Des aliments sains à consommer avant de faire du sport    Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Raison d'Etat    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TRADITIONS : Quand le Ramadhan frappe aux portes des Constantinois
Publié dans Horizons le 20 - 08 - 2009

PH. : Lylia M. Le compte à rebours est enclenché. A la veille du mois sacré, la cité du Vieux Rocher sent le Ramadhan à pleines trompettes.
Depuis pratiquement la mi-Châabane, la famille constantinoise renoue avec des rites et coutumes qu'elle a su conserver jalousement, érigeant sa mémoire collective en barrière contre la transgression des méandres du temps.
Pour les retardataires, au lendemain d'un retour précipité des vacances, le programme "préparatifs spécial ramadan" est rattrapé in extremis. Au prix de prouesses habiles, le "personnel" est réquisitionné, le nécessaire de nettoyage fourni et la maison transformée, par enchantement, en véritable chantier. Le grand nettoyage du Ramadhan est un fait social incontournable dans le répertoire des traditions de la famille constantinoise.
Déplacer les meubles, les passer au vernis, décrocher les rideaux, enlever les nappes, changer de literie, dégarnir les placards… Rien ne résiste à cette frénésie de grande eau. Pour les membres de la famille, il faut faire preuve de patience et de beaucoup de souplesse pour se déplacer à l'intérieur de la maison.
Plus heureux sont encore ceux qui repeignent carrément leurs demeures. Dans la mémoire de la ville de Constantine, à l'époque de l'habitat commun appelé communément "dar el Djirène", cette tâche incombait résolument aux femmes. Toutes heureuses d'accueillir le mois sacré, les "h'rayar" de la médina passent elles mêmes les murs de leurs maisonnettes à la chaux, quittant ainsi leurs fourneaux pour troquer leurs tabliers contre celui du "Sayes", peintre de la ville. Une fois rassurées que leurs foyers scintillent sous la baguette du changement de décors, l'intérêt des femmes se tourne tout particulièrement vers leurs cuisines.
A Constantine, le Ramadhan est synonyme de vaisselle neuve. La fameuse "Borma" d'argile détrône, du moins pour un mois, l'insipide cocotte- minute. Avec un "F'tour" attendu qu'en fin d'après-midi, l'onctueux "djari frik", plat principal de la région de l'est, a tout le loisir de frémir à petit feu, tournant la tête au plus coriace des jeûneurs.
LE M'RACH, LES ÉPICES ET LE RESTE : DES DÉTAILS DE TAILLE
Si les femmes à Constantine courent les marchés pour accommoder leurs acquisitions à leurs besoins, elles n'oublient pas moins ces artisans qui, de tout temps, ont marqué d'une empreinte artistique cette Cité de labeur. Car bien entendu, comme le veut la tradition, le rinçage des plateaux de cuivre, un art séculaire toujours en vogue, et tout l'arsenal pour servir un café à "la Constantinoise" dont notamment le porte-serviettes, porte-cuillères, sucrier et le "M'rach" à l'indispensable eau de fleurs d'oranger ou à l'eau de rose distillée, sont des détails majeurs dont l'oubli est impardonnable pour la réputation d'une bonne ménagère.
BON-GRÉ, MAL-GRÉ, IL FAUT ACHETER
Si les éclairs annoncent l'orage, l'adhan, la rupture du jeun, la flambée des prix, elle, annonce invariablement l'approche du Ramadhan. Que de sous économisés, que de privations de vacances ou de simples déplacements pour peu qu'ils soient onéreux, toute une stratégie pour arriver à assumer son couffin un mois durant. Un mois pendant lequel envies et avis, pour de nombreux ménages, se disputent inlassablement le porte- monnaie du consommateur.
Faire ses achats dans une autre cité, dans un autre marché, la démarche est vaine. Souk El Asser, dans les parages de la vieille médina, pourtant longtemps appelé Souk Zaoualia (démunis), n'échappe pas non plus à cette fièvre des prix.
Ces derniers jours, le discours n'est plus qu'à la recrudescence des prix, mais le "Ramadhan est clément", affirme une dame sûre qu'il ramènera avec lui comme à l'accoutumée sa "baraka".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.