«La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    «Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    Sept victimes dont quatre morts en 24 heures    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Les gilets jaunes voient rouge    Boca débouté    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Evocation : Digne consécration pour Mustapha Benzaza
Publié dans El Watan le 06 - 02 - 2008

Le choix de ce militant ne s'explique pas uniquement par ses fonctions à la tête du secrétariat de la pêche, mais participe d'un parcours personnel exemplaire, totalement dédié à l'Algérie et à sa jeunesse.
La réception d'un navire école du nom de Mustapha Benzaza, intervenue en ce début de semaine au niveau du port d'Alger, est venue consacrer un patriote exemplaire. Le navire, qui servira à la formation des marins pêcheurs dans le domaine particulier de la pêche à la senne, permettra de familiariser les gens de la mer avec les techniques les plus modernes. Le choix de ce militant ne s'explique pas uniquement par ses fonctions à la tête du secrétariat de la pêche, mais participe d'un parcours personnel exemplaire, totalement dédié à l'Algérie et à sa jeunesse. Qui est donc Mustapha Benzaza ? Disparu trop jeune pour les siens et trop tôt pour son pays, ce juste parmi les justes n'aura rien fait d'autre que de passer le flambeau du patriotisme entre les générations. En le baptisant au nom de Si Mustafa, ces descendants des fiers samouraïs et des redoutables dynasties ont participé de manière tangible à la réhabilitation d'un jeune et dynamique militant de la cause nationale, qui préféra se détourner de ses études pour le combat libérateur. Fidaï dans sa ville natale, aux côté de son frère Hadj Benabadallah, il sera appelé, une fois l'indépendance acquise, à s'occuper du centre d'aération des pupilles de la nation, non loin de Aïn Nouissy, fief de la grande famille des Benzaza. Il était alors le directeur des hôpitaux auprès du ministère de la Santé. Grâce à des études de pharmacie qu'il complètera par une licence en droit, il sera tour à tour sous-préfet de Tighennif et de Relizane, puis wali de Laghouat et de Jijel.
Favoriser les échanges scientifiques
C'est en compagnie de Kasdi Merbah, alors ministre de l'Agriculture, qu'il sera nommé au Secrétariat d'Etat à la Pêche, qu'il troquera avec beaucoup de regret contre le portefeuille des PTT. Là encore, il excellera en faisant appel au « know –how » japonais et à la technologie Suédoise. L'Algérie lui doit le téléphone numérique et la fibre optique, qui donneront au pays une longueur d'avance sur le reste de l'Afrique et du monde Arabe. Convaincu que seule la formation pouvait aider le pays à rejoindre le concert des nations en mutation, il n'aura de cesse de favoriser les échanges scientifiques avec tous les pays amis. Ambassadeur dans les pays nordiques, avec siège à Stockholm, il fera sensation, notamment en suivant de près la petite communauté d'étudiants algériens. De retour au pays, alors qu'on l'attendait à un poste en rapport avec ses compétences et ses qualités humaines, il aura préféré troquer le confort artificiel d'Alger contre le retour sur la terre des ancêtres qu'il contribuera à fertiliser de sa sueur. Né à Mostaganem le 11 mars 1940, il décèdera fort prématurément à Aïn Nouissy, le 20 octobre 2003. Intelligent, humble jusqu'à l'effacement, Mustafa Benzaza avait un rêve, offrir à la jeunesse des raisons d'espérer et les préparer à relever tous les défis humains. Ce navire école aura la redoutable tâche de transformer ce rêve en réalité. Que la jeunesse d'ici et d'ailleurs en prenne de la graine et la pêche n'en sera que miraculeuse. Réceptionné le 2 février dernier au port d'Alger, le navire de 22 mètres devrait mettre le cap sur Mostaganem où les amis, la famille et les élèves du lycée Benzaza de Kharrouba lui préparent un accueil digne et solennel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.