REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    FONCIER A ORAN : 250 investisseurs ciblés par une opération d'assainissement    ORAN : 2500 familles relogées dès septembre prochain    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Quand Bouchareb bloque le FLN    Déclaration    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    La procédure enclenchée à l'APN    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Premiers incidents post-congrès    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Sonita » et « I, Daniel Blake » séduisent jury et public
Clôture du festival international du cinéma engagé
Publié dans Horizons le 10 - 12 - 2016

Cet ultime film nous plonge dans le monde de la musique. C'est un mélange de beauté, de magie mais aussi de crainte et de « trac ». Le réalisateur a trouvé un moyen attrayant pour évoquer la délinquance, la violence dans la rue auxquelles sont confrontés les jeunes des bas quartiers. La musique semble être un moyen d'évasion de ces derniers, pour continuer à rêver et surtout à survivre. Le film tend la main aux adolescents confrontés à la délinquance. D'un simple coup d'archet, leurs cœurs s'éveillent à l'espoir. Le film donne une belle leçon de vie. Après une semaine de projections de longs-métrages et de documentaires en compétition et en hors compétition, signés par des metteurs en scène de différentes nationalités, le jury à rendu son verdict.
Il a consacré « Sonita » et « I, Daniel Blake », meilleurs films de l'édition. Ce dernier narre les déboires d'un chercheur d'emploi en Grande-Bretagne et un documentaire évoque le sort d'une réfugiée afghane en Iran dont le rêve est de devenir une rappeuse. Sous la contrainte familiale, elle est obligée de se marier. Le jury de la section documentaire a attribué le Grand Prix du genre à « Sonita » de l'Iranien Rokhsarech Ghaemmaghami, pour les valeurs et le courage qu'il véhicule. « Il trace le parcours fragile mais courageux d'une femme. L'implication de la réalisatrice dépasse les frontières géographiques », a souligné le porte-parole du jury, le peintre Denis Martinez. Deux films documentaires ont décroché des mentions spéciales jury. La première est revenue au film hispano-américain, « Hommes invisibles » d'Alfonso Domingo et Jodi Torrent et la deuxième a échu au film colombien « Atentamente » de Camila Rodriguez Triana. Le prix du jury a été décerné au film italien, « Fuoccamare, par-delà Lampedusa » de Gianfranco Rosi. Denis Martinez a expliqué que ces films sont récompensés pour « l'extrême attention accordée aux personnes marginalisées, à la tragédie de notre époque et à la détresse humaine ». « En matière de documentaires, nous avons vu des films qui nous ont passionnés et d'autres qui nous ont questionnés », a-t-il ajouté.
« Un festival-exemple »
Le jury de la section fiction, présidé par Abdelkrim Bahloul, a décerné le Grand Prix au film britannique de Ken Loach, « I, Daniel Blake », lauréat de la Palme d'or au festival de Cannes 2016 et le prix du jury au long métrage yéménite « Moi, Nojoom, 10 ans et divorcée » de Khadidja Al Salami. « Khadidja a fait de sa vie un combat et de son combat, un film », a affirmé le réalisateur. Le public, quant à lui, a décidé de récompenser deux films documentaires et deux autres de fiction. Dans la section documentaire, son choix s'est porté sur « Sonita », réalisé par Rokhsahen Ghhaem Maghami, et « Fiding Fela » de l'Américain Alex Gibney. Dans la section fiction, « I, Daniel Blake », réalisé par Ken Loach, et « Spotlight » de l'Américain Tom MacCarthy ont été récompensés. Le ministre de la Culture qui a assisté à la cérémonie de remise des prix, a estimé que « cette édition a été une totale réussite dans l'organisation et le choix des films ». Le festival, qui a réussi à se tenir sans grande enveloppe budgétaire, est une belle leçon pour les autres festivals. Il a prouvé qu'on pouvait solliciter d'autres ressources financières sans trop compter sur le budget de l'Etat. C'est un exemple à suivre », a-t-il affirmé. Les films projetés, selon lui, « répondaient aux objectifs du festival. Ils sont des plus récents, lauréats de prix internationaux mais véhiculent des valeurs humaines », a-t-il estimé. Pour Mihoubi, « ce festival donne une belle image du cinéma en Algérie ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.