POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dernières découvertes sur nos ancêtres
deux études génétiques avancent le débat sur l'origine de l'homme moderne
Publié dans El Watan le 09 - 02 - 2008

150ans-Les Homo sapiens, partis d'Afrique, partent coloniser les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontrent. 1350cm3-Le volume de notre cerveau d'Homo sapiens a bien diminué depuis 120 000 ans, puisqu'il mesurait à l'époque 1650 cm3. 99,4% de ressemblance entre les gènes de l'homme et du chimpanzé ont été relevés par les scientifiques de l'université de Wayne, à Détroit (Etats-Unis). Plus généralement, suivant les études, l'Homo sapiens partage plus de 95% de ses gènes avec le chimpanzé. C'est de fait l'animal le plus proche de nous.
Homo sapiens est bien africain
On pensait que… rien n'était sûr. La communauté scientifique se partageait en trois clans. Ceux qui croyaient à la théorie de l'Out of Africa, défendant une origine africaine unique pour tous les Homo sapiens dans le monde, essentiellement des généticiens. Ceux qui croyaient à la théorie multirégionaliste, pour la plupart des paléoanthropologues, selon laquelle les Homo erectus se seraient répandus dans le monde avant d'évoluer vers sapiens de manière simultanée et indépendante. Entre les deux, d'autres scientifiques pensaient que si Homo sapiens venait bien d'Afrique, plusieurs vagues d'expansion auraient provoqué un mixage génétique. Deux études génétiques ont tranché le débat, en combinant une étude génétique sur les populations humaines du globe avec une étude des caractéristiques physiques de plus de 6000 squelettes fossiles provenant également de plusieurs régions de la planète. Les résultats montrent que les Homo sapiens, partis d'Afrique il y a 150 000 ans, ont colonisé les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontraient.
Un nouveau primate découvert au Kenya
On estime que… la lignée humaine et celles des autres grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos) ont divergé il y a entre 8 et 9 millions d'années. Des restes fossilisés d'un hominidé (Nakalipithecus nakayamai) découverts par des chercheurs français et japonais, dans une ancienne coulée de lave de la région de Nakali au Kenya, apportent une nouvelle preuve à cette divergence et que notre ancêtre commun était bien originaire d'Afrique. Composé d'une mâchoire et de onze dents dont la forme et l'épaisseur de l'émail rappellent celles des femelles gorilles ou orang-outan, ce fossile remonterait à -9,80 millions d'années.
Homo erectus a pu attraper la tuberculose
On pensait que… la tuberculose n'était apparue que depuis quelques milliers d'années (traces sur des momies égyptiennes et péruviennes). Or, sur un crâne humain vieux de 500 000 ans, trouvé dans l'ouest de la Turquie, une équipe internationale de scientifiques a mis en évidence un cas de tuberculose. Il s'agit d'un crâne de jeune Homo erectus, présentant de petites lésions près de l'orbite gauche. La forme et la localisation de ces marques sont spécifiques des traces laissées par Leptomeningitus tuberculosa qui affecte les méninges. La théorie avancée : au fur et à mesure de leur progression vers le Nord, ces migrants ont vu leur production de vitamine D diminuer. Ce manque de vitamines serait donc à l'origine de ces premiers cas de tuberculose.
Neandertal pouvait parler
On pensait que… neandertal et sapiens s'étaient séparés il y a -200 000 ans et que la mutation du gène FOXP2 (qui joue un rôle dans le développement des régions du cerveau liées à l'apprentissage du langage) était apparue après. Or, en analysant des échantillons d'ADN de Néandertaliens provenant d'une grotte espagnole, des généticiens ont réussi à isoler ce gène essentiel à l'apparition d'un langage articulé. Et il s'agit de la même version que celle trouvée chez sapiens. La date de leur séparation a été revue entre -370 000 et -350 000 ans. Toutefois, si Néandertal avait bien le gène nécessaire pour apprendre à parler, nous n'avons pas encore la preuve qu'il prononçait des mots.
Homo erectus n'est pas le descendant d'Homo habilis
On pensait que… Homo erectus et Homo habilis avaient un même ancêtre commun il y a 2 à 3 millions d'années. Or deux fossiles — des fragments de mâchoire supérieure d'Homo habilis et un crâne d'Homo erectus — découverts au lac Turkana au Kenya remettent en cause cette filiation. Leurs datations, de 1,44 million d'années pour le premier et 1,55 million d'années pour le second, sont incompatibles avec la chronologie établie jusque-là. Les fossiles montrent que les deux espèces ont vécu à la même époque pendant 500 000 ans.
Néandertal a migré jusqu'en Sibérie
On pensait que… la présence de néandertal se limitait à l'Europe et au Proche-Orient, avec quelques incursions en Ouzbékistan (Asie centrale). Des paléontologues ont analysé un os vieux de 30 000 à 38 000 ans, trouvé 2 000 kilomètres plus à l'est, dans la grotte Okladnikov de l'Altaï en Sibérie. À partir de fragments d'à peine 200 milligrammes, ils ont extrait et séquencé un marqueur historique, l'ADN mitochondrial, qui échappe au brassage génétique puisqu'il est transmis seulement par la mère. Et la séquence trouvée dans cet échantillon est clairement de type Neandertal. L'équipe de scientifique émet même l'hypothèse qu'ils ont pu continuer leur périple jusqu'en Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.