arabe. Son premier livre publié en 1959 s'intitule L'Algérie entre hier et aujourd'hui. Mais c'est avec le roman qu'il se distingue : La Fin d'hier (1971), La Mise à nu (1979), Djazya et les derviches et le fameux Vent du Sud, traduit dans une dizaine de langues, dont le chinois, et porté à l'écran par Mohamed Slim Riadh. Ses dernières œuvres, le recueil de nouvelles Blessures de la mémoire et le roman Je rêve d'un monde (1991), ont confirmé la capacité de l'écrivain à décrypter la société algérienne pour la projeter dans une écriture sobre, moderne et claire. La plupart de ses œuvres ont été traduites en français par Marcel Blois. Benhadouga accordait d'ailleurs à ce travail un intérêt immense, tant il voulait contribuer à abattre les obstacles des langues. Il a notamment déclaré en 1995 : « Non, ce n'est pas la langue qui distingue une littérature d'une autre, mais ce sont les problèmes humains qu'elles abordent. Les souffrances endurées actuellement par l'Algérie appellent impérativement les intellectuels des deux langues à s'unir, de la même manière que les souffrances vécues sous le colonialisme nous ont unis. » Une année plus tard, le 21 octobre 1996, l'écrivain décédait, laissant, en plus de son œuvre, le souvenir d'un homme attachant. En 2003, Bordj Bou Arréridj a abrité un colloque international en son hommage.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.