Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Petites vérités sur le plafonnement des salaires
Carton rouge
Publié dans Horizons le 28 - 05 - 2014


On dit que parfois l'enfer est pavé de bonnes intentions. Présentement, c'est le chemin que semble prendre la décision des autorités du football national relative au plafonnement des salaires des joueurs. La réaction des concernés n'a pas tardé à se manifester. La dernière journée de championnat de Ligue 1 Mobilis a ainsi vu plusieurs équipes interrompre le spectacle pour observer cinq minutes de protestation. Une action qui n'a pas été du goût de la FAF qui menace de sanction les contestataires. La Ligue de football professionnel et la Fédération justifient leur décision par une demande pressante et unanime des présidents des clubs et le souci d'éviter aux SSPA une situation de banqueroute financière. Les motivations qui ont présidé à l'instruction des instances de gestion du football algérien paraissent a priori louables. Néanmoins, le texte en question n'a aucun justificatif légal et s'inscrit en faux par rapport aux règles et principes de l'économie de marché et du libéralisme, censés encadrer toute activité, de spectacle soit-elle. La législation algérienne en matière de salaires est, dans cet ordre d'idées, on ne peut plus claire. Elle stipule que le salaire est fixé librement entre l'employeur et le travailleur, soit à travers un contrat de travail individuel ou par l'intermédiaire de la négociation collective. C'est autour de ces deux méthodes que se définissent les conditions d'emploi et de travail autant que les modalités de rémunération. C'est dire si l'oukase administratif du duo FAF-LFP n'a aucune base juridique et donc, de facto, frappé du sceau de la caducité. Faute d'avoir pris le temps de porter à maturité la revendication des présidents des clubs, l'autorité du football se serait, ainsi, engagée dans un processus qui a très peu de chance d'aboutir. Il aurait été bien plus « rentable » pour le football professionnel de voir cette même autorité édicter des normes de gestion rigoureuses des clubs en affinant le cahier des charges, quitte à s'inspirer des pays qui nous ont devancés sur cette voie. Sous d'autres cieux, quand un club transgresse les règles élémentaires de gestion, il subit immédiatement la rigueur de la réglementation et se voit, soit interdit de recrutement, soit rétrogradé, soit privé d'accession. C'est ainsi que le « marché » fonctionne et c'est de cette manière, très capitaliste, que l'on assainit « l'environnement ». Encore faudrait-il qu'il y ait assez de volonté pour contraindre les « boss » des SSPA à jouer le jeu. Dur challenge au regard de la posture quasi schizophrénique des présidents qui, d'un côté, se soumettent au moindre caprice de leurs stars en carton-pâte et, de l'autre, déplorent les conséquences de leurs actes. N'est-ce pas ces mêmes « plaignants » qui, à chaque mercato, se lancent dans une frénétique surenchère salariale, dopant la courbe exponentielle des charges du club ? Ne leur revient-il pas, fort de la législation du travail et de leur position d'employeur, de négocier au mieux les contrats qui les lient aux joueurs et autres staffs technique, administratif et médical ? N'ont-ils donc plus l'obligation de veiller à la pérennité de leur « entreprise » et de lui éviter endettement endémique et banqueroute financière ? En outre, un chiffre très significatif apporte de l'eau au moulin des détracteurs de la décision : sur les 800 joueurs que compte le football professionnel local, moins de 10% perçoivent un salaire supérieur au seuil des 120 millions de centimes. Une vérité qui bas en brèche l'argument de l'endettement par les salaires. Mais le plus grave dans l'histoire ce sont les conséquences qu'aurait l'application de cette mesure. Serait-on à ce point naïf pour croire que les patrons des clubs vont se soumettre à l'ordre de la LFP et de la FAF, en prenant le risque de perdre leurs « perles », de subir la vindicte des supporters et de voir s'envoler la « poule aux œufs d'or » ? Nul doute que les méninges sont déjà en action pour contourner cette contrainte. Connaissant les mœurs des patrons des clubs, il est fort probable que la solution se limiterait à un retour en force de la « chkara » et des caisses noires - encore faudrait-il qu'elles soient un jour parties - dans le modèle de gestion. Cette « option » annihilerait toute traçabilité de l'argent du football et priverait, en outre, le Trésor public, par conséquent l'Etat, d'importantes recettes fiscales étant donné que le complément de salaire, qui transitera par le sachet noir, ne sera ni déclaré ni soumis à l'impôt. L'autre résultante serait de voir le meilleur de notre piètre production de footballeurs aller chercher fortune dans les pays voisins, appauvrissant encore plus un football déjà bien mal en point.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.