Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la Chine s'éveillera
Publié dans Info Soir le 03 - 12 - 2011

Constat - Le marché mondial est marqué ces dernières années par une prolifération de produits made in China et ce, au grand dam des fabricants locaux.
Le consommateur est souvent interpellé par les médias sur la qualité médiocre des produits chinois et leur risque sur la santé et notamment des plus petits.
En effet, les jouets à risque demeurent en haut du podium, soit 60% des produits incriminés suivis des vêtements, des véhicules à moteurs, d'appareils électriques, des cosmétiques, de médicaments, et la liste est loin d'être exhaustive. Mais cette alerte aux produits chinois de bas étage reste lettre morte devant une tolérance exagérée au nom de la mondialisation et du commerce «de libre-échange».
Ces produits ont été pourtant la cause d'intoxications diverses signalées aux quatre coins du monde. Parmi les cinq types de risques les plus fréquemment notifiés, on citera le risque chimique 26% suivi des blessures (21%), étouffement (14%), choc électrique (11%), étranglements (10%), alors que les 18% restants sont partagés entre différentes pathologies. Plusieurs pays ont instauré, au regard de la dangerosité de cette marchandise, des règles de contrôle drastique même si certains produits arrivent tout de même à échapper à la vigilance des contrôleurs. Pour de nombreux observateurs, l'origine du problème vient du manque de suivi des processus de fabrication à la source. Plus de 50% des produits chinois ne respectent pas les exigences de qualité reconnues internationalement, attestent-ils. Pour les commandes suivies sur place pendant et à la fin de la fabrication, le risque s'est vu, selon les experts, réduit à hauteur de 30%. Le problème n'est toutefois pas réglé pour autant car beaucoup de pays, notamment ceux en voie de développement, peinent à se mettre d'accord sur ce principe qui est une condition sine qua non pour retirer du marché cette marchandise «honteuse».
Il est utile de rappeler dans ce cadre que les matières premières utilisées pour les produits destinés au marché américain et européen diffèrent des composants des produits à destination de l'Afrique et du reste du tiers-monde. En effet, nombreuses sont les usines chinoises qui respectent parfaitement les normes selon les zones de destination.
Parallèlement, les mêmes produits sont reproduits à l'identique avec des matières bon marché fabriquées à destination de l'Afrique et du reste du tiers-monde. Des produits qui passent comme une lettre à la poste. Ils sont reconnus et acceptés par, aussi bien, les importateurs, les distributeurs que les consommateurs qui sont prêts à passer outre les normes de qualité pour leurs prix alléchants.
Le temps a ainsi fini par donner raison à Napoléon Ier qui avait prédit la montée en puissance de la Chine : «Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera.»
La prophétie a été reprise il y a trente ans de cela par l'écrivain et l'homme politique français Alain Peyrefitte.
- En Algérie, la situation semble échapper à tout contrôle, le consommateur continue de subir les conséquences de ces produits défectueux qui arrivent tout droit de l'empire asiatique. Le made in China inonde les étals de nos commerces allant du simple article scolaire, aux produits de consommation en passant par des équipements de tous genres. De bonne qualité ou pas, les bourses modestes en raffolent. Mais, ont-elles vraiment le choix ? Il faut dire que rien ne peut arrêter les barrons de ce commerce ultra-dangereux, animés par le seul souci du gain, et qui n'hésitent pas à mettre en péril même la vie des bébés. L'important c'est de trouver des acquéreurs qui ferment les yeux sur des produits aussi nocifs que le lait mélaminé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.