6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idir au festival international nuits d'Afrique de Montréal
Les invasions berbères
Publié dans El Watan le 22 - 07 - 2008

La légende de la chanson kabyle, Idir, qui parraine la 22e édition du festival international Nuits d'Afrique, a donné, jeudi dernier, au Métropolis de Montréal, un concert lançant la programmation officielle de cette manifestation dédiée aux rythmes d'ascendance africaine.
Montréal : De notre correspondant
Qui a dit que la musique ne mobilise plus ? Beaucoup de politiciens rêvent de pouvoir remplir une salle de plus de 2000 places, de se faire « respecter » pendant deux heures, de voir le public répéter à l'unisson leurs « paroles » et de se faire rappeler sur scène à la fin de leur prestation ! Pour le chanteur algérien Idir, légende vivante de la chanson kabyle, l'exercice était plus qu'aisé jeudi dernier à la salle Métropolis de Montréal, où il a donné un concert dans le cadre de la 22e édition du festival international Nuits d'Afrique de Montréal. un public conquis d'avance, pas du tout rebuté par le prix du billet et en parfaite symbiose avec l'artiste. Une osmose qui est le fruit d'une complicité construite tout au long des 35 années de carrière de Idir… comme qui dirait que le public et l'artiste se sont aimés d'un amour tendre en cette chaude soirée montréalaise. Idir, parrain de l'édition de cette année, a donné un concert marquant le coup d'envoi de la programmation officielle de ce festival dédié aux rythmes africains et d'ascendance africaine (Afrique, Antilles et Amérique latine) regroupant des artistes de 27 pays. La première partie du concert de Idir a été assurée avec brio par le groupe Syncop, une formation mixant rythmes algériens et québécois que drive le talentueux chanteur et compositeur Karim Benzaïd. Il fallait avoir une bonne dose de courage et d'audace, qui n'ont pas fait défaut à Syncop, pour préparer un public venu écouter la star kabyle.
Lumières et identités
Le public a pu apprécier, entre autres, une version « accommodée » au contexte québécois de la chanson staïfia Moul Echech : l'histoire d'un algérien qui rend visite à sa fille vivant à Montréal avec tout le choc culturel qui en résulte. La chanteuse Bariza ne s'y retrouverait pas dans les subtilités du texte de Syncop ! En exclusivité pour le public de Idir, la formation algéro-québécoise a enchaîné avec La Cabane à souk une chanson extraite de son prochain album qui sortira en automne, où il est question de métissage culturel et de Poutine (plat québécois) et de couscous ! Au moment où Syncop a entamé un rythme kabyle, la composition et la sensibilité du public devenaient clairement identifiables ! Avant de laisser la place à Idir, Karim Benzaïd a rendu hommage au chanteur qui « a fait revivre le patrimoine berbère ». L'entrée sur scène de Idir s'est faite sous un tonnerre d'applaudissements sur fond de musique « idirienne » et les caméras des téléphones portables immortalisant ces moments aux cris de « Imazighen ». Ceci pour un tour de chant de 2 heures, où le fils du berger berbère a emporté son public vers les hauteurs de la Kabylie à travers les chansons puisées de ses albums Avava Inouva, Chasseurs de lumières et Identités, un clin d'œil a été fait à son dernier album La France des couleurs avec le texte du slameur français Grand corps malade, Lettre à ma fille, une chanson suivie religieusement par le public qui lui a signifié sa totale adhésion par de très longs applaudissements.
Il a alterné les deux albums Avava Inouva et Chasseurs de lumières : Isefra (le voyage) chanté avec le public puis Azger (le bœuf), Ssendou (la voie lactée). Et arrive enfin Avava Inouva, chanson traduite dans 15 langues et diffusée dans plus de 70 pays et « à cause ou grâce à laquelle je suis parmi vous » dira l'artiste à son auditoire. Pour cette chanson, Idir n'avait même pas besoin de la chanter, le public l'a fait à sa place. La chanson Tizi Ouzou, la version kabyle de San Francisco du chanteur français Maxime Le Forestier sera suivie de Azwaw (Kabyle) qui mettra le feu aux hanches avant d'enchaîner avec Chteduyi (la relève) et de finir avec Awaha awah (illusions). le chanteur remerciera son public, même les sans-papiers qui ne sont pas si nombreux que ça de ce côté-ci de l'Atlantique. Il dira avoir été impressionné par le fait que le public connaisse intégralement toutes ses chansons. Dans ses échanges avec les spectateurs, Idir a rendu hommage à son ami « Matoub Lounès » assassiné voilà dix ans. Il le reconnaît parmi « les étoiles qui ne sont que des fleurs coupées brutalement par la bêtise humaine ». Car « tous ceux qui sont morts assassinés vont devenir des étoiles. Et si on lève la tête vers le firmament on les apercevra », dira-t-il Le public le rappellera sur scène. Il revient pour finir avec Ay al khir inou. Une chanson qui rappelle l'ambiance de fin de fête kabyle avec ce rythme doux et tendre accompagné de youyous. A la fin de la soirée, l'auteur de l'article qui n'est pas berbérophone avait envie d'aller s'inscrire, sur le champ, à un cours de langue kabyle histoire de renforcer les invasions berbères sur le Métropolis de Montréal… mais il était déjà minuit passé !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.