Le vice-président turc se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération    Le vice-président de la République de Turquie visite Djamaâ El-Djazaïr    Tiaret: lancement des travaux de 148 projets d'AEP à l'échelle nationale dans quelques jours    Athlétisme/Championnats d'Afrique: Oussama Khennoussi en or au disque    Hadj-2024: arrivée du premier groupe de hadjis à Oran    Diplomatie économique: importance de renforcer la présence du produit algérien à l'étranger    Alger: fermeture temporaire de la RN 1 et de la rocade Sud au niveau de "la Côte" à partir de lundi    Réorganisation des associations pour de meilleurs services    Coup d'envoi de la saison estivale à partir de la nouvelle plage des Dunes    Bilan 2022/2024 et perspectives de l'économie algérienne 2025/2030    Un concours autour de l'intelligence artificielle dans l'agronomie    Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    Manifestations dans des villes et capitales internationales pour dénoncer le génocide    Washington soutiendra l'entité sioniste en cas de conflit avec le Hezbollah    Ghaza: intensification des attaques sionistes contre les civils, les infrastructures et les équipes municipales    Ghaza: deux martyrs et plusieurs blessés dans une frappe sioniste contre un centre medicale    Priver 39.000 lycéens de Ghaza de passer leurs examens est "horrible et triste"    ONM de Skikda: décès du Moudjahid Mohamed Belakdar    Menace des Aigles d'un boycott    WA Tlemcen : des changements prévus qui vise le retour en Ligue 2    Zahra Tatar en or au lancer du marteau    «Ces élections ont un impact direct et important sur les attentes des citoyens»    Plages, forêts et maquis sous la loupe de 30.000 hommes d'intervention    La Protection civile sensibilise contre les risques de noyade    Lancement de la réalisation de 350 centres de proximité de stockage à travers le pays    «Les défis à venir exigent la consolidation des acquis»    Les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    L'Europe gangrénée par les populismes de gauche et de droite    Guillaume Meurice dénonce une instrumentalisation de l'antisémitisme à des fins politiques    Khenchela: ouverture du 12ème Festival national du théâtre pour enfant    Meeting international en Pologne: victoire de l'Algérien Mohamed Ali Gouaned en 1:44.60    Tous les moyens mobilisés pour promouvoir la médecine nucléaire en Algérie    La canicule continuera d'affecter des wilayas du sud jusqu'à mardi    Athlétisme/Championnats d'Afrique: trois médailles pour l'Algérie    Guelma: une caravane de sensibilisation pour exhorter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales        19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nadia Bouferkas : Réalisatrice
« Ces gens-là sont des survivants »
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2008

Li fet mat, c'est un documentaire, mais en même temps, c'est plus que ça. Quelles étaient vos intentions au moment du projet ?
Je fais partie de cette génération des petits enfants de l'indépendance qui ont hérité d'une histoire plus ou moins déformée et mal acceptée. J'ai connu la SAS un peu par hasard, ma mère quinquagénaire me racontant, alors que j'avais trente ans, qu'elle avait passé trois ans dans un camp de la SAS de Laperrine. Elle avait tu sa douleur pendant tant d'années à ses enfants qui grandissaient en France. Pourquoi ma mère s'est-elle tue, pourquoi les gouvernements algérien et français se taisent ? Il y a un enjeu aujourd'hui à faire un travail sur la question de la guerre d'Algérie. L'immersion dans la SAS c'est l'immersion au présent dans un petit monde qui va nous faire revisiter le passé, avec le regard de chacun sur sa vérité. La SAS ce n'est pas un lieu anodin, c'est une marque de domination. Comment se fait-il que ces gens, qui ont eu affaire à ce lieu à un moment de leur vie, s'y trouvent encore après 1962 et y vivent encore aujourd'hui. C'est cette contradiction qui m'intéressait, le symbole de la transmission de l'héritage colonial au travers de parcours individuels. Vous montrez discrètement la gêne que l'expression cause chez certains... On l'a tout le temps et partout quel que soit le sujet et pas seulement en Algérie. Dès qu'on arrive avec une caméra, il y a toujours quelqu'un qui la ramène pour critiquerChaque création apporte quelque chose à son créateur.
Comment en ressortez-vous, avec quelles certitudes et quels questionnements ?
Je n'en ressors pas avec des certitudes. Un film, cela ne révolutionne rien, cela permet juste d'apporter un regard, un point de vue. Pour moi, en fait, c'est plus confus encore ! Si je prends un exemple, les personnages, à partir de leurs anecdotes, ne rapportent pas forcément la vérité. C'est la leur, et ça c'était un parti pris de départ qui nous intéressait. Cette aventure, c'était aussi une occasion pour eux de se redéfinir, avec tout ce qu'il peut y avoir de contradiction, de complexité. C'est cette fragilité qui était intéressante. Ces gens qui s'étaient trouvés dans un contexte déshumanisant, cela me fait penser un peu à la Palestine, bien sûr cela n'a rien à voir, mais pouvoir accepter tant d'années de souffrance, ce sont des survivants pour moi, ces gens-là. Ils sont passés par je ne sais combien de conflits. Ils ont de la dignité, de la force. On a beaucoup travaillé le rapport de proximité et la complicité mais on reste avec un point d'interrogation malgré tout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.