Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Sonelgaz en pole position    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La voix écoutée de l'Algérie    17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Ce que dit un rapport US    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400m haies    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Coupe Davis (Groupe 3 - Zone Afrique): ''un tirage au sort équilibré" (Hakimi)    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Tournoi ITF-Pro W60 de San Bartolomé: Inès Ibbou qualifiée au 2e tour    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Le superbe lob d'Ismaïla Sarr avec Watford (Vidéo)    El-Bayadh: l'électricité ne sera pas coupée aux communes n'ayant pas payé leurs redevances    La Guerre de libération de l'Algérie, "un moment historique" pour la libération des peuples africains    Alger: Six harraga noyés, plusieurs autres portés disparus    Ignorance, inculture et suicide    NA Hussein Dey: Le maintien comme objectif    Quelle justice pour quel monde?    Un dernier délai ?    Constantine: Un mort et deux blessés dans une explosion de gaz    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'Algérie condamne l'agression des forces sionistes sur Ghaza    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des tigres blancs au parc de Ben Aknoun
Pour la première fois en Algérie
Publié dans Horizons le 23 - 07 - 2014


« Le coordinateur européen chargé des hippopotames a étudié notre demande et après s'être assuré que l'entretien au niveau de notre zoo se fait dans les normes, il a validé le don de cet animal à partir du parc d'Amnéville », explique l'assistant du directeur général du parc zoologique de Ben Aknoun, Belayat, qui est également vétérinaire. Camba, logé dans une « chambre » climatisée, est l'une des plus importantes « acquisitions » du parc ces dernières années. Car la plus importante reste celle de tigres blancs du Bengale. Une espèce très rare dans le monde que l'Algérie accueille pour la première fois dans son histoire « zoologique ». « Le parc de Libreville, capitale du Gabon, avait un surplus de tigres. Il a donc accepté de nous faire don de deux femelles blanches et d'une brune de 8 mois et de deux mâles blanc et brun de deux ans. Tous nos échanges se font sans contrepartie financière. Mais il y a des exceptions. Cela nous arrive, mais très rarement, d'acheter des animaux », explique l'assistant du DG. Le transport de ces animaux se fait également d'une façon gracieuse grâce au concours de l'Armée nationale, toujours disposée, selon Belayat, à prêter main forte. Ces dons ont un but bien précis, celui d'assurer la reproduction de l'espèce. Ainsi, pour l'hippopotame Camba, il est envisagé de l'accoupler avec Nahra, une femelle de quatre ans née dans le zoo de Ben Aknoun. Un muret sépare le mâle et la femelle dans le « coin des hippopotames ». Des barreaux le remplaceront bientôt pour permettre un contact visuel entre les deux animaux avant d'engager le contact physique. « En 2010, nous avions ramené un hippopotame femelle en gestation, mais nous ne le savions pas, pas plus que les donneurs d'ailleurs. C'était une surprise pour nous. C'est ainsi que nous avions eu Nahra », explique-t-il. Plus timide que Camba, Nahra ne quitte pas sa mère d'une semelle dans le grand espace qui leur est consacré. Un espace qui connaîtra probablement une extension, d'après l'assistant du DG, si la famille des hippopotames s'agrandit. Idem pour les tigres blancs, les mâles précisément, qui devront s'accoupler avec une tigresse femelle, une ancienne locataire du parc. « Il faut savoir que les cinq tigres que nous avons ramenés sont frères et sœurs. Or, les accouplements consanguins sont à déconseiller car les nouveau-nés risquent soit de mourir, soit de souffrir de malformations. L'un des mâles donc va s'accoupler avec la tigresse du parc et afin d'avoir du sang neuf, nous comptons faire des échanges avec des parcs locaux d'El Taref, Oran ou Sétif, pour les accouplements », indique-t-il. Pour ce qui est de la nourriture et de l'encadrement de ces animaux, Belayat assure que les dispositions sont prises pour respecter leur régime alimentaire. De même qu'une équipe scientifique est mise en place pour accompagner les opérations de reproduction. Le vétérinaire fait aussi part de la grande expérience du personnel dans ce domaine. « Nous prêtons une grande importance à l'aspect sécuritaire. Nous avons des systèmes qui permettent l'entretien des loges, le déplacement des animaux et la distribution de la nourriture sans que l'animalier et les animaux ne soient en contact. Nous appliquons ces dispositifs à tous les animaux sauvages, y compris les gazelles, en prévention de comportements imprévisibles », dit-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.