«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idir au festival international nuits d'Afrique de Montréal
Les invasions berbères
Publié dans El Watan le 22 - 07 - 2008

La légende de la chanson kabyle, Idir, qui parraine la 22e édition du festival international Nuits d'Afrique, a donné, jeudi dernier, au Métropolis de Montréal, un concert lançant la programmation officielle de cette manifestation dédiée aux rythmes d'ascendance africaine.
Montréal : De notre correspondant
Qui a dit que la musique ne mobilise plus ? Beaucoup de politiciens rêvent de pouvoir remplir une salle de plus de 2000 places, de se faire « respecter » pendant deux heures, de voir le public répéter à l'unisson leurs « paroles » et de se faire rappeler sur scène à la fin de leur prestation ! Pour le chanteur algérien Idir, légende vivante de la chanson kabyle, l'exercice était plus qu'aisé jeudi dernier à la salle Métropolis de Montréal, où il a donné un concert dans le cadre de la 22e édition du festival international Nuits d'Afrique de Montréal. un public conquis d'avance, pas du tout rebuté par le prix du billet et en parfaite symbiose avec l'artiste. Une osmose qui est le fruit d'une complicité construite tout au long des 35 années de carrière de Idir… comme qui dirait que le public et l'artiste se sont aimés d'un amour tendre en cette chaude soirée montréalaise. Idir, parrain de l'édition de cette année, a donné un concert marquant le coup d'envoi de la programmation officielle de ce festival dédié aux rythmes africains et d'ascendance africaine (Afrique, Antilles et Amérique latine) regroupant des artistes de 27 pays. La première partie du concert de Idir a été assurée avec brio par le groupe Syncop, une formation mixant rythmes algériens et québécois que drive le talentueux chanteur et compositeur Karim Benzaïd. Il fallait avoir une bonne dose de courage et d'audace, qui n'ont pas fait défaut à Syncop, pour préparer un public venu écouter la star kabyle.
Lumières et identités
Le public a pu apprécier, entre autres, une version « accommodée » au contexte québécois de la chanson staïfia Moul Echech : l'histoire d'un algérien qui rend visite à sa fille vivant à Montréal avec tout le choc culturel qui en résulte. La chanteuse Bariza ne s'y retrouverait pas dans les subtilités du texte de Syncop ! En exclusivité pour le public de Idir, la formation algéro-québécoise a enchaîné avec La Cabane à souk une chanson extraite de son prochain album qui sortira en automne, où il est question de métissage culturel et de Poutine (plat québécois) et de couscous ! Au moment où Syncop a entamé un rythme kabyle, la composition et la sensibilité du public devenaient clairement identifiables ! Avant de laisser la place à Idir, Karim Benzaïd a rendu hommage au chanteur qui « a fait revivre le patrimoine berbère ». L'entrée sur scène de Idir s'est faite sous un tonnerre d'applaudissements sur fond de musique « idirienne » et les caméras des téléphones portables immortalisant ces moments aux cris de « Imazighen ». Ceci pour un tour de chant de 2 heures, où le fils du berger berbère a emporté son public vers les hauteurs de la Kabylie à travers les chansons puisées de ses albums Avava Inouva, Chasseurs de lumières et Identités, un clin d'œil a été fait à son dernier album La France des couleurs avec le texte du slameur français Grand corps malade, Lettre à ma fille, une chanson suivie religieusement par le public qui lui a signifié sa totale adhésion par de très longs applaudissements.
Il a alterné les deux albums Avava Inouva et Chasseurs de lumières : Isefra (le voyage) chanté avec le public puis Azger (le bœuf), Ssendou (la voie lactée). Et arrive enfin Avava Inouva, chanson traduite dans 15 langues et diffusée dans plus de 70 pays et « à cause ou grâce à laquelle je suis parmi vous » dira l'artiste à son auditoire. Pour cette chanson, Idir n'avait même pas besoin de la chanter, le public l'a fait à sa place. La chanson Tizi Ouzou, la version kabyle de San Francisco du chanteur français Maxime Le Forestier sera suivie de Azwaw (Kabyle) qui mettra le feu aux hanches avant d'enchaîner avec Chteduyi (la relève) et de finir avec Awaha awah (illusions). le chanteur remerciera son public, même les sans-papiers qui ne sont pas si nombreux que ça de ce côté-ci de l'Atlantique. Il dira avoir été impressionné par le fait que le public connaisse intégralement toutes ses chansons. Dans ses échanges avec les spectateurs, Idir a rendu hommage à son ami « Matoub Lounès » assassiné voilà dix ans. Il le reconnaît parmi « les étoiles qui ne sont que des fleurs coupées brutalement par la bêtise humaine ». Car « tous ceux qui sont morts assassinés vont devenir des étoiles. Et si on lève la tête vers le firmament on les apercevra », dira-t-il Le public le rappellera sur scène. Il revient pour finir avec Ay al khir inou. Une chanson qui rappelle l'ambiance de fin de fête kabyle avec ce rythme doux et tendre accompagné de youyous. A la fin de la soirée, l'auteur de l'article qui n'est pas berbérophone avait envie d'aller s'inscrire, sur le champ, à un cours de langue kabyle histoire de renforcer les invasions berbères sur le Métropolis de Montréal… mais il était déjà minuit passé !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.