LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la Zorna vient à manquer
Publié dans Horizons le 26 - 02 - 2012


En culture il y a comme un air d'inachevé pour perpétuer le patrimoine festif de notre héritage. Dans notre société en plein mutation, le développement socio économique à provoquer quelques fissures dans l'apanage traditionnel pour plonger dans l'agonie une symbolique identitaire par laquelle se relayent tous les courants culturels de notre société. Elle est tout simplement synonyme de fierté et de joie annonçant un heureux événement dans tous les cours de maison. De son vrai nom la Zorna, qui stipule si besoin est la « gaîté » elle demeure incrustée dans la mémoire collective des Algériens, gardant en éveil les rares moments de festivités marquant les fêtes religieuses, ou encore des célébrations de mariages. Un rythme très présent encore. La troupe de Zorna est composée d'un groupe de musiciens en habits traditionnels, jouant aux rythmes et instruments spéciaux de Zornadjia, "Tbel (Tambours), Ghaita (Flûte), Tbiblette (Petit Tambour)". Le rythme vient de l'air des Turcs, au 16e siècle, un rythme militaire qui se jouait dans les grandes rues des villes d'Alger, Blida, Miliana, Béjaia, Koléa... Au fil du temps la Zorna s'est développée pour se rapprocher du rythme Chaâbi et des festivités quotidiennes, pour devenir maintenant, une nécessité pour le début de chaque fête de mariage, baptême... Celui qui a développé la Zorna est le célèbre zornadji Boualem Titiche, lui-même élève avec son père du Cheikh Medjeber de Miliana. Boualem Titiche a pu structurer le rythme Zorna en le dotant de deux rythmes spéciaux "Âadjani et El-Khayate". Il enseigna son savoir au conservatoire d'El-Biar. Aujourd'hui encore de nombreux auteurs s'inspirent de son style de musique traditionnelle qui demeure une référence pour un grand nombre de nostalgiques de ce son. Avec la disparition du dernier des Zornadji, Boualem Titiche, le deuil continue à planer sur une école dont les adeptes se passent chichement le témoin comme par souci de conserver un cercle très réduit de templiers gardant jalousement la sacralité de la zorna.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.