Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'association des consommateurs et les concessionnaires divergent
Le nouveau décret sur la concession automobile entre en application
Publié dans Horizons le 25 - 02 - 2015

Un sentiment que ne partage pas l'Association des concessionnaires automobiles algériens AC2A qui est « globalement d'accord » sur son contenu. Le président de l'Apoce, le Dr Mustapha Zebdi, a relevé les points problématiques dans le nouveau texte pour expliquer sa position. « Les pouvoirs publics ont travaillé avec l'association des concessionnaires automobiles algériens sans consulter les représentants des consommateurs », affirme-t-il. Conséquence : l'Apoce estime d'abord que l'article 21 est « flou ». Cet article, dans son premier paragraphe, confie le contrôle technique des véhicules à la Direction des mines, ce qui est une « erreur », selon Zebdi, car cette dernière « n'a ni la possibilité ni les moyens d'effectuer des tests techniques ». De ce fait, il propose que cette mission soit dévolue à l'Entreprise nationale du contrôle technique automobile (Enacta) qui délivrera sur cette base l'homologation « au lieu d'attendre deux ans de mise en circulation pour savoir lors du premier contrôle technique si le véhicule est conforme ou pas ». Sur le même aspect, le président de l'Apoce a estimé que dans le cahier des charges des concessionnaires, il est question que le certificat de conformité soit délivré par un organisme international accrédité ou par le constructeur. Pour lui, il faut remplacer « ou » par « et » car dans le premier cas, « le constructeur est juge et partie ». Autre article qui ne trouve pas grâce aux yeux de l'Apoce : le 39. Celui-ci porte sur l'immobilisation du véhicule pour réparation au-delà de 7 jours et exige que « le concessionnaire mette à la disposition du client un véhicule de remplacement, sauf dispositions contractuelles prévoyant une durée inférieure ». Ainsi, dans le premier alinéa, il est stipulé que « pour les véhicules des genres camionnette, camion, autocar, autobus, tracteur routier, remorque, semi-remorque et engins roulants, le concessionnaire est tenu de verser au client l'équivalent du manque à gagner causé par cette immobilisation, justifié par des documents probants ». A ce propos, le Dr Zebdi signale que « la majorité des propriétaires de ce genre de véhicules sont des journaliers et n'ont pas de contrat ou autres documents pour justifier le manque à gagner ». L'Apoce remet également en cause l'article 45 qui accorde aux concessionnaires, déjà installés, un délai de 12 mois à partir de la date de publication du décret au JO « pour se conformer aux dispositions liées aux nouvelles conditions relatives aux infrastructures et à l'obligation de s'approvisionner exclusivement auprès du constructeur concédant ». Et pour cause, l'association soutient que le texte n'est pas clair, notamment sur le danger que peuvent représenter les véhicules non conformes importés durant ce délai car les concessionnaires peuvent constituer d'énormes stocks. « On ne fait pas mention de l'interdiction de s'approvisionner en véhicules non conformes pendant cette année de délai », a-t-il noté.
« Le gouvernement a eu le courage de publier le décret » en dépit du lobbying exercé
Pour sa part, l'actuel président de l'AC2A et DG de Sovac, Mourad Oulmi, affirme que ce décret est venu pour réaffirmer les mesures dictées dans le cadre de la loi de finances pour 2014. Il s'agit de « se conformer aux nouvelles conditions d'exercice », a-t-il. L'AC2A a participé à l'élaboration de ce texte. « Je suis d'accord sur le fond et la forme », ajoute-t-il. Selon lui, les principaux points portent sur la mesure de facturation auprès du constructeur. « Grâce à cette procédure, on peut combattre la surfacturation et les concessionnaires multimarques qui refacturent aux filiales et placent leur argent dans les paradis fiscaux », s'est-il réjoui. L'autre mesure concerne « les équipements de sécurité, car auparavant, aucune norme n'était exigée », a-t-il relevé. Autre nouveauté, « l'exigence d'investir dans l'industrie mécanique ou la sous-traitance dans ce domaine pour préparer un réseau de sous-traitants qui travaillera avec un constructeur de véhicules et faciliter ainsi l'exportation directe à partir de l'Algérie », a estimé Oulmi. Selon lui, les concessionnaires peuvent y consacrer 15 à 20% de leur chiffre d'affaires. Enfin, le président d'AC2A conclut : « Le gouvernement a eu le courage de publier ce décret, car il y a un véritable lobbying. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.