35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La destruction des mausolées de Tombouctou en procès à La Haye
Mali
Publié dans Horizons le 28 - 02 - 2016

L'accusation tentera dès demain, dans une affaire inédite, de convaincre la Cour pénale internationale de mener un procès contre un chef touareg malien, présumé lié à Al-Qaïda, soupçonné d'avoir orchestré la destruction de mausolées à Tombouctou en 2012. Ahmad Al Faqi Al Mahdi, âgé d'environ 40 ans, est le premier suspect arrêté dans l'enquête de la Cour sur les violences de 2012-2013 au Mali et le premier poursuivi par la CPI pour destructions d'édifices religieux et monuments historiques.
Lors de l'audience dite de confirmation des charges, prévue demain et mercredi, le procureur arguera que son dossier contre lui est assez solide pour justifier un procès. En tant que chef présumé de la « Hesbah », la brigade des mœurs, que M. Al Faqi aurait dirigée et participé personnellement aux attaques contre neuf mausolées et une des plus importantes mosquées de la ville, Sidi Yahia, entre le 30 juin et le 10 juillet 2012, selon la même source. Fondée entre le XIe et le XIIe siècles, par des tribus touareg, et inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l'Islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes. La « cité des 333 saints » a connu son apogée au XVe siècle. La destruction, en 2012, de quatorze mausolées de saints par le groupe Ansar Dine, au nom de la lutte contre « l'idolâtrie », avait dès lors provoqué l'indignation à travers le monde. Selon le mandat d'arrêt émis contre M. Al Faqi, ce dernier est responsable de crimes de guerre. La CPI avait ouvert en 2013 une enquête sur les exactions commises au Mali par les groupes terroristes liés à Al-Qaïda. Ils avaient pris le contrôle du nord du Mali en mars-avril 2012, après la déroute de l'armée face à une rébellion à dominante touareg.
Ces terroristes ont été en grande partie chassés suite au lancement, en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale. Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. L'Unesco a depuis restauré les 14 mausolées détruits à Tombouctou, qui se trouve à quelque 1.000 km au nord-est de la capitale Bamako. Selon Stephen Rapp, ancien diplomate américain spécialiste des questions de crimes de guerre, l'affaire menée par la CPI contre M. Al Faqi pourrait servir d'exemple, notamment auprès des juridictions nationales, au moment où le monde constate avec indignation la destruction de trésors culturels par le groupe Daech en Syrie et en Irak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.