Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coutumes & Traditions
Hommes et femmes d'Algérie Massinissa (XXII)
Publié dans Info Soir le 24 - 01 - 2012


Massinissa, qui était un rude guerrier, encouragea la littérature et les arts, envoya ses enfants étudier en Grèce et reçut à sa cour de nombreux écrivains et artistes étrangers. C'était un homme rude, mais qui savait aussi se comporter en souverain raffiné, portant de riches vêtements et une couronne sur la tête, donnant, dans son palais de Cirta, des banquets où les tables étaient chargées de vaisselle d'or et d'argent et où se produisaient les musiciens venus de Grèce. Il ne dédaigna guère la civilisation carthaginoise, dont il sut tirer avantage. La langue punique fut d'un usage courant dans sa capitale. Vers la fin de sa vie, il voulut s'emparer de Carthage pour en faire sa capitale. Les Romains, qui redoutaient qu'il n'acquière une trop grande puissance, s'opposèrent à ce projet. Caton, attirant l'attention sur le danger que représentait Massinissa, lança sa célèbre formule : «il faut détruire Carthage !» Ce fut de nouveau la guerre en Afrique et, après d'âpres combats, Carthage fut livrée aux flammes, puis au pillage. Les survivants furent réduits en esclavage et la ville fut entièrement rasée (149 avant J.-C.). Massinissa, mort quelque temps plus tôt, n'a pas assisté à la chute de la ville convoitée. Ses sujets, qui l'aimaient, lui dressèrent un mausolée non loin de Cirta, sa capitale, et un temple à Thougga, l'actuelle Dougga, en Tunisie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.