Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anissa Bensalah en concert
Cocktail détonant de divers styles
Publié dans Info Soir le 22 - 02 - 2014

Performance ■ Anissa Bensalah évolue dans le genre forró, cette musique traditionnelle brésilienne.
Pétillante, exubérante, un soupçon d'extravagance, naturelle et originale. C'est en ces termes que l'on peut qualifier Anissa Bensalah, cette Algéro-Brésilienne qui a animé, jeudi, à la salle Ibn Zeydoun, à l'initiative de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), un remarquable concert, mêlant des sons et des styles dans d'extraordinaires phrasés musicaux.
L'artiste s'est montrée pleine de charme et d'un talent avéré, invitant le public à découvrir et à explorer son univers musical particulier, fait autant de rencontres que de fusions improbables.
Tout au long de sa prestation, une découverte pour l'assistance, la jeune artiste va ainsi déployer toute son énergie sur scène en donnant le meilleur d'elle-même pour faire plaisir à son public et répondre à son attente, celle de l'écouter et de la découvrir.
Anissa Bensalah, qui a baladé son public avec sa voix puissante et poignante au timbre proche des Tziganes dans une ambiance samba et bossanova propre de la musique brésilienne, évolue dans le genre forró, cette musique traditionnelle brésilienne. Par moments, elle arrange une chanson arabe façon bossa et invente le jazz dans le style andalou.
Sa voix tropicale, aussi bien émouvante que démonstrative, est mise au service d'un répertoire singulier. Une musique métissée, issue de ses origines algéro-brésiliennes.
Cette jeune chanteuse à fleur de peau et débordante de vie a raconté, d'une chanson à l'autre, son histoire entre rythmes brésiliens (samba, baiao) et nord-africains (musiques de transe). Sa musique est une véritable fusion identitaire.
L'un des moments forts du show, c'était quand Anissa Bensalah, à la voix captivante, a, à sa façon et selon sa sensibilité, interprété des textes du poète syrien Adonis, et ce, sur des compositions de musique brésilienne. Elle a, en outre, déclamé quelques vers du poète palestinien Mahmoud Darwich, traduits en français.
L'autre moment fort du spectacle, c'est lorsqu'Anissa Bensalah a interprété Ya Rayeh, et c'est sur cette chanson qu'elle conclut sa prestation, qui n'était qu'une extraordinaire performance musicale. Un véritable show, qu'elle a partagé avec le public, qui a beaucoup apprécié son répertoire musical, riche en sonorités, et qui est, d'ailleurs, le fruit de son parcours identitaire multiple.
A ce propos, Anissa Bensalah, née à Haïti, a aussi vécu à Dakar, Beyrouth et Paris. C'est pour dire la richesse de ce brassage musical, une diversité culturelle qui lui a permis de forger son propre style et son genre à elle, donc d'avoir une empreinte, une personnalité musicale, la sienne.
Révélée par son premier album, Matriz, en 2013, album dont elle puisera la quintessence de son concert à Ibn Zeydoun, Anissa Bensalah dévoile des fusions raffinées : cet album chanté en portugais, en arabe et en français, permet à Anissa Bensalah de dresser un panorama riche et bien à elle. A travers son spectacle, Anissa Bensalah a offert au public un dialogue raffiné et intelligent de ses diverses origines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.