ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Artistes algériens et étrangers y prennent part : Une exposition collective au Bardo
Publié dans Info Soir le 02 - 09 - 2015

L'exposition collective «Al-Tibak», inaugurée hier soir au Musée national du Bardo, à Alger, a regroupé pour sa 3e édition les œuvres d'une quinzaine d'artistes contemporains, algériens et étrangers.
Organisée par le collectif «Asswad», l'exposition comprend une trentaine de tableaux, pour la plupart inédits, entre graffitis, photographies artistiques et des peintures, réalisés par des artistes contemporains d'Algérie, d'Italie, d'Allemagne, de Taïwan et d'Espagne.
Les thèmes sont riches et divers, certains sont d'actualité, comme le phénomène «harraga» (émigration clandestine) exprimés par des styles différents, allant des prises de vue spontanées jusqu'à l'abstrait et l'expressionnisme.
«L'exposition est une réflexion sur l'art et l'imagination créatrice. L'objectif recherché à travers cette manifestation collective est de saisir de façon particulière et intuitive la réalité sociale par l'art», a expliqué Mazia Djaballah, membre du collectif «Asswad».
Elle a ajouté que cette initiative consistait à instaurer, outre un rapprochement culturel entre les pays, une interface entre l'art et la société, grâce aux manifestations artistiques.
Présent à cette exposition, le graphiste et designer Amine Aitouche (alias Sneak), a présenté cinq toiles, dans lesquelles il explore son «subconscient» et fait découvrir au public ses fresques empreintes d'expressionnisme.
«A travers mes œuvres, où j'imprime un certain état d'âme, je veux introduire l'art urbain, peu considéré en Algérie et ailleurs, à la galerie. Le graffiti est surtout un art calligraphique et esthétique. Sur les murs, dans la rue ou dans la galerie, cet art a sa place parmi les autres», a-t-il soutenu. L'artiste-peintre, Safia Amara, quant à elle, a marqué le public par une photographie intemporelle très saisissante, sur laquelle le visiteur aperçoit une chaise vide et une lampe allumée au milieu d'un champ déserté.
Le peintre espagnol, Albert Coma Bau, a également agrémenté la salle du Musée du Bardo par ses fresques qui regorgent d'expressionnisme.
«J'œuvre à travers la peinture à briser les frontières dressées dans notre imaginaire. Une fois que nous nous débarrasserons des bornes dans nos esprits, il n'y aura aucune frontière et nous serons proches les uns des autres», a-t-il noté.
L'exposition «Al-Tibak» se poursuivra jusqu'au 15 septembre au Musée national du Bardo à Alger. L'entrée au grand public est gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.