La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Nos images ne sont pas plus dures que la réalité »
Oriane Brun-Moschetti et Leila Morouche. Réalisatrices
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2007

Les deux jeunes réalisatrices françaises ont suivi, durant l'année 2004, le « retour » de René Vautier en Algérie, pour, à travers une série de projections dans certaines régions du pays, confronter les images du passé aux réactions du présent. En résulte Algérie : Tour/ Détours, un documentaire pamphlet sur le naufrage des idéaux lyriques d'hier et les écrans noirs du présent. Entretien.
L'idée de faire ce périple avec René Vautier est née finalement de quoi ?
Oriane Brun-Moschetti : Au départ, il y a eu déjà ce travail fait dans le cadre des études à l'université. C'est vous dire que René n'est pas du tout étranger pour nous. Ensuite et un peu dans le prolongement, on s'est dit qu'il serait intéressant de repartir en Algérie avec René et filmer ce retour dans ce qu'il pouvait impliquer comme réactions, cette sorte de confrontation entre le passé et le présent à travers les projections de films de ses anciens élèves. Ce qui nous intéressait était de faire en sorte que la parole soit prise et qu'un débat s'enclenche.
Et vous estimez avoir réalisé ce que vous vouliez ?
Leila Morouche : On est contente du résultat, dans la mesure où nous avons pu rester fidèles à ce nous voulions faire. On a laissé venir, nous n'avons pas fait de casting si vous voulez. Il y a bien entendu cette parole donnée à des acteurs incontournables, comme Boudjemâa Karèche par exemple, mais l'on s'est également donné la possibilité de faire parler les anonymes et c'est important.
Oriane Brun-Moschetti : Je crois, pour ma part, que l'on a réussi à recueillir la parole des gens. A travers le support ciné, puisque on a surtout filmé les débats qui suivent les projections, on a pu mettre en place un dialogue.
Et René Vautier dans tout ça ? Il a été le prétexte, le guide… ? Et puis vous vous attendiez sans doute à ce que ça parle surtout de cinéma militant et que ça bifurque sur autre chose que l'image… Oriane Brun-Moschetti : En fait, René a été le passeur de parole, il a permis une sorte de catalyse. La parole entre lui et nous, entre lui et les gens qui sont filmés. Sinon, je ne pense pas que notre film soit militant. Pour nous, l'Algérie fait partie de l'histoire de la France, comme la France fait partie de l'histoire de l'Algérie. Ce lien ne peut pas être nié et il se trouve qu'en France, au delà du folklore, nous manquons d'images sur l'Algérie. Ce que nous avons fait peut contribuer à justement donner de l'image sur ce que peut être la réalité algérienne à partir de ces réactions qui naissent en regardant des films datant de l'époque de la guerre ou des lendemains directs de l'indépendance de l'Algérie.
Votre documentaire donne à voir des images dures justement de la réalité algérienne. Un peu trop dures peut-être. Certains y voient même la reproduction d'une manière de faire qui tend surtout à braquer le regard sur des réalités déprimantes…
Oriane Brun-Moschetti : Il est clair que toute critique est bonne à entendre, mais nous devons en l'occurrence préciser que cette dureté dont vous parlez transparaît surtout dans le propos des gens. Ceux qui font les débats dans le film parlent librement, disent ce qu'ils ont envie de dire. Honnêtement, je ne trouve pas que le film soit violent. On a essayé de montrer la diversité et puis les notes d'espoir sont là aussi. Le documentaire finit par exemple sur l'image d'un chantier de reconstruction…
Leila Morouche : Je ne pense pas que l'on ait montré la réalité plus dure qu'elle ne l'est. Notre souci était de reproduire une image des plus fidèles. Des officiels nous ont par exemple suggéré de filmer un barrage à Biskra pour mettre en valeur je ne sais quel effort, mais cela ne nous intéressait pas. Ce qui nous intéressait, c'était de donner la parole aux gens et de renvoyer leur propre réalité. On avait envie de montrer la vie, même si les images peuvent être symboliquement violentes… Vous avez ces images d'un parc de loisirs en ruine, toujours à Biskra, alors que le désœuvrement est terrible dans cette région. On aurait pu aussi montrer toutes ces belles plages amochées par des dépotoirs d'ordures…
On croit savoir que vous avez eu tout de même une centaine d'heures de tournage pour n'en garder que deux pour le documentaire. ça a été à ce point difficile à se dessiner ?
Leila Morouche : Nous avons fait deux mois de tournage et ce qui a multiplié les heures de rush, c'est le fait d'avoir travaillé avec deux caméras à chaque fois. Pour le montage, qui a duré quand même une année, on devait bien entendu tout revoir, procéder au dérushage. Il y a aussi qu'on n'avait pas de délai fixe pour remettre une mouture finale, donc il nous est arrivé de laisser reposer les images pour les reprendre après… Nous sommes en train de voir si le fond non retenu pourra servir à monter d'autres sujets. Notre objectif désormais est de permettre que le film, qui est d'abord une production de notre association Play-Time, soit vu par un maximum de gens. Là, on a programmé des projections en Algérie, la première à l'occasion des Rencontres cinématographiques de Béjaïa, l'autre à la Cinémathèque à Alger. Nous travaillons également à le placer dans des festivals en France ou ailleurs…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.