Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Une anesthésiste contamine 6 membres de sa famille à Sétif    LUTTE CONTRE LE COVID-19 : Une équipe médicale chinoise en visite à Ain Defla    Accidents de la route en zones urbaines: 6 morts et 263 blessés en une semaine    OUVERTS SUR FOND DE PREVENTION SANITAIRE CONTRE LE COVID-19 : 43 plages autorisées à la baignade à Mostaganem    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Ottawa veut renforcer sa coopération avec les pays africains    Porsche décline la 911 Targa    The mask    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Un nouveau baby-boom algérien    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Pr Jamal Mimouni. Département de physique de l'université Constantine 1 : «Cette crise a été révélatrice des défauts systémiques»    Irresponsables !    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Embarek Houcinat n'est plus    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Les raisons d'un malaise    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle : De Achwiq à la chanson engagée
Publié dans Horizons le 28 - 05 - 2011

• Chérif Kheddam précurseur de la chanson kabyle moderne. La chanson kabyle ne se résume pas uniquement à des entraînants airs de fêtes, ce sont aussi des chansons patriotiques, engagées, modernes ou religieuses. Hier, à l'Ecole supérieure de journalisme et des sciences de l'information, une conférence-débat a été organisée sur la chanson amazighe sous le thème « la chanson kabyle : entre histoire et défis ». C'est en présence des chanteurs Djidda et Cheikh El-Hasnaoui Amechtouh que l'événement culturel a été entamé avec des Achwiq et Ourar Tiwali, chantés généralement par les femmes dans les mariages, les fêtes ou enterrements.
Kamel Boudjemai, chercheur et animateur à la radio chaîne II, a ramené le début de la chanson kabyle aux années 1870. Il a évoqué tous les chercheurs et chanteurs de cette époque qui ont marqué la chanson kabyle tel Amar Boulifa qui a recueilli des récits kabyles et qui ont été par la suite composés en chansons. L'animateur a tenu à expliquer le rôle de la femme dans la chanson kabyle qui, à travers des airs de Achwik ou Thivougharine, exprime ses sentiments profonds d'amour ou de chagrin.
L'orateur explique aussi que c'est durant l'année 1945 que fut sorti le premier disque de la chanson kabyle. Celle-ci se développera par la suite grâce à à la défunte Taouès avec sa troupe «Tabeline», Cheikh Belaid, qui a dans son répertoire 18 disques de 78 tours. Mais l'émergence de la chanson kabyle a été plutôt provoquée par les chansons patriotiques de Farid Ali et sa «A Yema azzizen ouretsrou», (ne pleure pas ô chère maman). Le conférencier explique par la suite que la chanson kabyle a connu une autre dimension après que certains artistes ont été contraints à l'exil comme Allaoua Zerrouki ou Slimane Azzem, cette légende de l'exil qui a chanté «l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort, jamais je ne t'oublierai quel que soit mon triste sort».
Après avoir rappelé aussi le parcours des chanteurs femmes comme La Yamina, La Ounissa et La Zina, Kamel Boudjemai a évoqué l'ère de la chanson kabyle moderne en citant le rôle de Chérif Kheddam et Idir avec son célèbre «Avava Inouva» et Les Abranis qui ont été influencés par les «Beatles».
Cette «modernisation» de la chanson kabyle ne pouvait qu'aboutir à la chanson engagée avec son maître incontesté le défunt Maatoub Lounés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.