Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chanson kabyle : De Achwiq à la chanson engagée
Publié dans Horizons le 28 - 05 - 2011

• Chérif Kheddam précurseur de la chanson kabyle moderne. La chanson kabyle ne se résume pas uniquement à des entraînants airs de fêtes, ce sont aussi des chansons patriotiques, engagées, modernes ou religieuses. Hier, à l'Ecole supérieure de journalisme et des sciences de l'information, une conférence-débat a été organisée sur la chanson amazighe sous le thème « la chanson kabyle : entre histoire et défis ». C'est en présence des chanteurs Djidda et Cheikh El-Hasnaoui Amechtouh que l'événement culturel a été entamé avec des Achwiq et Ourar Tiwali, chantés généralement par les femmes dans les mariages, les fêtes ou enterrements.
Kamel Boudjemai, chercheur et animateur à la radio chaîne II, a ramené le début de la chanson kabyle aux années 1870. Il a évoqué tous les chercheurs et chanteurs de cette époque qui ont marqué la chanson kabyle tel Amar Boulifa qui a recueilli des récits kabyles et qui ont été par la suite composés en chansons. L'animateur a tenu à expliquer le rôle de la femme dans la chanson kabyle qui, à travers des airs de Achwik ou Thivougharine, exprime ses sentiments profonds d'amour ou de chagrin.
L'orateur explique aussi que c'est durant l'année 1945 que fut sorti le premier disque de la chanson kabyle. Celle-ci se développera par la suite grâce à à la défunte Taouès avec sa troupe «Tabeline», Cheikh Belaid, qui a dans son répertoire 18 disques de 78 tours. Mais l'émergence de la chanson kabyle a été plutôt provoquée par les chansons patriotiques de Farid Ali et sa «A Yema azzizen ouretsrou», (ne pleure pas ô chère maman). Le conférencier explique par la suite que la chanson kabyle a connu une autre dimension après que certains artistes ont été contraints à l'exil comme Allaoua Zerrouki ou Slimane Azzem, cette légende de l'exil qui a chanté «l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort, jamais je ne t'oublierai quel que soit mon triste sort».
Après avoir rappelé aussi le parcours des chanteurs femmes comme La Yamina, La Ounissa et La Zina, Kamel Boudjemai a évoqué l'ère de la chanson kabyle moderne en citant le rôle de Chérif Kheddam et Idir avec son célèbre «Avava Inouva» et Les Abranis qui ont été influencés par les «Beatles».
Cette «modernisation» de la chanson kabyle ne pouvait qu'aboutir à la chanson engagée avec son maître incontesté le défunt Maatoub Lounés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.