2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iveton, chahid de seconde classe ?
Commémoration
Publié dans El Watan le 09 - 02 - 2009

Encore une fois, la commémoration de la mort de Fernand Iveton, guillotiné par les autorités coloniales le 11 février 1957 à la prison de Serkadji, risque d'être compromise par la bêtise et le sectarisme de bureaucrates zélés obéissant à des « ordres venus d'en haut ».
La famille, les amis de Iveton, des moudjahidine et des citoyens se préparent à rendre hommage à Fernand et aux deux autres chouhada, Mohamed Ounnouri et Ahmed Lakhnache exécutés le même jour, se sont vu exiger une autorisation de la wilaya d'Alger pour pouvoir se recueillir sur la tombe de Iveton au cimetière chrétien de Bologhine. Comme l'an dernier, à la différence que cette année, la famille du chahid Iveton refuse de se plier à ce qu'elle considère comme une intolérable discrimination, ses compagnons et les moudjahidine sont décidés à passer outre. Pour rappel, le ministre délégué aux Collectivités locales, Daho Ould Kablia, avait tenu à présenter des excuses officielles à la sœur de Fernand après que les autorités avaient fait croire comme étant une simple incompréhension, liée à des considérations sécuritaires, etc.
Aujourd'hui, la famille, les amis, les compagnons et les moudjahidine du chahid Iveton ne comprennent pas cette attitude discriminatoire de l'administration alors qu'ils ont, par ailleurs, rendu hommage à d'autres chouhada sans aucun préalable exigé de la part de l'administration. Iveton était assurément loin de penser après avoir crié au pied de la guillotine : « Tahia El Djazaïr » que, quarante-sept ans après l'indépendance de l'Algérie, son sacrifice dérangerait quelque part les satrapes et autres thuriféraires du pouvoir depuis 1962. A l'instar de cet épisode tragi-comique où répondant à un article de l'historien français, Jean-Luc Einaudi, publié dans les années 1980 dans le journal Le Monde, consacré à Iveton et tous ces Français qui ont combattu dans les les rangs du FLN pour l'indépendance, dénonçant par la même « l'oubli officiel » des autorités après 1962 qui ne songèrent même pas à baptiser une rue ou une place publique du nom de ces chouhada.
Répondant à l'article du Monde, la kasma FLN et l'APC d' El Madania, ex-Clos Salembier, où est né Iveton, se sont empressées le jour-même — ou plutôt dans la nuit — d'apposer une plaque portant le nom d'Iveton à l'entrée de l'impasse de 30 m où se trouve encore le domicile où il est né. Les auteurs de cette mascarade ont vite fait d'envoyer un démenti au Monde avec photo à l'appui. La manœuvre n'a dupé personne encore moins les citoyens de la commune d'El Madania dégoûtés par la mesquinerie des militants locaux du FLN. Une vingtaine d'années plus tard, les mêmes pratiques sectaires et d'exclusion persistent et suscitent encore plus d'indignation.
Faut-il encore signaler que le compagnon de Iveton, Felix Colozi, déchu de sa nationalité algérienne en 1965 pour ne pas avoir soutenu le coup d'Etat contre Ben Bella, attend toujours sa réintégration, malgré ses multiples démarches auprès des autorités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.