Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TRADITIONS : Quand le Ramadhan frappe aux portes des Constantinois
Publié dans Horizons le 20 - 08 - 2009

PH. : Lylia M. Le compte à rebours est enclenché. A la veille du mois sacré, la cité du Vieux Rocher sent le Ramadhan à pleines trompettes.
Depuis pratiquement la mi-Châabane, la famille constantinoise renoue avec des rites et coutumes qu'elle a su conserver jalousement, érigeant sa mémoire collective en barrière contre la transgression des méandres du temps.
Pour les retardataires, au lendemain d'un retour précipité des vacances, le programme "préparatifs spécial ramadan" est rattrapé in extremis. Au prix de prouesses habiles, le "personnel" est réquisitionné, le nécessaire de nettoyage fourni et la maison transformée, par enchantement, en véritable chantier. Le grand nettoyage du Ramadhan est un fait social incontournable dans le répertoire des traditions de la famille constantinoise.
Déplacer les meubles, les passer au vernis, décrocher les rideaux, enlever les nappes, changer de literie, dégarnir les placards… Rien ne résiste à cette frénésie de grande eau. Pour les membres de la famille, il faut faire preuve de patience et de beaucoup de souplesse pour se déplacer à l'intérieur de la maison.
Plus heureux sont encore ceux qui repeignent carrément leurs demeures. Dans la mémoire de la ville de Constantine, à l'époque de l'habitat commun appelé communément "dar el Djirène", cette tâche incombait résolument aux femmes. Toutes heureuses d'accueillir le mois sacré, les "h'rayar" de la médina passent elles mêmes les murs de leurs maisonnettes à la chaux, quittant ainsi leurs fourneaux pour troquer leurs tabliers contre celui du "Sayes", peintre de la ville. Une fois rassurées que leurs foyers scintillent sous la baguette du changement de décors, l'intérêt des femmes se tourne tout particulièrement vers leurs cuisines.
A Constantine, le Ramadhan est synonyme de vaisselle neuve. La fameuse "Borma" d'argile détrône, du moins pour un mois, l'insipide cocotte- minute. Avec un "F'tour" attendu qu'en fin d'après-midi, l'onctueux "djari frik", plat principal de la région de l'est, a tout le loisir de frémir à petit feu, tournant la tête au plus coriace des jeûneurs.
LE M'RACH, LES ÉPICES ET LE RESTE : DES DÉTAILS DE TAILLE
Si les femmes à Constantine courent les marchés pour accommoder leurs acquisitions à leurs besoins, elles n'oublient pas moins ces artisans qui, de tout temps, ont marqué d'une empreinte artistique cette Cité de labeur. Car bien entendu, comme le veut la tradition, le rinçage des plateaux de cuivre, un art séculaire toujours en vogue, et tout l'arsenal pour servir un café à "la Constantinoise" dont notamment le porte-serviettes, porte-cuillères, sucrier et le "M'rach" à l'indispensable eau de fleurs d'oranger ou à l'eau de rose distillée, sont des détails majeurs dont l'oubli est impardonnable pour la réputation d'une bonne ménagère.
BON-GRÉ, MAL-GRÉ, IL FAUT ACHETER
Si les éclairs annoncent l'orage, l'adhan, la rupture du jeun, la flambée des prix, elle, annonce invariablement l'approche du Ramadhan. Que de sous économisés, que de privations de vacances ou de simples déplacements pour peu qu'ils soient onéreux, toute une stratégie pour arriver à assumer son couffin un mois durant. Un mois pendant lequel envies et avis, pour de nombreux ménages, se disputent inlassablement le porte- monnaie du consommateur.
Faire ses achats dans une autre cité, dans un autre marché, la démarche est vaine. Souk El Asser, dans les parages de la vieille médina, pourtant longtemps appelé Souk Zaoualia (démunis), n'échappe pas non plus à cette fièvre des prix.
Ces derniers jours, le discours n'est plus qu'à la recrudescence des prix, mais le "Ramadhan est clément", affirme une dame sûre qu'il ramènera avec lui comme à l'accoutumée sa "baraka".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.