Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La ville rebelle syrienne de Homs de nouveau pilonnée par l'armée
Publié dans Ennahar le 17 - 06 - 2012


[image] L'armée syrienne a repris son pilonnage violent du bastion rebelle de Homs, ont indiqué des militants en disant manquer de nourriture et d'eau et craindre "un massacre" en cas d'assaut des troupes alors que les violences ont fait 15 nouvelles victimes à travers le pays dimanche. "Les forces gouvernementales poursuivent depuis quatre à cinq jours le pilonnage de Homs, dans une tentative de prendre le contrôle de plusieurs quartiers", a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), se basant sur des témoignages de militants sur place. "Le pilonnage n'a pas cessé et le siège de la ville nous étouffe. Nous manquons de nourriture, d'eau et de médicaments", a affirmé Abou Bilal, un militant qui craint que les troupes ne commettent "un massacre" si elles pénètrent dans les quartiers encerclés. Un civil est mort dans le pilonnage de Khaldiyé, et deux rebelles ont été tués dans d'autres quartiers de Homs dans des combats ou par des tirs. Les forces gouvernementales ont pilonné également Talbissé et Rastane, autres localités de la province de Homs qui sont hors du contrôle des autorités depuis des mois, a précisé l'ONG. "Nous n'avons plus de lait pour les enfants, ni eau ni électricité", se plaint une habitante, mère de deux enfants, dans une vidéo mise en ligne par des militants montrant des images du quartier de Jouret al-Chiyah à Homs ravagé par les destructions, des rues vides et des bâtiments incendiés. "Nous ne demandons ni argent ni armes, nous voulons juste sortir nos enfants d'ici", dit-elle. Samedi, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a averti qu'un nouveau massacre se profilait à Homs, affirmant que 30.000 soldats et membres de milices pro-gouvernementales assiégeaient la ville. La veille, l'OSDH avait exhorté l'ONU à "intervenir immédiatement pour faire arrêter les bombardements incessants sur les quartiers de Homs afin d'évacuer plus de 1.000 familles encerclées, comprenant des enfants et des femmes". Dans la province d'Alep (nord), deux civils ont péri dans les bombardements des localités d'Abine et d'Andane, que les forces gouvernementales tentent de contrôler, selon l'OSDH. Dans la province de Damas, à la pointe de la rébellion, des combats violents se sont déroulés entre insurgés et soldats dans la localité de Mleiha, a poursuivi l'OSDH. Deux civils ont péri sous les tirs à Douma, bombardée par les troupes et où des combats opposent les soldats aux insurgés, et deux autres ont été tués à Misraba et à Nahr Aïché, dans la même province. Ailleurs, un civil a été tué par un tireur embusqué près du village al-Tamaané, dans la province d'Idleb (nord-ouest), où une voiture piégée a explosé sans faire de victime. Un combattant rebelle et un civil ont péri à Deir Ezzor (est). Les violences ont atteint également la province de Lattaquié (nord-ouest) où les villages de la Montagne kurde sont bombardés par l'armée, selon l'OSDH. Au moins trois soldats ont été tués dans des combats avec des insurgés dans la vallée du Ghab dans la province de Hama (centre), selon l'ONG. Les observateurs de l'ONU ont annoncé samedi la suspension de leurs opérations en Syrie raison de "l'intensification des violences" dans ce pays où 69 personnes, dont 51 civils, ont été tuées samedi, d'après l'OSDH.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.