Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iveton, l'anti-colonialiste
Publié dans Horizons le 19 - 06 - 2010

Fernand Iveton est né le 12 janvier 1926 à Alger. Militant du Parti communiste algérien, il nourrissait un fort sentiment anti-colonialiste et, à 30 ans, il prit la décision de participer activement à la lutte contre le colonialisme français en Algérie. En octobre 1956, il réussit à prendre contact avec le groupe du FLN du Ruisseau (El Anasser) et leur proposa un projet d'attentat qu'il voulait exécuter. Après étude, le projet fut accepté. Il consistait à faire exploser une bombe à l'intérieur de l'usine à gaz E.G.F de Belcourt (Hamma) où il travaillait comme ouvrier tourneur, dans le but de provoquer une grande panne qui priverait Alger d'électricité pendant quelques jours. Fernand Iveton précisa que cet attentat ne devait faire aucune victime, ce qui fut accepté. A ce stade du projet, et conformément au système de cloisonnement institué au cours de la bataille d'Alger, la prise en charge de Fernand Iveton fut modifiée. C'est désormais la militante Jacqueline Guerroudj qui sera son seul contact et assurera la liaison entre lui et Taleb Abderrahmane qui fabriquera les bombes.
Car Iveton, pour des raisons d'efficacité, demanda deux bombes. Mais, dans un souci d'éviter toute perte humaine, il demanda aussi, avec insistance, qu'elles soient réglées pour exploser à 19h30, c'est-à-dire 1h30 après la sortie à 18h des travailleurs de l'E.G.F. Jacqueline Guerroudj prit contact avec Taleb Abderrahmane et, au bout de quelques jours, celui-ci lui remet les deux bombes, après les avoir réglées devant elle.
Le 14 novembre 1956, jour crucial, elle avait rendez-vous avec Fernand Iveton pour lui donner les deux bombes. Mais la musette d'Iveton était trop petite et, finalement, il ne prit qu'une seule bombe, laissant l'autre à la jeune militante qui se demandait ce qu'elle allait bien en faire… C'est la dernière fois que Jacqueline Guerroudj voyait Fernand Iveton. A 13 heures ce 14 novembre 1956, Fernand Iveton se rendit au travail, sa musette suspendue à l'épaule. En arrivant, il la mit dans un placard, en attendant le moment d'agir. Il ignorait que la minuterie de la bombe était assurée par un réveil plutôt bruyant. En tant que communiste, Iveton était déjà suspect aux yeux de ses chefs à l'E.G.F. Et lorsque un de ces chefs, un contre-maître, entendit un tic-tac régulier sortir du placard, il n'hésite pas, il prévient la police. C'était le flagrant délit et Fernand Iveton fut aussitôt arrêté et immédiatement soumis à la torture, car on avait trouvé dans sa poche un papier où Taleb Abderrahmane avait inscrit l'heure de l'explosion des deux bombes. Et, les policiers voulaient savoir d'urgence où était la deuxième bombe. Une urgence qui les rendit impitoyables et, durant des heures, ils infligèrent d'atroces souffrances au prisonnier. Mais, opposant une résistance surhumaine à ses tortionnaires, Iveton ne dénonça personne, ni Jacqueline Guerroudj qui lui a remis la bombe, ni Yahia Briki, un militant qui devait, si la bombe avait explosé, l'héberger chez lui et l'aider ensuite à rejoindre le maquis. Car si l'acte de sabotage avait réussi, il aurait été le premier soupçonné en sa qualité de militant communiste.
Après son arrestation et son incarcération à la prison de Serkadji, Fernand Iveton, le jeune idéaliste épris de justice, allait être traîné dans la boue par la presse et la justice coloniales. Des imputations mensongères reprises par plusieurs journaux de la métropole firent de lui un tueur sans pitié. La justice coloniale avalisa cette fable et condamna Fernand Iveton à la peine capitale pour tentative de sabotage.
Arrêtée en janvier 1957, Jacqueline Gueroudj a fait des déclarations à la police dans l'espoir de rétablir la vérité et de provoquer la révision du procès de Fernand Iveton. Mais la justice n'en a pas tenu compte.
Et le président français René Coty n'a pas hésité à refuser le recours en grâce d'un homme condamné à mort pour une tentative de sabotage inaboutie.
Fernand Iveton fut exécuté – assassiné, dirons-nous – le 11 février 1957 à 5 h du matin à la prison de Serkadji. Il mourut en criant : « Vive l'Algérie indépendante ». Deux autres combattants de la liberté, Mohamed Ouenéri et Mohamed Lakhnèche furent exécutés après lui, pendant que tous les prisonniers de la prison Serkadji scandaient les noms des trois héros et chantaient l'hymne national.
* (Sources : Jacqueline Guerroudj. Des douars et des prisons. Alger, Bouchène. 1993).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.