Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Un an de prison requis contre Fodil Boumala    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





6 000 DA en 1999, 12 000 DA en 2007, de combien sera-t-il augmenté ?
Il était une fois le Smig…
Publié dans Info Soir le 02 - 12 - 2009

Evolution n Devant les mutations économiques et sociales du pays, le Snmg a connu plusieurs revalorisations depuis le début des années 1990.
Avant d'atteindre la somme actuelle de
12 000 DA, le salaire national minimum garanti (Snmg) est passé par plusieurs étapes. Les revalorisations successives du Snmg étaient décidées par le souci d'adaptation avec les nouvelles mutations économiques et sociales, mais surtout pour sauvegarder le pouvoir d'achat des citoyens qui ne cessait de dégringoler et, par ricochet, contenir la grogne sociale. A partir de 1990, donc, le Snmg a été revu à plusieurs reprises à la hausse.
En effet, après un long dialogue entre la Centrale syndicale, l'Ugta et le gouvernement, le salaire minimum a été porté à 2 500 DA à partir du mois de juillet 1991. Une année plus tard, le Snmg passera à 3 500 DA. Le seuil minimum du salaire des Algériens restera inchangé pendant 2 années, avant de connaître une augmentation de 500 DA. De 1994 à 1997 les salaires resteront stables.
Il a fallu attendre 1997 pour connaître une augmentation. Ainsi le Snmg connaîtra une hausse en trois phases. Tout d'abord il passera de 4 000 DA à 4 800 DA à partir du 1er mai 1997, puis à 5 400 DA à partir du mois de janvier 1998, pour atteindre ensuite 6 000 DA à partir du 1er septembre 1998. Quelque temps après, soit le 1er janvier 2004, le gouvernement a consenti de revaloriser le Snmg à 8 000 DA.
Cette augmentation, comme les précédentes d'ailleurs, est intervenue pour apaiser le bouillonnement de la société qui était visiblement très touchée par les licenciements massifs des travailleurs ainsi que par la privatisation des entreprises publiques et la hausse des prix des produits alimentaires. Par la suite, la situation du pays s'est améliorée, notamment par la conjoncture économique favorable grâce à la hausse des prix du pétrole, mais également à l'amélioration de la situation sécuritaire.
Dans ce climat, le Snmg a été relevé pour franchir, pour la première fois, les 5 chiffres et atteindre la barre symbolique des 10 000 DA. La dernière augmentation du Snmg remonte au 1er janvier 2007, dans une conjoncture identique. Pour rappel, cette augmentation a été décidée après de longues discussions entre les trois parties concernées, à savoir le gouvernement, la Centrale syndicale (Ugta) et le patronat. Ce que l'on peut retenir de toutes ces augmentations, c'est qu'elles étaient souvent de 2 000 DA d'un côté, et qu'elles ont été rendues possibles grâce à des revendications constantes des citoyens.
Toutefois, la quasi-totalité des augmentations n'ont pas vraiment amélioré les conditions de vie des citoyens et encore moins leur pouvoir d'achat, car chaque fois qu'intervient une augmentation des salaires, elle est suivie d'une augmentation du prix des produits alimentaires de large consommation sans parler des augmentations des prix du gaz et de l'électricité. Bref, ce que l'Etat donne d'une main, il le reprend de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.