Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    La constitutionnalisation de l'ANIE: un gage de transparence de tout scrutin    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Importation: Pas de retour aux licences    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense se retire des tribunaux
Les avocats ont boycotté les audiences hier
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2007

Les robes noires ont répondu favorablement à l'appel du Conseil de l'ordre en boycottant les audiences, les greffes et les prisons. Par cette action, qui a touché l'ensemble des tribunaux et des cours du pays, les avocats ont exprimé leur soutien à leur confrère poursuivi par le tribunal de Remchi, près la cour de Tlemcen, pour « dénonciation calomnieuse et outrage à magistrat ».
Une inculpation qui fait suite à une plainte que l'avocat a déposée au nom de son client contre une juge pour « avoir établi une ordonnance de qualification des faits antidatée ». Treize bâtonniers se sont déplacés à Remchi pour assister à l'audience, sans pour autant plaider. Une action pour protester contre le procès et « attirer l'attention des pouvoirs publics sur la gravité de la situation », a déclaré Me Bekhiti Hakim, membre du Conseil de l'ordre. Selon lui, le boycott a été « largement suivi ». Ce qui a été vérifié au niveau de l'ensemble des tribunaux près la cour d'Alger, d'El Harrach, d'Hussein Dey, de Bab El Oued, de Bir Mourad Raïs et de Sidi M'hamed, où les audiences ont toutes été renvoyées sine die. Le boycott a été tout aussi effectif dans les plus grandes cours du pays : Constantine, Oran, Annaba, El Tarf et autres. Un test réussi pour les membres de l'Union des barreaux qui ont lancé l'appel. Prise, il y a quelques jours, la décision de déserter les tribunaux et les cours avait pour objectif de dénoncer le « piétinement des droits de la défense », avant que l'affaire de Me Chatri ne vienne se greffer à l'ensemble des griefs retenus contre les pouvoirs publics, notamment la chancellerie. Le barreau d'Alger a déjà appelé au boycott des audiences de la cour d'Alger, entré en vigueur depuis mardi dernier, pour protester contre l'exclusion des robes noires du nouveau bâtiment dont les concepteurs n'ont pas prévu de bureaux et de salles pour les avocats. Le bâtonnier national, Me Abdelmadjid Sellini, a expliqué que par cette décision, les robes noires veulent exprimer leur ras-le-bol face à « des conditions de travail de plus en plus humiliantes qui limitent les libertés et les droits de la défense ». Pour lui, le recours à des actions extrêmes s'est imposé eu égard au refus de la prise en charge des revendications contenues dans une plate-forme et adressée à la chancellerie. Me Sellini a précisé que les responsables « sont en train de renforcer les obstacles devant les avocats pour réduire leur métier à un ensemble d'interdits ». L'affaire de Me Chatri, a-t-il noté, n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, et qui ont fait l'objet de plusieurs écrits et correspondances, mais restés sans réponse. Me Sellini est revenu sur le projet de loi portant statut des avocats, en hibernation depuis 2006, dont les moutures présentées par l'Union des barreaux « ont été revues et corrigées pour rétrécir davantage les droits de la défense ». Pour preuve, a-t-il soutenu, une liste de 39 avocats poursuivis pour avoir « violé le règlement des institutions pénitentiaires » a été adressée au conseil par la chancellerie. Il a dénoncé les « pressions exercées » contre les magistrats en affirmant qu'à chaque fois que les avocats se plaignent auprès de ces derniers « ils nous disent qu'ils obéissent à des instructions venant d'en haut ». Le bâtonnier a d'ailleurs exhorté le premier magistrat du pays à intervenir pour « mettre le holà au marasme que subit la défense ». Une assemblée générale extraordinaire du barreau d'Alger est prévue le 13 juin pour discuter des mesures à prendre en cas de non-prise en charge de leurs doléances. Cette assemblée devra statuer également sur la date à retenir pour une assemblée générale de l'Union des barreaux d'Algérie afin de décider d'actions de protestation à l'échelle nationale au cas où le dialogue avec la chancellerie se heurte à un mur. Une éventualité que les observateurs n'écartent pas du fait que la crise qui mine les relations entre les avocats et la chancellerie ne date pas d'aujourd'hui. Des actions de protestation ont déjà été menées durant cette période, il y a une année, par le barreau d'Alger, mais elles n'ont pas réussi à être suivies par la concrétisation des revendications des avocats. Ce qui est certain pour l'instant, c'est que du côté des robes noires, le temps n'est pas au répit. Il y va de l'avenir de la profession en général et de la sauvegarde des droits de la défense en particulier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.