Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Nous provoquons les vagues tueuses »
Publié dans El Watan le 29 - 11 - 2004

Certaines régions sur notre littoral sont devenues plus basses que le niveau de la mer à cause de la destruction flagrante des dunes littorales et du pillage du sable. Aussi provoquons-nous inconsciemment l'attaque de la mer et les vagues tueuses.
Durant la nuit du samedi 13 novembre 2004, nous avons vu se produire sur les petits fonds de notre littoral des vagues de 10 m de hauteur et qui ont fait des dégâts. On nous reproche bien souvent d'être « alarmistes », quand on évoque ce que certains ne veulent pas entendre. Notre littoral est exposé aux risques des inondations littorales et de l'attaque de la mer. La population de certaines régions côtières en Algérie vit sur des bombes à retardement. L'analyse scientifique des catastrophes naturelles montre très souvent que la catastrophe est le résultat d'une provocation de l'homme à l'encontre de son environnement. Cela est plus que flagrant en Algérie. Nous avons détruit notre littoral au point que certaines régions sont devenues plus basses que le niveau de la mer, et cela à cause de l'inconscience humaine. Si une tempête exceptionnelle s'abat sur notre littoral agressé, des vagues dévastatrices pourraient effacer une ville entière en Algérie. Ce n'est pas de l'exagération. Faites une visite à la plage d'El Bahdja de Aïn Benian (Alger) devenue inondable. Durant une campagne de recherche que j'ai effectuée en début 2004 sur le littoral algérien, j'étais ébahi de voir cette région devenir plus basse que le niveau de la mer (à moins de 50 cm au-dessous du niveau de la mer). Le seul responsable de cette situation critique et de cette mise en danger de la population est l'inconscience. Qui d'entre nous n'a pas vu des bulldozers détruire les dunes littorales en plein jour ? Qui d'entre nous n'a pas vu le pillage du sable des plages, des dunes et des oueds sur notre littoral ? Qui d'entre nous ne s'est pas posé la question en voyant des constructions de palaces enfreignant les lois de la République (la loi 02-02) pour détruire le littoral pour qu'ensuite la mer se déchaîne contre la population ? Qui est celui qui donne ces permis de détruire l'environnement à ces agresseurs ? Les vagues tueuses sont plus dévastatrices sur un littoral agressé comme le nôtre. Il faut souligner qu'un littoral non agressé pourrait réduire les conséquences de ces vagues dévastatrices et cela grâce à la dynamique naturelle du littoral et aussi grâce à son sable et à ses dunes qui interviennent conjointement afin de réduire l'effet des vagues dévastatrices. Les dernières études scientifiques ont démontré que les hauteurs des vagues tueuses sont amoindries et déferlées au large, et cela grâce au sable abondant dans les petits fonds marins lors des tempêtes et, une fois arrivées à la côte, les vagues dévastatrices vont subir une autre diminution grâce aux dunes littorales. Malheureusement, au moment où certains pays essayent de tout faire afin de se protéger contre ces potentielles vagues dévastatrices en protégeant leurs littoraux (sans l'agresser), nous assistons chez nous à la détérioration de notre littoral et au vol de son sable et aussi au rasage de ses dunes qui ne font qu'accroître le risque de l'attaque de la mer et mettre la population au-devant du danger. l'interpelle le président de la République ; nous devons réagir ; la plupart des dunes qui protégeaient l'arrière-pays de potentielles inondations littorales sont détruites et rasées. L'État doit poursuivre sévèrement en justice ces agresseurs (quels qu'ils soient) qui mettent la population au-devant du danger, car on risque de payer très cher ce laisser-aller. C'est surprenant d'apprendre que les dunes littorales qui sont rasées en Algérie, ce sont elles qui sont censées nous protéger des inondations marines potentielles. Les dunes littorales, ce sont ces stocks de sable qui bordent la mer et qui réagissent comme un être vivant. Lors des tempêtes, la dune bien engraissée en sable reçoit le choc des vagues dévastatrices et, par réaction, elle relâche immédiatement son sable pour édifier dans les petits fonds une barrière naturelle en sable pour casser l'énergie des vagues de tempête. Ainsi, la dune met à l'abri l'arrière-pays de ces vagues tueuses et du débordement de la mer. Malheureusement, désobéissant aux lois humaines et aux lois de la République, nous sommes inconscients des conséquences, car c'est malheureux de le dire, mais nous sommes en train d'offrir aux générations futures des bombes à retardement. Donc, c'est le moment d'agir et de ne pas attendre que la catastrophe survienne pour ensuite se leurrer dans le fatalisme et chercher à « fabriquer » le coupable.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.