Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défense se retire des tribunaux
Les avocats ont boycotté les audiences hier
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2007

Les robes noires ont répondu favorablement à l'appel du Conseil de l'ordre en boycottant les audiences, les greffes et les prisons. Par cette action, qui a touché l'ensemble des tribunaux et des cours du pays, les avocats ont exprimé leur soutien à leur confrère poursuivi par le tribunal de Remchi, près la cour de Tlemcen, pour « dénonciation calomnieuse et outrage à magistrat ».
Une inculpation qui fait suite à une plainte que l'avocat a déposée au nom de son client contre une juge pour « avoir établi une ordonnance de qualification des faits antidatée ». Treize bâtonniers se sont déplacés à Remchi pour assister à l'audience, sans pour autant plaider. Une action pour protester contre le procès et « attirer l'attention des pouvoirs publics sur la gravité de la situation », a déclaré Me Bekhiti Hakim, membre du Conseil de l'ordre. Selon lui, le boycott a été « largement suivi ». Ce qui a été vérifié au niveau de l'ensemble des tribunaux près la cour d'Alger, d'El Harrach, d'Hussein Dey, de Bab El Oued, de Bir Mourad Raïs et de Sidi M'hamed, où les audiences ont toutes été renvoyées sine die. Le boycott a été tout aussi effectif dans les plus grandes cours du pays : Constantine, Oran, Annaba, El Tarf et autres. Un test réussi pour les membres de l'Union des barreaux qui ont lancé l'appel. Prise, il y a quelques jours, la décision de déserter les tribunaux et les cours avait pour objectif de dénoncer le « piétinement des droits de la défense », avant que l'affaire de Me Chatri ne vienne se greffer à l'ensemble des griefs retenus contre les pouvoirs publics, notamment la chancellerie. Le barreau d'Alger a déjà appelé au boycott des audiences de la cour d'Alger, entré en vigueur depuis mardi dernier, pour protester contre l'exclusion des robes noires du nouveau bâtiment dont les concepteurs n'ont pas prévu de bureaux et de salles pour les avocats. Le bâtonnier national, Me Abdelmadjid Sellini, a expliqué que par cette décision, les robes noires veulent exprimer leur ras-le-bol face à « des conditions de travail de plus en plus humiliantes qui limitent les libertés et les droits de la défense ». Pour lui, le recours à des actions extrêmes s'est imposé eu égard au refus de la prise en charge des revendications contenues dans une plate-forme et adressée à la chancellerie. Me Sellini a précisé que les responsables « sont en train de renforcer les obstacles devant les avocats pour réduire leur métier à un ensemble d'interdits ». L'affaire de Me Chatri, a-t-il noté, n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, et qui ont fait l'objet de plusieurs écrits et correspondances, mais restés sans réponse. Me Sellini est revenu sur le projet de loi portant statut des avocats, en hibernation depuis 2006, dont les moutures présentées par l'Union des barreaux « ont été revues et corrigées pour rétrécir davantage les droits de la défense ». Pour preuve, a-t-il soutenu, une liste de 39 avocats poursuivis pour avoir « violé le règlement des institutions pénitentiaires » a été adressée au conseil par la chancellerie. Il a dénoncé les « pressions exercées » contre les magistrats en affirmant qu'à chaque fois que les avocats se plaignent auprès de ces derniers « ils nous disent qu'ils obéissent à des instructions venant d'en haut ». Le bâtonnier a d'ailleurs exhorté le premier magistrat du pays à intervenir pour « mettre le holà au marasme que subit la défense ». Une assemblée générale extraordinaire du barreau d'Alger est prévue le 13 juin pour discuter des mesures à prendre en cas de non-prise en charge de leurs doléances. Cette assemblée devra statuer également sur la date à retenir pour une assemblée générale de l'Union des barreaux d'Algérie afin de décider d'actions de protestation à l'échelle nationale au cas où le dialogue avec la chancellerie se heurte à un mur. Une éventualité que les observateurs n'écartent pas du fait que la crise qui mine les relations entre les avocats et la chancellerie ne date pas d'aujourd'hui. Des actions de protestation ont déjà été menées durant cette période, il y a une année, par le barreau d'Alger, mais elles n'ont pas réussi à être suivies par la concrétisation des revendications des avocats. Ce qui est certain pour l'instant, c'est que du côté des robes noires, le temps n'est pas au répit. Il y va de l'avenir de la profession en général et de la sauvegarde des droits de la défense en particulier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.