Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Dans les starting-blocks    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle : De Achwiq à la chanson engagée
Publié dans Horizons le 28 - 05 - 2011

• Chérif Kheddam précurseur de la chanson kabyle moderne. La chanson kabyle ne se résume pas uniquement à des entraînants airs de fêtes, ce sont aussi des chansons patriotiques, engagées, modernes ou religieuses. Hier, à l'Ecole supérieure de journalisme et des sciences de l'information, une conférence-débat a été organisée sur la chanson amazighe sous le thème « la chanson kabyle : entre histoire et défis ». C'est en présence des chanteurs Djidda et Cheikh El-Hasnaoui Amechtouh que l'événement culturel a été entamé avec des Achwiq et Ourar Tiwali, chantés généralement par les femmes dans les mariages, les fêtes ou enterrements.
Kamel Boudjemai, chercheur et animateur à la radio chaîne II, a ramené le début de la chanson kabyle aux années 1870. Il a évoqué tous les chercheurs et chanteurs de cette époque qui ont marqué la chanson kabyle tel Amar Boulifa qui a recueilli des récits kabyles et qui ont été par la suite composés en chansons. L'animateur a tenu à expliquer le rôle de la femme dans la chanson kabyle qui, à travers des airs de Achwik ou Thivougharine, exprime ses sentiments profonds d'amour ou de chagrin.
L'orateur explique aussi que c'est durant l'année 1945 que fut sorti le premier disque de la chanson kabyle. Celle-ci se développera par la suite grâce à à la défunte Taouès avec sa troupe «Tabeline», Cheikh Belaid, qui a dans son répertoire 18 disques de 78 tours. Mais l'émergence de la chanson kabyle a été plutôt provoquée par les chansons patriotiques de Farid Ali et sa «A Yema azzizen ouretsrou», (ne pleure pas ô chère maman). Le conférencier explique par la suite que la chanson kabyle a connu une autre dimension après que certains artistes ont été contraints à l'exil comme Allaoua Zerrouki ou Slimane Azzem, cette légende de l'exil qui a chanté «l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort, jamais je ne t'oublierai quel que soit mon triste sort».
Après avoir rappelé aussi le parcours des chanteurs femmes comme La Yamina, La Ounissa et La Zina, Kamel Boudjemai a évoqué l'ère de la chanson kabyle moderne en citant le rôle de Chérif Kheddam et Idir avec son célèbre «Avava Inouva» et Les Abranis qui ont été influencés par les «Beatles».
Cette «modernisation» de la chanson kabyle ne pouvait qu'aboutir à la chanson engagée avec son maître incontesté le défunt Maatoub Lounés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.