Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Peace and love...
L.S.D., NOUVEAU ROMAN DE DJAMEL MATI
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2009

La librairie Noun accueille cet après-midi, à partir de 15h, une rencontre littéraire avec l'auteur Djamel Mati autour de son dernier roman, sorti chez Alpha...
Hippie dans l'âme, Djamel Mati malgré ses dehors très clean vient de commettre un livre bien compromettant qui flirte avec les psychotropes hallucinogènes, appelés communément L.S.D. Qui a bien pu lui mettre une idée pareille dans la tête, et surtout à évoquer avec une telle audace ce genre de drogues tissées savamment dans une belle intrigue ecclésiastique? Son ami écrivain et docteur Si Larbi? Mati se souvient bien avoir porté les pantalons pattes d'éléphant et les cheveux longs, reconnaît-il avec humour.
Aboutissement d'une écriture déjà hallucinée, Djamel Mati n'en finit pas de partager avec nous ses délicieuses «élucubrations» non dénuées de fantaisie et de poésie, truffées de musicalité aussi, le tout, fruit d'une recherche en documentation bien pointue et rigoureuse. Tout commence par le Big Bang. Un couple, Charles Darwin junior échoue à son examen en anthropologie culturelle et sa copine Suly Lenon attend un enfant.
Une petite tortue surnommé Who égaie leur appartement dans lequel surgira de nulle part le spectre de l'australopithèque Lucy, découverte au sud de l'Ethiopie, datant d'il y a 3 millions d'années, dans les plaines de l'Afar. L'inspiration vient de la célèbre Lucy in the sky with diamonds immortalisée par les Beatles et par la voix cristalline de Paul Mc Cartney.
La musique de cette période charnière des années 1970 berceau d'une novelle génération «flower-power» faisant rage, accompagne à bon escient les bonnes feuilles de ce roman. L.S.D. en est parfumé. Des Beatles à John Lenon en passant par les Stones et Gorge Harrison. Polar évangélique, L.S.D. met dos à dos les évolutionnistes avec les créationnistes. La religion a sa part du gâteau, bien entendu.
Livre à tiroirs aussi bien philosophique qu'ésotérique, le roman nous plonge dans le mystère du secret du monde bien entretenu par le pape...L.S.D. se veut métaphysique doublé d'existentialiste. Le méchant est un certain Sonny Natas dont le nom rappelle étrangement satan. L.S.D. se veut un roman à rebondissement, presque policier à la même veine que Da Vinci Code.
Le roman ou le film ont-ils inspiré notre auteur? Charles entend la voix de Lucy et finira bientôt par la voir. Les pistes sont brouillées. L'espace et le temps s'entrechoquent. Lucy fini par apparaître, femme en chair et en os devant Charles.
Mandaté par «Celui Qui Sait Tout» Charles a une mission, faire régner de nouveau l'amour et la paix sur terre pour que cesse la destruction de la planète prévue à l'aube de 2051. Date de l'Apocalypse, «tant attendue et souhaitée par les suppôts du diable», il s'agira de sauver l'humanité avant qu'il ne soit trop tard. Charles doit restituer ce dont l'homme doit à la nature après l'avoir «souillée» par ses mains, sinon c'est le retour à la case départ, à l'origine de l'humanité. Hiroshima et sa bombe nucléaire massive...«Comment cela est arrivé? Les créationnistes se sont joints aux évolutionnistes pour faire de l'homme un être anthropocentrique, se croyant le seul maître des lieux, dieu sur terre (...) Dans sa cupide frénésie, l'homme a oublié de réfléchir, de rêver, de créer, de raisonner et finalement faire prospérer l'art, le silence, la pensée, la philosophie, la culture...Ça c'est la part de la science, celle de l'église est tout autre, celle-là entraîne l'homme vers le même comportement, elle lui fait croire qu'il est à l'image de Dieu, qu'il est le seul être de l'univers à posséder les qualités nécessaires pour demeurer au dessus du reste. Les lieux du culte l'ont en quelque sorte divisé...».
C'est ce que nous pouvons lire à la page 168. Djamel Mati se veut objecteur de consciences, sans pour autant prendre parti. Mais son engagement réside bel et bien dans la structure bien agencée de son écriture mûrie après plus de six romans au compteur, révélatrice ainsi d'un talent indiscutable.
En effet, Djamel Mati a déjà publié Le bug de l'an 2000 chez l'OPU en 1999, Sibirkafi.com, un esprit tourmenté aux éditions Marsa en 2003, Fada! Fatras de maux, chez Apic, en 2004, Aigre doux, les élucubrations d'un esprit tourmenté chez Apic en 2005 et On dirait le Sud paru aussi chez Apic en 2007. L.S.D., paru cette année, chez Alpha Editions, confirme cette nouvelle ère de littérature algérienne, appelée communément «jeune génération», au style décalé, moderne et novateur qui rompt avec la soi-disant «littérature de l'urgence».
On en a, en tout cas, grandement besoin. Enfin, une belle bouffée d'oxygène pour notre littérature. A saluer!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.