Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des tigres blancs au parc de Ben Aknoun
Pour la première fois en Algérie
Publié dans Horizons le 23 - 07 - 2014


« Le coordinateur européen chargé des hippopotames a étudié notre demande et après s'être assuré que l'entretien au niveau de notre zoo se fait dans les normes, il a validé le don de cet animal à partir du parc d'Amnéville », explique l'assistant du directeur général du parc zoologique de Ben Aknoun, Belayat, qui est également vétérinaire. Camba, logé dans une « chambre » climatisée, est l'une des plus importantes « acquisitions » du parc ces dernières années. Car la plus importante reste celle de tigres blancs du Bengale. Une espèce très rare dans le monde que l'Algérie accueille pour la première fois dans son histoire « zoologique ». « Le parc de Libreville, capitale du Gabon, avait un surplus de tigres. Il a donc accepté de nous faire don de deux femelles blanches et d'une brune de 8 mois et de deux mâles blanc et brun de deux ans. Tous nos échanges se font sans contrepartie financière. Mais il y a des exceptions. Cela nous arrive, mais très rarement, d'acheter des animaux », explique l'assistant du DG. Le transport de ces animaux se fait également d'une façon gracieuse grâce au concours de l'Armée nationale, toujours disposée, selon Belayat, à prêter main forte. Ces dons ont un but bien précis, celui d'assurer la reproduction de l'espèce. Ainsi, pour l'hippopotame Camba, il est envisagé de l'accoupler avec Nahra, une femelle de quatre ans née dans le zoo de Ben Aknoun. Un muret sépare le mâle et la femelle dans le « coin des hippopotames ». Des barreaux le remplaceront bientôt pour permettre un contact visuel entre les deux animaux avant d'engager le contact physique. « En 2010, nous avions ramené un hippopotame femelle en gestation, mais nous ne le savions pas, pas plus que les donneurs d'ailleurs. C'était une surprise pour nous. C'est ainsi que nous avions eu Nahra », explique-t-il. Plus timide que Camba, Nahra ne quitte pas sa mère d'une semelle dans le grand espace qui leur est consacré. Un espace qui connaîtra probablement une extension, d'après l'assistant du DG, si la famille des hippopotames s'agrandit. Idem pour les tigres blancs, les mâles précisément, qui devront s'accoupler avec une tigresse femelle, une ancienne locataire du parc. « Il faut savoir que les cinq tigres que nous avons ramenés sont frères et sœurs. Or, les accouplements consanguins sont à déconseiller car les nouveau-nés risquent soit de mourir, soit de souffrir de malformations. L'un des mâles donc va s'accoupler avec la tigresse du parc et afin d'avoir du sang neuf, nous comptons faire des échanges avec des parcs locaux d'El Taref, Oran ou Sétif, pour les accouplements », indique-t-il. Pour ce qui est de la nourriture et de l'encadrement de ces animaux, Belayat assure que les dispositions sont prises pour respecter leur régime alimentaire. De même qu'une équipe scientifique est mise en place pour accompagner les opérations de reproduction. Le vétérinaire fait aussi part de la grande expérience du personnel dans ce domaine. « Nous prêtons une grande importance à l'aspect sécuritaire. Nous avons des systèmes qui permettent l'entretien des loges, le déplacement des animaux et la distribution de la nourriture sans que l'animalier et les animaux ne soient en contact. Nous appliquons ces dispositifs à tous les animaux sauvages, y compris les gazelles, en prévention de comportements imprévisibles », dit-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.