Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La politique financière passée au peigne fin
Réaction des députés
Publié dans Horizons le 28 - 10 - 2013


Les députés ont entamé, hier, les débats sur la loi de finances pour 2014 présentée, dans la matinée, par le ministre des Finances, Karim Djoudi. Des élus du FLN ont fait des remarques pertinentes sur le projet en relevant certaines dispositions et faisant des suggestions soutenant le principe de la rigueur dans la gestion des finances publiques. Belgacem Belabès s'est interrogé sur l'existence d'une politique d'assainissement des finances publiques. « Plusieurs projets inscrits n'ont pas été réalisés. On aimerait savoir si le gouvernement a procédé à l'assainissement de ces situations ? », s'est-il demandé. Il a également relevé « l'annulation ou le report de projets sans aucune consultation préalable des autorités locales et des concernés ». Le même intervenant a interpellé le gouvernement pour créer un département ministériel du budget, dont la mission serait de contrôler les dépenses. Il estime que la partie qui décide des dépenses ne peut pas être juge et partie. Belgacem Belabès a émet le souhait de faire de 2014, l'année de la réduction de la facture d'importations, à travers la consultation des commissions chargées des finances, de l'agriculture et autres et en impliquant les départements ministériels concernés. « Il faut réduire cette facture en mettant en place une politique de substitution », a-t-il suggéré. Mahdjoub Bedda, du même parti, a appelé le gouvernement à la mise en place d'une flotte maritime algérienne. « 97% du transport maritime est assuré par des entreprises étrangères. La souveraineté nationale nous interpelle à réfléchir sérieusement sur cette question ». M. Bedda a appelé à la révision de la politique de transfert de service, notamment chez les concessionnaires automobiles, estimé à 5 milliards de dollars. « C'est un créneau qui n'apporte rien en matière de création d'emplois et de richesse. Les 134 concessionnaires recensés emploient 5.000 personnes seulement », a-t-il dit, plaidant pour le retour à l'importation des véhicules de moins de 3 ans « plus efficaces et moins coûteux ». Concernant le climat d'investissement, le même député a relevé le retard enregistré dans la réforme du système bancaire et financier. « Comment développer l'investissement en l'absence d'un système de payement électronique et d'un système de change légal ? », s'est-il interrogé. Naâmane Laouar, du MSP, a appelé à relever le seuil de référence du calcul de la loi de finances de 37 à 60 dollars. « C'est devenu une habitude mais qui n'a apporté aucune évolution », a-t-il indiqué. Il a également appelé à la révision de la gestion des réserves de change à travers l'engagement d'investissements à l'étranger. Il s'est aussi interrogé sur « les raisons de la dévaluation du dinar ». Lakhdar Benkhellaf, du Front pour la justice et le développement, abonde dans le même sens, en relevant « l'ambiguïté dans la référence retenue dans le calcul de la loi de finances dans la mesure où certains chapitres sont calculés sur la base de 37 dollars alors que d'autres le sont sur la base de 90 dollars ». Pour sa part, Djelloul Djoudi du Parti des travailleurs a appelé à la suppression des avantages accordés aux entreprises économiques du secteur privé. Il a demandé la création d'un fonds pour assurer les dépenses engendrées par l'application de l'article 87-bis engendrant une hausse du salaire de base. Un contrôle de l'application de la suppression de la taxe sur les aliments de volaille. Par ailleurs, la commission des finances et du budget de l'APN a proposé d'introduire des amendements dans les dispositions de cette loi, après avoir débattu du texte avec les parties concernées. Ainsi, elle suggère d'augmenter les dons octroyés par les grandes entreprises aux associations à caractère humanitaire et social à 100 millions de centimes. Sur la mesure prise par le gouvernement concernant la suppression de la taxe sur l'aliment de volaille, la commission a exigé la mise en place « d'un contrôle judiciaire sur l'application de cette mesure ». Une demande justifiée par « l'absence d'un véritable impact de cette mesure sur le terrain vu que les prix du poulet et des œufs n'ont pas baissé ». La commission a également soulevé le problème de la commercialisation des pièces de rechange automobiles, puisque la LF 2014 impose aux concessionnaires de créer une activité industrielle durant les trois prochaines années, faute de quoi, ils verront le retrait de leur agrément. La commission de finances et du budget suggère « de ne plus importer les produits qui seront fabriqués localement ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.