PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dernières découvertes sur nos ancêtres
deux études génétiques avancent le débat sur l'origine de l'homme moderne
Publié dans El Watan le 09 - 02 - 2008

150ans-Les Homo sapiens, partis d'Afrique, partent coloniser les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontrent. 1350cm3-Le volume de notre cerveau d'Homo sapiens a bien diminué depuis 120 000 ans, puisqu'il mesurait à l'époque 1650 cm3. 99,4% de ressemblance entre les gènes de l'homme et du chimpanzé ont été relevés par les scientifiques de l'université de Wayne, à Détroit (Etats-Unis). Plus généralement, suivant les études, l'Homo sapiens partage plus de 95% de ses gènes avec le chimpanzé. C'est de fait l'animal le plus proche de nous.
Homo sapiens est bien africain
On pensait que… rien n'était sûr. La communauté scientifique se partageait en trois clans. Ceux qui croyaient à la théorie de l'Out of Africa, défendant une origine africaine unique pour tous les Homo sapiens dans le monde, essentiellement des généticiens. Ceux qui croyaient à la théorie multirégionaliste, pour la plupart des paléoanthropologues, selon laquelle les Homo erectus se seraient répandus dans le monde avant d'évoluer vers sapiens de manière simultanée et indépendante. Entre les deux, d'autres scientifiques pensaient que si Homo sapiens venait bien d'Afrique, plusieurs vagues d'expansion auraient provoqué un mixage génétique. Deux études génétiques ont tranché le débat, en combinant une étude génétique sur les populations humaines du globe avec une étude des caractéristiques physiques de plus de 6000 squelettes fossiles provenant également de plusieurs régions de la planète. Les résultats montrent que les Homo sapiens, partis d'Afrique il y a 150 000 ans, ont colonisé les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontraient.
Un nouveau primate découvert au Kenya
On estime que… la lignée humaine et celles des autres grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos) ont divergé il y a entre 8 et 9 millions d'années. Des restes fossilisés d'un hominidé (Nakalipithecus nakayamai) découverts par des chercheurs français et japonais, dans une ancienne coulée de lave de la région de Nakali au Kenya, apportent une nouvelle preuve à cette divergence et que notre ancêtre commun était bien originaire d'Afrique. Composé d'une mâchoire et de onze dents dont la forme et l'épaisseur de l'émail rappellent celles des femelles gorilles ou orang-outan, ce fossile remonterait à -9,80 millions d'années.
Homo erectus a pu attraper la tuberculose
On pensait que… la tuberculose n'était apparue que depuis quelques milliers d'années (traces sur des momies égyptiennes et péruviennes). Or, sur un crâne humain vieux de 500 000 ans, trouvé dans l'ouest de la Turquie, une équipe internationale de scientifiques a mis en évidence un cas de tuberculose. Il s'agit d'un crâne de jeune Homo erectus, présentant de petites lésions près de l'orbite gauche. La forme et la localisation de ces marques sont spécifiques des traces laissées par Leptomeningitus tuberculosa qui affecte les méninges. La théorie avancée : au fur et à mesure de leur progression vers le Nord, ces migrants ont vu leur production de vitamine D diminuer. Ce manque de vitamines serait donc à l'origine de ces premiers cas de tuberculose.
Neandertal pouvait parler
On pensait que… neandertal et sapiens s'étaient séparés il y a -200 000 ans et que la mutation du gène FOXP2 (qui joue un rôle dans le développement des régions du cerveau liées à l'apprentissage du langage) était apparue après. Or, en analysant des échantillons d'ADN de Néandertaliens provenant d'une grotte espagnole, des généticiens ont réussi à isoler ce gène essentiel à l'apparition d'un langage articulé. Et il s'agit de la même version que celle trouvée chez sapiens. La date de leur séparation a été revue entre -370 000 et -350 000 ans. Toutefois, si Néandertal avait bien le gène nécessaire pour apprendre à parler, nous n'avons pas encore la preuve qu'il prononçait des mots.
Homo erectus n'est pas le descendant d'Homo habilis
On pensait que… Homo erectus et Homo habilis avaient un même ancêtre commun il y a 2 à 3 millions d'années. Or deux fossiles — des fragments de mâchoire supérieure d'Homo habilis et un crâne d'Homo erectus — découverts au lac Turkana au Kenya remettent en cause cette filiation. Leurs datations, de 1,44 million d'années pour le premier et 1,55 million d'années pour le second, sont incompatibles avec la chronologie établie jusque-là. Les fossiles montrent que les deux espèces ont vécu à la même époque pendant 500 000 ans.
Néandertal a migré jusqu'en Sibérie
On pensait que… la présence de néandertal se limitait à l'Europe et au Proche-Orient, avec quelques incursions en Ouzbékistan (Asie centrale). Des paléontologues ont analysé un os vieux de 30 000 à 38 000 ans, trouvé 2 000 kilomètres plus à l'est, dans la grotte Okladnikov de l'Altaï en Sibérie. À partir de fragments d'à peine 200 milligrammes, ils ont extrait et séquencé un marqueur historique, l'ADN mitochondrial, qui échappe au brassage génétique puisqu'il est transmis seulement par la mère. Et la séquence trouvée dans cet échantillon est clairement de type Neandertal. L'équipe de scientifique émet même l'hypothèse qu'ils ont pu continuer leur périple jusqu'en Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.