JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'émir Djaafar déplore que le film sur l'Emir Abdelkader ne soit pas encore réalisé
Histoire
Publié dans Horizons le 30 - 03 - 2015


L'émir Djaafar El Hassani El Djazaïri, arrière-petit-fils de droite lignée de l'Emir Abdelkader par son fils Ahmed El Hassani El Djazaïri, déplore que le film sur le fondateur de l'Etat algérien moderne ne soit pas encore réalisé. « Ce film n'a pas pu être réalisé. Pour ma part, je déplore qu'on n'ait pas pris soin d'accompagner ce projet jusqu'au bout. Nous espérons, néanmoins, que le nécessaire sera fait dans ce sens. Nous avons d'ailleurs entendu dire que le travail est en cours pour rattraper le temps perdu afin que le film puisse voir enfin le jour dans un délai très proche », a-t-il indiqué dans une interview au magazine « Salama » du mois d'avril. Le projet du film cinématographique portant sur la vie et l'œuvre de l'Emir Abdelkader devait être réalisé par le cinéaste américain Charles Burnett. Le scénario est coécrit par l'anthropologue des religions Zaïm Khenchelaoui et le producteur français Philippe Diaz. « L'Emir est un modèle universellement salué, qui suscite l'amour et le respect des peuples et des nations. Il mérite, et c'est la moindre des choses, que l'on réalise dans son pays un film sur sa vie, permettant de mettre en lumière son combat et sa résistance », a relevé l'émir Djaafar, fondateur et vice-président de la « Fondation internationale Emir Abdelkader pour la culture et le patrimoine », sise à Damas. Il a tenu à exprimer, au nom de la famille de l'Emir établie dans la capitale syrienne, sa « confiance totale » et sa « solidarité sans faille » avec le scénario de M. Khenchelaoui, qu'il considère comme « un des meilleurs spécialistes au monde de l'Emir Abdelkader » et « un expert international dans le domaine du soufisme ». « Il (Khenchelaoui) nous a consultés tout au long de son travail coécrit avec le producteur et scénariste français, Philippe Diaz, ce qui nous a permis de donner le feu vert à leur scénario que nous avons trouvé irréprochable. Honnêtement, je ne crois pas que l'on puisse produire, dans les prochaines années, un scénario aussi complet et aussi documenté et, surtout, aussi bien adapté à un public international », a-t-il estimé. Par ailleurs, l'émir Djaafar a exprimé son souhait de créer à Alger un bureau de la Fondation de l'Emir de Damas et de donner naissance à une fondation pour les jeunes, qui s'appellera « Association pour le soutien de la culture du citoyen algérien et la protection de son milieu ». Il a expliqué qu'il entreprendra des démarches afin de trouver un siège pour cette fondation qui aura pour mission « la diffusion de la culture, la protection du patrimoine et de la culture populaire ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.