Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'intrépide novateur
Boudjemaâ El Ankis
Publié dans Horizons le 04 - 09 - 2015

Loin de là. Quand bien même fut-il énorme- et il l'est toujours- le vide qu'il a laissé derrière, après des décades de domination pratiquement sans partage de son sujet, la relève était déjà sur place. Prête à réoccuper la place du « patriarche », malgré la complexité de la tâche et des risques encourus. Pour les mordus du vieux patrimoine musical de l'époque, le Cardinal – El Anka- était tout simplement « irremplaçable ». Et à tout jeune loup grisé par la reconquête du titre suprême, ils prédisaient un échec quasiment inéluctable. Et pourtant.
Il n'aura pas fallu très longtemps au jeune Boudjemaâ Mohamed de se frayer une place au soleil. Dans la cour des grands, parmi les grands.
Non sans jouer, bien sûr, des coudes avec d'autres interprètes qui lui partageaient et le talent et l'ambition, à l'image de feus El Hachemi Guerouabi, Amar Lachab, H'ssen Saïd... Sa fulgurante ascension sur la scène du grand Alger puis dans tout le pays, fut telle qu'on l'a très vite bombardé par le prestigieux nom d'artiste qu'il a porte jusqu'à son dernier souffle : El Ankis. Un diminutif d'El Anka qui n'était pas, il faut bien y insister, son mentor direct. D'ailleurs nombreux sont ceux qui s'étonnent du parallèle tant les styles du maître et de l' « élève » sont différents.
Une histoire de génies diront les uns sûrement. Les raisons d'une telle distinction ? Elles viennent à la mémoire en foule. Mais c'est surtout le courant novateur qu'il a su incarner qui y est derrière, faisant de lui l'un des pionniers de la modernisation de la musique Châabi, très longtemps soumise à l'austérité de l'interprétation « ankaoui ». Naturellement, l'ambition n'était pas simple pour le jeune Boudjemaâ en quête de nouvelles expressions musicales très prisées, à cette époque, par la jeune génération des mélomanes. Des coups ? Il en a bien reçus des gardiens du temple patrimonial farouchement opposés à toute expression libérée de la partition générale. Et qui le lui avaient bien fait savoir.
Mais il fallait compter sans une ferme détermination à chanter le Chaâbi avec sa façon à lui dont il avait trouvé et puisé la quintessence chez un monument du genre, l'auteur compositeur de génie, Mahboub Safar Bati, qui avait déjà sous l'aile toute une génération de jeunes artistes de renom (Seloua, Abdelkader Chaou, Mohamed Lamari...) Conscient du talent de son protégé, de sa voix puissante et veloutée à la fois, mais aussi de son penchant pour une musique plus « libérale », l'auteur s'est fendu d'une pléiade de chansonnettes qui allaient marquer à jamais non pas seulement la musique mais la culture algérienne, telles que « Rah El Ghali Rah », « Tchaourou Aâlia », « Alach del Ghder »...que Boudjemaâ El Ankis a tout simplement estampillées. Très avide des formes nouvelles, il s'engage également avec une autre sommité du répertoire, Mohamed El Badji, qui lui écrit des textes tout aussi célèbres que « El Meknine Ezzine », « Bahr Ettoufane », « Maâlih Bouab ».
Une collaboration qui allait asseoir et pour l'éternité le prestige d'un Cheikh comme il n'y en a pas deux. De toute évidence, le Chaâbi joué par Boudjemaâ n'a pas été sans influence sur un certain nombre de jeunes interprètes qui en avaient fait carrément un cas d'école, et dont le plus en vue n'est autre que...Amar Ezzahi. C'est vous dire...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.