Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DJAMEL MATI DÉDICACE SON NOUVEL OUVRAGE À LA LIBRAIRIE SOCRATE Le passage d'une écriture scientifique au roman
Publié dans Horizons le 23 - 03 - 2009

L'écrivain Djamel Mati a passé une longue après-midi jeudi dernier à la librairie Socrate où il a signé pour ses lecteurs son nouveau roman. Il s'agit d'une œuvre littéraire qui porte le titre énigmatique de LSD, publié aux éditions Alpha. Les lecteurs ont été surpris par ce titre et ont exprimé leur étonnement. « C'est voulu, explique l'auteur. C'est pour moi une manière de susciter la curiosité et d'inciter à la lecture».
Effectivement, il suffit de feuilleter, dès le premier abord, le livre pour connaître les solutions de l'énigme. Il s'agit de têtes de chapitre. Le L est mis pour liens, le S a pour signification, secrets et quant au D, il veut dire, destinées. Ces mots sont écrits en lettres italiques pour les différencier des caractères du texte du roman, donnant ainsi les explications attendues. Le lecteur peut suivre le cheminement de l'auteur et adhérer à sa création romanesque. LSD est donc une création littéraire. C'est un roman avec des personnages fictifs. L'histoire de ce livre comme cela se présente dans le genre du roman, est une fiction. Cependant, comme le précise Djamel Mati, la fiction dans le roman ne doit sa raison d'être que si elle est basée et prend ses racines sur la réalité. La fiction et l'imaginaire dans le roman prennent leur source et leur inspiration dans le vécu, dans le quotidien que vit l'auteur lui-même ou dans celui de ses proches ou des éléments de la société. Le roman obtient son succès grâce à sa manière de peindre le réel sous une forme humaine en laissant lifre cours à la fantaisie de l'auteur et à son génie créatif.
Djamel Mati est devenu un authentique homme de lettres. Il a pourtant à l'origine une formation scientifique. Il est ingénieur. S'il écrit dans cette branche, ce n'est que pour aligner les chiffres qui fourmillent de formules mathématiques. Il procède à leur analyse dans leur logique rationnelle. Il a publié nombre d'études dans cette voie. Ces études n'ont pas d'âme. Elles obéissent seulement à leur valeur dictée par la rationalité indiscutable des mathématiques où le caractère de sentimentalité est totalement et définitivement exclue. Djamel Mati possède dans son subconscient des prédispositions à la création artistique.
C'est ce qui explique son orientation vers la création littéraire. Ce parcours dans les lettres lui est venu d'une manière subite. Il a décidé un jour d'écrire des romans et avec le titre, LSD, il est déjà à son cinquième ouvrage dans ce genre. Dans le roman, Djamel Mati n'est plus prisonnier de la rationalité intrinsèque de la science. Il se libère de sa rigueur et de ses lois. Il est dans sa création littéraire un homme libre. Il l'imprègne de son style personnalisé. Il règne en maître dans la création de ses personnages. En un mot, il humanise son action avec des émotions, des états d'âme, des sentiments, des passions où se côtoient la haine comme l'amour, la traîtrise comme la fraternité, les valeurs de justice ou à l'opposé la négation du droit. Dans cet esprit, Djamel Mati semble avoir trouvé sa vraie voie dans la création littéraire. Son talent est maintenant reconnu internationalement, témoin ses nombreuses participations aux rencontres littéraires des pays francophones.
Kamel Chériti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.