Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    136 milliards de centimes de créances impayés    Des locaux et des terrains au profit des start-up    Le gouvernement s'engage à remettre sur pied GTH    Le Polisario sur l'ouverture de «consulats» dans les territoires sahraouis occupés : «C'est une violation de toutes les lois»    Trump et Biden multiplient les meetings    Nouvelle réunion de médiation à Genève    Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire    Haidar apporte son soutien aux manifestants    Face à une deuxième vague particulièrement virulente : Nouveau confinement d'un mois sur l'ensemble du territoire français    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    FAF-MCA, la guerre des communiqués    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    Des directives pour accélérer les travaux    Les habitants du quartier changent les lampes grillées    Un combat reste toujours à mener    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Ligue 1– Amical : L'ASAM affrontera l'ASO cet après-midi    Wolves : Rayan Aït-Nouri décisif pour ses grands débuts (Vidéo)    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Artisanat traditionnel à Mila : La « gassaâ » de Draâ Ettabal
Publié dans El Watan le 02 - 07 - 2008

Non loin de Mila, capitale nationale du grain de couscous, le fameux M'haouer, il est un hameau situé au sud de la wilaya, qui se pose, non sans fierté, en capitale de la « gassaâ », l'ustensile traditionnel sans lequel le plat national ne serait pas ce qu'il a toujours été.
A Draâ Ettabal, car c'est de cette petite localité qu'il s'agit, la fabrication de ce grand plat arrondi, en bois, très ancien mais toujours en usage, demeure quasiment l'unique ressource des quelque 1400 habitants de ce village de la commune de Aïn Melouk. Ce fait, plutôt singulier, est à rechercher dans l'origine de ce village fondé en 1958 par des « réfugiés » provenant de la wilaya voisine de Jijel, lesquels, fuyant les bombardements de leurs villages pendant la guerre de Libération, se sont installés là, apportant avec eux ce petit métier qui consiste à fabriquer des plats à bord relevé pour rouler le couscous. Transmis de père en fils, ce métier artisanal est devenu la spécialité du village, au point où les responsables de l'artisanat de la wilaya ont été amenés à lancer les démarches en vue de classer cette activité comme système de production locale afin de lui ouvrir la possibilité de bénéficier des aides prévues dans ce cadre. Petit, mais pas banal, ce métier requiert un certain savoir-faire et aussi une bonne connaissance du bois, son matériau de base. Car de la qualité du bois et de son traitement dépendent la qualité et la solidité du produit final qui peut être en bois de frêne, de pin, d'eucalyptus, de chêne ou encore de noyer. Toutes ces essences n'étant pas disponibles localement, les artisans se donnent la peine de s'approvisionner d'aussi loin que Tipaza, Jijel, Sétif ou Skikda, affirme le directeur de la PME et de l'artisanat, et fait savoir que le village de Draâ Ettabal compte 65 ateliers de fabrication de gassaâte (pluriel de gassaâ) qui emploient quelque 400 artisans.
La fabrication de la gassaâ, qui s'opérait entièrement à la main à partir d'un gros morceau de tronc d'arbre, se fait aujourd'hui avec l'aide d'outils et de machines électriques modernes, comme ceux que viennent d'acquérir une dizaine de jeunes du village pour une valeur de 100 000 DA, provenant du fonds de soutien à la promotion de l'artisanat. Pour « arrondir leurs fins de mois », les artisans de la gassaâ complètent leur activité par la production de produits subsidiaires en bois, comme les cageots de fruits et légumes, les palettes de chargement pour les ports, les manches de pelles et pioches et autres pieds de meïdate (tables basses) et petites pièces de menuiserie. Devenue un élément essentiel du Salon du couscous et des pâtes traditionnelles, qui se tient chaque année à Mila, et dont l'ouverture de l'édition 2008 (30 juin - 2 juillet) a eu lieu lundi, la gassaâ de Draâ Ettabal perpétue une tradition populaire dont les origines remontent loin dans le temps. En plus de sa fonction pratique d'ustensile, sans lequel le couscous « perd en goût et en charme », — les connaisseurs sont, sur ce point, formels —, la gassaâ revêt aussi un caractère hautement symbolique dans la culture populaire : des femmes groupées autour d'elle, pour rouler le couscous en « poussant la chansonnette », est toujours un moment annonciateur d'événements importants pour toute famille digne de ce statut...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.