Tebboune salue "les rôles de premier plan" et "les missions cruciales" de la femme à travers l'histoire de l'Algérie    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouvement de protestation des avocats
Les robes noires préparent leur AG
Publié dans El Watan le 13 - 06 - 2007

Après une journée de protestation à travers le boycott des audiences des tribunaux, cours, greffes et prisons, les avocats ont repris leur travail en se donnant rendez-vous les 21 et 22 juin, date de l'assemblée générale de l'Union nationale des barreaux d'Algérie.
La journée avait coïncidé avec le procès de Me Chatri à Remchi, au tribunal de Remchi, près la cour de Tlemcen, pour dénonciation calomnieuse et outrage à magistrat, et auquel les avocats ont exprimé leur solidarité et soutien à travers leur refus d'exercer leur métier. L'appel à ce boycott a été lancé par l'Union des barreaux d'Algérie qui a dépêché 13 bâtonniers pour assister Me Chatri. Dans un communiqué rendu public hier, l'Union a estimé que le jugement a eu lieu en l'absence de l'avocat dans la mesure où le tribunal a exigé de ce dernier d'enlever sa robe. « Or le confrère a été poursuivi en justice en tant qu'avocat, pour avoir déposé plainte au nom de son mandant contre une juge pour faux », a déclaré Me Abdelmadjid Sellini, président de l'Union des barreaux dans son communiqué à l'issue d'une réunion tenue à la fin de la journée du boycott, résultat de l'accumulation des problèmes auxquels sont confrontés les avocats. Parmi ces derniers, Sellini a cité les poursuites judiciaires « abusives » dont ses confrères font l'objet lors de l'exercice de leur mission et « le rétrécissement » des droits de la défense au niveau de la plus haute instance judiciaire, par son premier responsable et ce depuis sa nomination à ce poste. « Toutes les parties judiciaires, exception faite pour certaines très rares et à tous les niveaux, ne prennent pas en compte la défense à travers les nombreux obstacles qu'elles mettent devant elle, à commencer par l'interdiction de stationnement à l'intérieur et aux alentours des tribunaux et cours, pour arriver aux comportements de certains magistrats à l'égard des avocats lors des audiences au point où ces derniers se sentent étrangers (...) Une fois informés, les responsables de ce secteur ne bougent pas le doigt et s'ils le bougent, c'est pour se solidariser avec les magistrats », a écrit le président de l'Union. Celle-ci a noté par ailleurs que « le principal souci » des juges est aujourd'hui « circonscrit » au nombre des renvois et des jugements qu'ils rendent. « Ils ne s'intéressent nullement aux droits à la défense des justiciables et se sont éloignés du rôle qui leur a été assigné (...) », a-t-elle relevé. De ce fait, l'organisation des avocats a appelé à l'arrêt de « la marginalisation » de la défense à travers « son exclusion » de la gestion de la justice, alors qu'elle a estimé être partie prenante. L'Union a exigé également l'arrêt immédiat de toutes les poursuites pénales non justifiées et toute forme de harcèlement et pressions qui empêchent les avocats d'accomplir leur devoir. De même qu'elle a demandé aux pouvoirs publics de permettre aux robes noires de plaider convenablement devant la Cour suprême, en levant les interdits qui leur sont imposés et de faire en sorte que le magistrat puisse accomplir sa mission en toute indépendance par le retrait des instructions et notes qui les ligotent, et enfin prévoir des espaces conséquents au profit de la défense au niveau de toutes les instances judiciaires à travers le pays, dans la mesure où celle-ci constitue une des deux faces de la justice. Ce sont les principales recommandations qui ont sanctionné la réunion des membres du bureau de l'Union, le 10 juin, en attendant la tenue de l'assemblée générale extraordinaire des 21 et 22 juin (celle prévue aujourd'hui a été annulée), où il est question de décider de nouvelles actions de protestation en cas de non-réponse des pouvoirs publics.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.