Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dernières découvertes sur nos ancêtres
deux études génétiques avancent le débat sur l'origine de l'homme moderne
Publié dans El Watan le 09 - 02 - 2008

150ans-Les Homo sapiens, partis d'Afrique, partent coloniser les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontrent. 1350cm3-Le volume de notre cerveau d'Homo sapiens a bien diminué depuis 120 000 ans, puisqu'il mesurait à l'époque 1650 cm3. 99,4% de ressemblance entre les gènes de l'homme et du chimpanzé ont été relevés par les scientifiques de l'université de Wayne, à Détroit (Etats-Unis). Plus généralement, suivant les études, l'Homo sapiens partage plus de 95% de ses gènes avec le chimpanzé. C'est de fait l'animal le plus proche de nous.
Homo sapiens est bien africain
On pensait que… rien n'était sûr. La communauté scientifique se partageait en trois clans. Ceux qui croyaient à la théorie de l'Out of Africa, défendant une origine africaine unique pour tous les Homo sapiens dans le monde, essentiellement des généticiens. Ceux qui croyaient à la théorie multirégionaliste, pour la plupart des paléoanthropologues, selon laquelle les Homo erectus se seraient répandus dans le monde avant d'évoluer vers sapiens de manière simultanée et indépendante. Entre les deux, d'autres scientifiques pensaient que si Homo sapiens venait bien d'Afrique, plusieurs vagues d'expansion auraient provoqué un mixage génétique. Deux études génétiques ont tranché le débat, en combinant une étude génétique sur les populations humaines du globe avec une étude des caractéristiques physiques de plus de 6000 squelettes fossiles provenant également de plusieurs régions de la planète. Les résultats montrent que les Homo sapiens, partis d'Afrique il y a 150 000 ans, ont colonisé les autres continents, supplantant au fur et à mesure les populations d'hominidés qu'ils rencontraient.
Un nouveau primate découvert au Kenya
On estime que… la lignée humaine et celles des autres grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos) ont divergé il y a entre 8 et 9 millions d'années. Des restes fossilisés d'un hominidé (Nakalipithecus nakayamai) découverts par des chercheurs français et japonais, dans une ancienne coulée de lave de la région de Nakali au Kenya, apportent une nouvelle preuve à cette divergence et que notre ancêtre commun était bien originaire d'Afrique. Composé d'une mâchoire et de onze dents dont la forme et l'épaisseur de l'émail rappellent celles des femelles gorilles ou orang-outan, ce fossile remonterait à -9,80 millions d'années.
Homo erectus a pu attraper la tuberculose
On pensait que… la tuberculose n'était apparue que depuis quelques milliers d'années (traces sur des momies égyptiennes et péruviennes). Or, sur un crâne humain vieux de 500 000 ans, trouvé dans l'ouest de la Turquie, une équipe internationale de scientifiques a mis en évidence un cas de tuberculose. Il s'agit d'un crâne de jeune Homo erectus, présentant de petites lésions près de l'orbite gauche. La forme et la localisation de ces marques sont spécifiques des traces laissées par Leptomeningitus tuberculosa qui affecte les méninges. La théorie avancée : au fur et à mesure de leur progression vers le Nord, ces migrants ont vu leur production de vitamine D diminuer. Ce manque de vitamines serait donc à l'origine de ces premiers cas de tuberculose.
Neandertal pouvait parler
On pensait que… neandertal et sapiens s'étaient séparés il y a -200 000 ans et que la mutation du gène FOXP2 (qui joue un rôle dans le développement des régions du cerveau liées à l'apprentissage du langage) était apparue après. Or, en analysant des échantillons d'ADN de Néandertaliens provenant d'une grotte espagnole, des généticiens ont réussi à isoler ce gène essentiel à l'apparition d'un langage articulé. Et il s'agit de la même version que celle trouvée chez sapiens. La date de leur séparation a été revue entre -370 000 et -350 000 ans. Toutefois, si Néandertal avait bien le gène nécessaire pour apprendre à parler, nous n'avons pas encore la preuve qu'il prononçait des mots.
Homo erectus n'est pas le descendant d'Homo habilis
On pensait que… Homo erectus et Homo habilis avaient un même ancêtre commun il y a 2 à 3 millions d'années. Or deux fossiles — des fragments de mâchoire supérieure d'Homo habilis et un crâne d'Homo erectus — découverts au lac Turkana au Kenya remettent en cause cette filiation. Leurs datations, de 1,44 million d'années pour le premier et 1,55 million d'années pour le second, sont incompatibles avec la chronologie établie jusque-là. Les fossiles montrent que les deux espèces ont vécu à la même époque pendant 500 000 ans.
Néandertal a migré jusqu'en Sibérie
On pensait que… la présence de néandertal se limitait à l'Europe et au Proche-Orient, avec quelques incursions en Ouzbékistan (Asie centrale). Des paléontologues ont analysé un os vieux de 30 000 à 38 000 ans, trouvé 2 000 kilomètres plus à l'est, dans la grotte Okladnikov de l'Altaï en Sibérie. À partir de fragments d'à peine 200 milligrammes, ils ont extrait et séquencé un marqueur historique, l'ADN mitochondrial, qui échappe au brassage génétique puisqu'il est transmis seulement par la mère. Et la séquence trouvée dans cet échantillon est clairement de type Neandertal. L'équipe de scientifique émet même l'hypothèse qu'ils ont pu continuer leur périple jusqu'en Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.