L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marché de l'art
Favoriser la création actuelle
Publié dans Info Soir le 21 - 11 - 2009

Débat n Une biennale crée un marché de l'art à l'échelle mondiale.
Le festival d'art contemporain qui se tient à Alger depuis mardi, et ce, jusqu'à la fin du mois de février 2010, est une manifestation visant à faire connaître au public l'art contemporain et les dernières créations. Il est aussi un espace où sont réunis divers artistes de plusieurs pays, venus d'Afrique, d'Amérique latine, d'Asie, du Moyen-Orient et même d'Europe.
Ce festival s'emploie à privilégier les artistes du Sud, d'où la relation Sud -Sud. Il est aussi l'occasion – et le moment – de soulever la problématique du marché de l'art aussi bien entre les pays du Sud qu'entre le Sud et le Nord.
Ainsi, une table ronde a eu lieu, jeudi, à la salle des conférences de l'hôtel Essafir, dans laquelle a été abordée la question du marché de l'art notamment entre les deux hémisphères (Nord et Sud).
Danny Montes de Oca Moreda, une artiste peintre cubaine et commissaire de la biennale de La Havane, a expliqué que «le marché de l'art entre le Sud et le Nord existe à travers les biennales, celles-ci sont étroitement liées au marché de l'art», et d'ajouter : «La biennale de La Havane, créée en 1984, en est un exemple.»
Les biennales consistent alors à créer une plateforme susceptible de favoriser et d'encourager la création actuelle, un endroit pour permettre aux artistes d'exposer et de faire parler leurs œuvres et les idées qu'elles contiennent et véhiculent, ainsi que le rapport que chacun entretient avec son environnement et son monde. «L'idée de mettre en place une biennale est de créer un espace de relation entre les différents artistes des cinq continents», dit-elle, et de poursuivre : «C'est aussi une manière de présenter un nouveau type d'art – et une nouvelle forme d'expression artistique, plus actuelle – porteur de nouvelles idées et exprimant une nouvelle vision du monde.»
Une biennale rassemblant des artistes avant-gardistes, a pour objectif de rénover l'art, de renouveler le champ de la création, de révolutionner les idées artistiques, politiques, socioculturelles abordées et développées dans l'œuvre en question. Une biennale s'impose comme étant une institution sur la scène internationale permettant de créer un marché de l'art à l'échelle mondiale favorisant l'échange, le rapprochement – et donc le dialogue.
Une biennale, tout comme le marché de l'art, exprime une contemporanéité et engage, en conséquence, une réflexion sur l'art en question et sur la relation que peuvent entretenir – et développer le Sud avec le Nord et inversement. Une biennale – ou le marché de l'art – consiste ainsi à parler du rapport entre les deux hémisphères.
n Evelyne Artaud, une critique d'art venue de France, a insisté sur le rapport entre le marché de l'art généralement dominé par des mécènes privés et les institutions publiques, à savoir les musées. Car les institutions publiques ont pour devoir non pas de favoriser les artistes cotés dans le marché de l'art local ou international, mais d'accompagner et de soutenir la jeune création. Samir M'Kadmi, un artiste tunisien et commissaire d'exposition, a évoqué, dans son intervention, le rôle du marché de l'art – celui-ci est lié à l'environnement social, culturel, politique et même économique auquel il appartient – dans le renouveau du langage artistique. Ainsi, «l'art se définit par l'actualité», dit-il, et de poursuivre : «Il s'inscrit dans le présent et il peut s'avancer sur tous les thèmes. Il se caractérise également par la liberté d'expression, économique et du mouvement.» Liberté d'expression, parce que l'art contemporain ne peut s'exprimer que s'il évolue dans un environnement où la liberté d'expression et de création n'est pas contrôlée ou muselée. Economique, parce qu'il nécessite des moyens pour soutenir et développer la création. Mouvement, parce que l'art contemporain doit et a besoin de circuler d'un pays à l'autre, d'une biennale à l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.