LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle : De Achwiq à la chanson engagée
Publié dans Horizons le 28 - 05 - 2011

• Chérif Kheddam précurseur de la chanson kabyle moderne. La chanson kabyle ne se résume pas uniquement à des entraînants airs de fêtes, ce sont aussi des chansons patriotiques, engagées, modernes ou religieuses. Hier, à l'Ecole supérieure de journalisme et des sciences de l'information, une conférence-débat a été organisée sur la chanson amazighe sous le thème « la chanson kabyle : entre histoire et défis ». C'est en présence des chanteurs Djidda et Cheikh El-Hasnaoui Amechtouh que l'événement culturel a été entamé avec des Achwiq et Ourar Tiwali, chantés généralement par les femmes dans les mariages, les fêtes ou enterrements.
Kamel Boudjemai, chercheur et animateur à la radio chaîne II, a ramené le début de la chanson kabyle aux années 1870. Il a évoqué tous les chercheurs et chanteurs de cette époque qui ont marqué la chanson kabyle tel Amar Boulifa qui a recueilli des récits kabyles et qui ont été par la suite composés en chansons. L'animateur a tenu à expliquer le rôle de la femme dans la chanson kabyle qui, à travers des airs de Achwik ou Thivougharine, exprime ses sentiments profonds d'amour ou de chagrin.
L'orateur explique aussi que c'est durant l'année 1945 que fut sorti le premier disque de la chanson kabyle. Celle-ci se développera par la suite grâce à à la défunte Taouès avec sa troupe «Tabeline», Cheikh Belaid, qui a dans son répertoire 18 disques de 78 tours. Mais l'émergence de la chanson kabyle a été plutôt provoquée par les chansons patriotiques de Farid Ali et sa «A Yema azzizen ouretsrou», (ne pleure pas ô chère maman). Le conférencier explique par la suite que la chanson kabyle a connu une autre dimension après que certains artistes ont été contraints à l'exil comme Allaoua Zerrouki ou Slimane Azzem, cette légende de l'exil qui a chanté «l'Algérie mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort, jamais je ne t'oublierai quel que soit mon triste sort».
Après avoir rappelé aussi le parcours des chanteurs femmes comme La Yamina, La Ounissa et La Zina, Kamel Boudjemai a évoqué l'ère de la chanson kabyle moderne en citant le rôle de Chérif Kheddam et Idir avec son célèbre «Avava Inouva» et Les Abranis qui ont été influencés par les «Beatles».
Cette «modernisation» de la chanson kabyle ne pouvait qu'aboutir à la chanson engagée avec son maître incontesté le défunt Maatoub Lounés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.