LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'ici et d'ailleurs : Myriam Ben «J'écris parce que je suis femme»
Publié dans Horizons le 09 - 03 - 2010

En ce 8 mars, notre pensée a été vers Myriam Ben, moudjahida dans les monts de l'Ouarsenis comme agent de liaison. Engagée dans la guerre de Libération, elle est recherchée par la police et entre dans la clandestinité. En 1958, elle est condamnée par contumace à vingt ans de travaux forcés par le tribunal militaire d'Alger. Sa famille, harcelée et menacée, quitte l'Algérie pour Marseille. Elle-même reste dans la clandestinité jusqu'à l'indépendance de l'Algérie. En 1962, elle est nommée maîtresse d'application par le nouveau gouvernement, puis conseillère pédagogique à l'École Normale de Bouzaréah. Née en 1928 à Alger, Myriam Ben, pseudonyme de Marylise Ben Haim naît à Alger fait ses études au Lycée Fromentin aujourd'hui Bouamama. Elle poursuit ensuite une formation d'institutrice tout en continuant des études de philosophie à l'université d'Alger. En 1952, Marylise est nommée institutrice suppléante au village d'Aboutville actuellement Aïn El Hadjar, dans la commune de Aïn Bessam. L'école est délabrée et les paysans arabes n'osent pas y envoyer leurs enfants car ils n'ont pas de chaussures. Pour les instruire, elle va elle-même chercher les enfants dans leur famille.
En 1974, elle revient en Algérie. Elle est chargée de l'organisation de l'enseignement des langues étrangères et des sciences sociales à l'Institut national des hydrocarbures, à Boumerdès où elle exerce jusqu'à sa retraite en 1986. Parallèlement à ses travaux d'écriture, Myriam Ben peint et multiplie les expositions en Algérie et à l'étranger. De 1976 à 1986, le Centre culturel de la Wilaya d'Alger expose ses œuvres régulièrement. Jusqu'en 1992, elle expose chaque année avec d'autres femmes peintres pour commémorer la Journée internationale des femmes, le 8 mars. Elle est membre de l'Union des écrivains algériens, de l'Union nationale des anciens Moudjahidine et du Mouvement des femmes algériennes. Un de ses poèmes est éloquent concernant la femme algérienne : «J'écris, parce que je suis femme. J'écris, parce que je dois dire le silence des femmes».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.