Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M?dina J?dida (Oran)
La colère des marchands ambulants
Publié dans Info Soir le 10 - 06 - 2004

Cas Ils sont pris en tenaille. D?un côté les commerçants légaux, d?un autre les autorités locales.
La colère des marchands ambulants de M?dina J?dida est montée d?un cran, hier, après le rejet par l?administration locale, d?une autorisation qui leur permettrait d?exercer leur activité contre le paiement d?une taxe perçue directement par la commune. Selon les marchands ambulants, la décision prise unilatéralement par les autorités locales risque «de mettre le feu aux poudres en jetant à la rue des centaines de pères de famille et autres jeunes sans travail» qui tirent l?essentiel de leur subsistance de cette activité près du vieux marché couvert de Sidi Okba.
Aussi, cette décision n?a pas été au goût des marchands ambulants, qui considèrent «la décision imposée par les autorités locales comme une alerte rouge qui ne ferait qu?aggraver à la crise sociale des couches défavorisées d?Oran».
Cette catégorie de vendeurs, qui se dit consternée par cette forme de hogra la privant de son unique gagne-pain, optera, le cas échéant, pour une grève de la faim illimitée afin d?alerter les pouvoirs publics sur sa situation.
«Cette situation nous dépasse car elle émane des commerçants installés qui se plaignent des désagréments causés par les vendeurs à la sauvette», affirme un responsable local qui balaie d?un revers de la main les griefs contre les services de l?APC. «Nous n?avons rien contre les marchands ambulants, mais nous sommes littéralement assaillis par les commerçants de M?dina J?dida qui ne veulent plus entendre parler de ces vendeurs à la sauvette», ajoute notre interlocuteur. Selon lui, des dispositions pour «légaliser» les marchands ambulants sont à l?étude. Parmi celles-ci, l?aménagement d?une aire pouvant contenir tous ces marchands dans un cadre légal et structuré. Bien entendu, les marchands rechignent à l?idée même d?un «transfert» qui les éloignerait de M?dina J?dida, rappelant «l?expérience» tentée conjointement par l?APC et les fripiers de la Tahtaha. Le résultat a été catastrophique. L?esplanade du parc d?attraction choisi par les services communaux s?est avérée en deçà des espérances des vendeurs «délocalisés» de M?dina J?dida.
Un millier de ces marchands ont vu leurs affaires péricliter. «On ne pouvait plus travailler dans des conditions pareilles. Outre le lieu excentré et hors de la ville, nous avons dû faire face aux agressions des voyous qui nous rançonnaient», explique ce jeune rescapé de ces «lieux maudits» où les familles n?osent plus s?aventurer.
En tout état de cause, l?alerte rouge est perceptible dans les dédales de M?dina J?dida où policiers et vendeurs à la sauvette jouent au chat et à la souris, en attendant qu?une solution définitive soit envisagée, comme le paiement, par exemple, d?une taxe journalière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.