REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Onze artistes contemporains exposent
Musée du Bardo
Publié dans Horizons le 02 - 10 - 2016

L'exposition « Al-Tibak » est visible gratuitement jusqu'au 31 octobre au Musée national du Bardo d'Alger. L'exposition collective « Al-Tibak », inaugurée jeudi soir au Musée national du Bardo à Alger, a regroupé pour sa 4e édition, les œuvres d'arts visuels de onze artistes contemporains algériens et étrangers. Organisée par le collectif « Asswad », l'exposition propose une vingtaine d'œuvres contemporaines alliant entre graffitis, photographie, calligraphie et peinture, réalisées par des artistes du Maroc, d'Italie, d'Allemagne, de Finlande, en plus de l'Algérie. Les œuvres évoquent des thèmes divers tels que l'histoire, la vie, l'amour, la femme et la solitude, interprétés par des styles artistiques notamment la photographie et la vidéo. L'artiste Amel Ben Mohamed explore le drapé, art d'agencement des étoffes et des plis des vêtements représentés en peinture ou en sculpture, à travers trois tableaux imprimés sur toile.
Diplômée de l'Ecole des beaux-arts, cette jeune artiste, qui s'intéresse également à la photographie, invite au mouvement à travers des prises de vue qui cristallisent des pensées et des sensations. Ses réalisations, explique-t-elle, s'inspirent d'une « expression instinctive qui transmet une vision intime et émotive », imprégnée de tout ce qu'elle ressent. Ses œuvres transmettent une poésie et une sensualité imprimée à travers les formes, l'ombre et la lumière. Toujours dans le registre de la photographie, l'artiste marocain Mounir Fatmi, s'intéresse, pour sa part, à la singularité et à la mort dans « La lumière aveuglante », un tableau en noir et blanc sur lequel se greffent des images prises en bloc opératoire. Proche de l'art graphique, Hind Faiza explore à sa manière ce genre à travers des images détournées d'un spectacle du chorégraphe algérien Ahmed Khamis pour en faire un tableau intitulé « hab echbab » (acné) qui, dit-elle, symbolise la tendresse de la femme et le rapport de celle-ci avec l'homme. Riche en couleurs, son tableau porte un regard contemporain sur la femme, dévoilée à travers une approche « esthétique et idéologique ». L'artiste italien Claudio Burel évoque, pour sa part, dans « Vivre dans une boîte », une de ses œuvres présentées au public algérien, le thème de la solitude. Peintre autodidacte, son style allie entre la peinture classique et les nouvelles technologies utilisées pour (re) produire des impressions photographiques retouchées. L'artiste se distingue surtout par l'utilisation des images provenant des projections informatiques. Sa compatriote, Elena Bellanton, explore, quant à elle, le filon de l'art visuel dans un film intitulé « The fox and the wolf : struggle for power »
(Le renard et le loup : la lutte pour le pouvoir). Ce duel est symbolisé par deux danseurs de tango qui portent des masques d'animaux. Les danseurs évoluent dans l'espace où se réunissent habituellement les chefs d'Etat en visite en Italie.
Déroulé sur un fond audio, le spectacle inspiré d'un recueil (The Wolf Man) du fondateur de la psychanalyse Sigmund Freud (1856-1939) met en relief le concept du pouvoir dans la relation du couple à travers la danse tango où l'homme conduit et la femme suit les mouvements. ç


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.