Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    L'IMPERATIF D'UNE CESSION PROFITABLE    ABROUS OUTOUDERT, NOUVEAU DIRECTEUR DE "LIBERTE"    Un pôle régional de production d'oxygène à Bellara    "LE SERMENT"    Une trentaine d'évacuations de cas suspects par jour    L'APC menace de résilier son contrat avec le CET    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Le «grand n'importe quoi» a commencé !    Qui veut (encore) la tête d'Antar Yahia ?    Le prix du gaz flambe, le pétrole autour de 70 dollars le baril    La prunelle de ses yeux    Sachez que...    Eh ! La France ! Ton honneur fout le camp !    L'évolution d'une gestion    17 tests PCR négatifs    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    Blida: L'incendie du parc national de Chréa maîtrisé à 70 %    Situation sanitaire: La solidarité pour lutter contre la crise    Fruits et légumes: Des prix stables sur les marchés    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Consommation: Les prix en légère baisse    La Tunisie joue-t-elle le scénario égyptien ?    LE BONHEUR POUR TOUS    «El-bassel wel q'bih»    L'AS FAR valide son billet    Entrée en lice d'Abdelkrim Fergat    Djokovic forfait pour le mixte    Dusty Hill, est mort à 72 ans    Jacob Desvarieux emporté par la covid...    Salem Azzi n'est plus!    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    Le Premier ministre annonce une série de mesures    Chanegriha honore les Cadets de la Nation    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre    «Le Maroc restera une dictature féroce»    Le Premier ministre présente le Plan d'action de son gouvernement    Seif al-Islam Kadhafi annonce sa candidature    Média culpa    Al Arabia interdite en Algérie    Retrait de l'accréditation en Algérie    Le complexe qui n'arrête pas d'arrêter    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les commerçants n'ont pas pu imposer Leur diktat
Face à un consommateur de plus en plus exigeant
Publié dans Horizons le 09 - 08 - 2013


Le consommateur algérien a tendance à changer d'attitude. Ce n'est plus ce consommateur qui subit sans réagir. Il prend de plus en plus conscience de sa force sur le marché. C'est le constat fait, durant ce Ramadhan, par l'Association de protection et d'orientation du consommateur (Apoc). « Aujourd'hui, le consommateur réclame, se montre exigeant, même vis-à-vis de nous. Tout au long de ce mois sacré, nous avons remarqué ses exigences en termes de qualité, d'hygiène et d'exposition des produits alimentaires », constate Mustapha Zebdi, président de l'Apoc. Mieux, le consommateur prend des initiatives pour dénoncer les abus ou la hausse injustifiée des prix. Le boycott du poulet et plus récemment de la banane, démontre sa détermination à ne plus se laisser faire. « Au début du mois sacré, il a constaté une hausse des prix mais elle n'était pas aussi importante que les années précédentes. Sauf pour certains produits dont les prix ont augmenté d'une façon abusive et inexpliquée », souligne-t-il. Toujours selon le constat de l'Apoc, l'Algérien s'éloigne de plus en plus de l'informel tandis que le formel commence à s'adapter aux changements dans le comportement des consommateurs. Chose que confirme l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) constatant également que, durant le mois de Ramadhan, la culture de consommation s'est nettement améliorée. « Le Ramadhan nous a permis de mieux cerner les points faibles du marché national », souligne Hadj-Tahar Boulenouar, porte-parole de l'UGCAA. Parmi ces faiblesses, l'offre des produits alimentaires qui est très en dessous de la demande. Mais aussi le grand écart existant entre les prix des fruits et légumes dans le marché de détail et ceux pratiqués par le marché de gros, soit le double. « Le nombre de marchés de proximité étant limité, les légumes et les fruits sont presque des produits de luxe sur les marchés de détail alors qu'ils pourrissent dans les marché de gros », signale le porte-parole de l'UGCAA en enregistrant, encore une fois, l'absence des APC sur le marché en matière de contrôle. D'où le retour, au cours du mois sacré, de l'informel. « L'absence de culture de prévisions par rapport à la demande, ressentie d'une façon particulière au cours du mois de carême, renforce le monopole exercé sur le marché ainsi que la spéculation. La hausse brutale et injustifiée des prix de la banane en est un exemple concret », conclut M. Boulenouar.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.