Grande mobilisation du hirak    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    Victoire impérative des Verts    La réactionmolle du bureau fédéral !    Le ministère déplore les appels à l'escalade    Premier décés en Italie, l'oms tire la sonnette d'alarme    PSG : Les joueurs recadrés par Leonardo    Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Serport annonce ses grands projets    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Report du derby USMA – MCA : Une décision politique    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la Zorna vient à manquer
Publié dans Horizons le 26 - 02 - 2012


En culture il y a comme un air d'inachevé pour perpétuer le patrimoine festif de notre héritage. Dans notre société en plein mutation, le développement socio économique à provoquer quelques fissures dans l'apanage traditionnel pour plonger dans l'agonie une symbolique identitaire par laquelle se relayent tous les courants culturels de notre société. Elle est tout simplement synonyme de fierté et de joie annonçant un heureux événement dans tous les cours de maison. De son vrai nom la Zorna, qui stipule si besoin est la « gaîté » elle demeure incrustée dans la mémoire collective des Algériens, gardant en éveil les rares moments de festivités marquant les fêtes religieuses, ou encore des célébrations de mariages. Un rythme très présent encore. La troupe de Zorna est composée d'un groupe de musiciens en habits traditionnels, jouant aux rythmes et instruments spéciaux de Zornadjia, "Tbel (Tambours), Ghaita (Flûte), Tbiblette (Petit Tambour)". Le rythme vient de l'air des Turcs, au 16e siècle, un rythme militaire qui se jouait dans les grandes rues des villes d'Alger, Blida, Miliana, Béjaia, Koléa... Au fil du temps la Zorna s'est développée pour se rapprocher du rythme Chaâbi et des festivités quotidiennes, pour devenir maintenant, une nécessité pour le début de chaque fête de mariage, baptême... Celui qui a développé la Zorna est le célèbre zornadji Boualem Titiche, lui-même élève avec son père du Cheikh Medjeber de Miliana. Boualem Titiche a pu structurer le rythme Zorna en le dotant de deux rythmes spéciaux "Âadjani et El-Khayate". Il enseigna son savoir au conservatoire d'El-Biar. Aujourd'hui encore de nombreux auteurs s'inspirent de son style de musique traditionnelle qui demeure une référence pour un grand nombre de nostalgiques de ce son. Avec la disparition du dernier des Zornadji, Boualem Titiche, le deuil continue à planer sur une école dont les adeptes se passent chichement le témoin comme par souci de conserver un cercle très réduit de templiers gardant jalousement la sacralité de la zorna.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.