Décolonisation du Sahara Occidental : la Namibie n'ira pas à contre-courant de l'histoire    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Anniversaire de l'indépendance: l'accès aux archives toujours entravé par des lois restrictives en France    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Saïd Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Sétif : 19 décès dus au coronavirus ce jeudi    Dossier de restitution des restes et crânes des martyrs de la résistance populaire: Chronologie    RND : le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    Le PDG de Sonelgaz élu à la tête l'association Med-TSO    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    L'empire Haddad s'écroule    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La culture algérienne
Abdelhamid Benhadouga
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2007

Cet écrivain, né en 1925 à Mansourah (W. de Bordj Bou Arréridj), a fréquenté l'école française avant de se voir orienté vers des études techniques qui le menèrent en France. Sa maîtrise de l'arabe, acquise dans la médersa de son village, s'est renforcée à la prestigieuse université de la Zitouna à Tunis où il avait opté pour la spécialité littéraire.
Il suit parallèlement une formation en art dramatique. Mais sa vocation littéraire et artistique est délaissée au profit de son engagement politique. Représentant des étudiants algériens à Tunis, membre du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) jusqu'en 1954, il fut un des artisans de l'information nationaliste : revue Echabab Edjazaïri, El Moudjahid et radio Saout El Djazaïr. Son séjour à Tunis lui permet de réaliser et de produire environ deux cents pièces radiophoniques. De retour en Algérie en 1962, il exerce diverses fonctions dans le secteur de l'information et de la culture : directeur des programmes de la télévision, directeur des chaînes I et II de la radio… Au début des années 1990, il est président de l'éphémère Conseil national de la culture. Il est considéré comme un des fondateurs du roman algérien moderne de langue arabe. Son premier livre publié en 1959 s'intitule L'Algérie entre hier et aujourd'hui. Mais c'est avec le roman qu'il se distingue : La Fin d'hier (1971), La Mise à nu (1979), Djazya et les derviches et le fameux Vent du Sud, traduit dans une dizaine de langues, dont le chinois, et porté à l'écran par Mohamed Slim Riadh. Ses dernières œuvres, le recueil de nouvelles Blessures de la mémoire et le roman Je rêve d'un monde (1991), ont confirmé la capacité de l'écrivain à décrypter la société algérienne pour la projeter dans une écriture sobre, moderne et claire. La plupart de ses œuvres ont été traduites en français par Marcel Blois. Benhadouga accordait d'ailleurs à ce travail un intérêt immense, tant il voulait contribuer à abattre les obstacles des langues. Il a notamment déclaré en 1995 : « Non, ce n'est pas la langue qui distingue une littérature d'une autre, mais ce sont les problèmes humains qu'elles abordent. Les souffrances endurées actuellement par l'Algérie appellent impérativement les intellectuels des deux langues à s'unir, de la même manière que les souffrances vécues sous le colonialisme nous ont unis. » Une année plus tard, le 21 octobre 1996, l'écrivain décédait, laissant, en plus de son œuvre, le souvenir d'un homme attachant. En 2003, Bordj Bou Arréridj a abrité un colloque international en son hommage.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.