Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M'Hamed Benredouane. Ancien ministre des Affaires religieuses
« Les partis sont rongés par la maladie du zaïmisme »
Publié dans El Watan le 29 - 04 - 2008

Professeur en dermatologie, ancien ministre des Affaires religieuses (en 1991) et animateur d'émissions religieuses à la chaîne Canal Algérie, M'hamed Benredouane affirme que les partis islamistes n'incarnent pas la revendication de cette mouvance. Pour lui, celle-ci connaîtra une décantation pour permettre l'émergence d'une nouvelle élite moderniste et ouverte sur le monde.
Comment voyez-vous l'évolution de l'islamisme politique en Algérie ?
Je pense que la société algérienne est passée d'une période d'adolescence fugueuse à celle de la sagesse et de la raison. A peine sortis d'une grande révolution, les Algériens pensaient qu'ils pouvaient être au-dessus de la mêlée, vivre en toute liberté et imposer leurs points de vue. Les événements internationaux nous ont ramenés à la raison, et donc à un comportement plus sage. Tous les mouvements qui traversent la société sont passés par là. Regardez ce qui s'est passé en Kabylie. Il y a eu des revendications accompagnées d'une extrême violence. Pourtant aujourd'hui ces mêmes revendications reviennent dans la sérénité et le calme. C'est le même cas pour les islamistes. Nous ne sommes plus en mai 1968, où l'idée de changer le monde était un leitmotiv.
Pensez-vous que l'islamisme politique a son ancrage dans la société algérienne ?
Il ne faut pas se leurrer. La religion marque la structure profonde de la société algérienne. Toutes les revendications légitimes sont, dans la majorité des cas, bien imprégnées de l'Islam. Mais les Algériens se sont rendu compte à travers les différentes crises qu'ils ont eu à traverser de l'importance des conjonctures internes et surtout du contexte international. Nous sommes arrivés à une maturité qui permet d'adapter toutes nos revendications, y compris religieuses, à la modernité et à l'environnement extérieur.
Peut-on affirmer que ceux qui se reconnaissent de l'ancrage religieux se revendiquent des partis politiques islamistes ?
Les partis islamistes ne sont plus crédibles vis-à-vis de la société parce que leur naissance s'est faite dans des conditions douteuses. Ils se sont éloignés de la transparence. Ce qui a conduit à une rupture de confiance et de légitimité. Ces partis se sont totalement éloignés des revendications légitimes de la base pour entrer dans des luttes autour du pouvoir et pour le leadership. Les intérêts pécuniaires et purement personnels ont primé sur ceux de leurs militants. Par leurs actes, ils ont rompu toute confiance à leur égard.
Est-ce les raisons qui ont poussé aux crises internes qui les rongent ?
Certainement. Ils ont tout fait pour se maintenir à un niveau inférieur, parce que portés par cette maladie contagieuse du zaïmisme (de chefferie). Ils ont abandonné les revendications de la société pour vivre en vase clos. Mais la décantation dans cette mouvance est inévitable. C'est juste une question de temps. Une élite moderniste et plus proche de cette catégorie de la société émergera et sera plus proche de ses aspirations. Cela se fera lentement, sur un terrain d'entente, une fois que tous les esprits se seront apaisés, que les incompréhensions des uns et des autres soient levées, et que la sagesse soit revenue. Vous remarquerez que les extrémistes de chaque bord ont beaucoup évolué. Il y a moins de violence dans les propos qu'avant. Ceux qui ne se parlaient jamais se réunissent à la même table. Ce qui prouve qu'un grand pas a été fait pour se réconcilier entre Algériens. Les sentiments de rancœurs vont disparaître un jour ou l'autre, et nous sommes dans l'obligation de nous accepter afin d'arriver à vivre dans le respect mutuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.