Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nadia Bouferkas : Réalisatrice
« Ces gens-là sont des survivants »
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2008

Li fet mat, c'est un documentaire, mais en même temps, c'est plus que ça. Quelles étaient vos intentions au moment du projet ?
Je fais partie de cette génération des petits enfants de l'indépendance qui ont hérité d'une histoire plus ou moins déformée et mal acceptée. J'ai connu la SAS un peu par hasard, ma mère quinquagénaire me racontant, alors que j'avais trente ans, qu'elle avait passé trois ans dans un camp de la SAS de Laperrine. Elle avait tu sa douleur pendant tant d'années à ses enfants qui grandissaient en France. Pourquoi ma mère s'est-elle tue, pourquoi les gouvernements algérien et français se taisent ? Il y a un enjeu aujourd'hui à faire un travail sur la question de la guerre d'Algérie. L'immersion dans la SAS c'est l'immersion au présent dans un petit monde qui va nous faire revisiter le passé, avec le regard de chacun sur sa vérité. La SAS ce n'est pas un lieu anodin, c'est une marque de domination. Comment se fait-il que ces gens, qui ont eu affaire à ce lieu à un moment de leur vie, s'y trouvent encore après 1962 et y vivent encore aujourd'hui. C'est cette contradiction qui m'intéressait, le symbole de la transmission de l'héritage colonial au travers de parcours individuels. Vous montrez discrètement la gêne que l'expression cause chez certains... On l'a tout le temps et partout quel que soit le sujet et pas seulement en Algérie. Dès qu'on arrive avec une caméra, il y a toujours quelqu'un qui la ramène pour critiquerChaque création apporte quelque chose à son créateur.
Comment en ressortez-vous, avec quelles certitudes et quels questionnements ?
Je n'en ressors pas avec des certitudes. Un film, cela ne révolutionne rien, cela permet juste d'apporter un regard, un point de vue. Pour moi, en fait, c'est plus confus encore ! Si je prends un exemple, les personnages, à partir de leurs anecdotes, ne rapportent pas forcément la vérité. C'est la leur, et ça c'était un parti pris de départ qui nous intéressait. Cette aventure, c'était aussi une occasion pour eux de se redéfinir, avec tout ce qu'il peut y avoir de contradiction, de complexité. C'est cette fragilité qui était intéressante. Ces gens qui s'étaient trouvés dans un contexte déshumanisant, cela me fait penser un peu à la Palestine, bien sûr cela n'a rien à voir, mais pouvoir accepter tant d'années de souffrance, ce sont des survivants pour moi, ces gens-là. Ils sont passés par je ne sais combien de conflits. Ils ont de la dignité, de la force. On a beaucoup travaillé le rapport de proximité et la complicité mais on reste avec un point d'interrogation malgré tout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.