La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crimée / Les Occidentaux mis devant le fait accompli
Poutine a-t-il gagné «la bataille de Crimée» ?
Publié dans Info Soir le 18 - 03 - 2014

Ratification ■ Le Président russe s'est dit prêt, ce mardi, à ratifier le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie, faisant fi des sanctions occidentales.
M. Poutine devait s'exprimer sur le sujet à 11h GMT au Kremlin devant les deux chambres du Parlement russe, les dirigeants des régions russes et les représentants de la société civile, deux jours après le plébiscite sur le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.
D'ores et déjà, le Kremlin a annoncé que le chef de l'Etat était prêt à ratifier un accord prévoyant l'intégration à la Russie de la Crimée, péninsule de la mer Noire qui avait été offerte en 1954 à l'Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. La Douma (chambre basse du Parlement russe) a pour sa part adopté une déclaration de soutien au peuple de Crimée, promettant d'«assurer la sécurité» des Criméens «indépendamment de leur origine ethnique, de leur langue et de leur religion». Hier soir, M. Poutine a déjà signé un décret reconnaissant l'indépendance de la péninsule séparatiste ukrainienne de Crimée, étape nécessaire pour son intégration à la Russie. Celle-ci doit en effet faire l'objet d'un accord entre deux Etats indépendants. Peu avant, l'Union européenne et les Etats-Unis, qui n'ont cessé de condamner la prise de contrôle de la Crimée par les forces pro-russes après la destitution du président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, avaient sanctionné la Russie. Annoncées presque simultanément à Bruxelles et Washington, les sanctions européennes et américaines, plutôt symboliques, concernent un nombre limité de hauts responsables russes et ukrainiens pro-russes et épargnent a priori M. Poutine. Onze personnes sont visées selon la Maison Blanche : sept Russes et quatre personnes accusées de collusion avec la Russie en Ukraine, dont le président déchu, Viktor Ianoukovitch, un conseiller, et deux dirigeants séparatistes de Crimée. Dans le même temps, les ministres européens des Affaires étrangères ont pris des sanctions - restrictions de visas et gels d'avoirs - contre 21 responsables ukrainiens et russes, a annoncé le ministre lituanien Linas Linkevicius. Mais il n'y a pas, pour l'instant, de ministres du gouvernement russe visés, a-t-on précisé de source diplomatique. De telles sanctions sont inédites dans l'histoire des relations UE-Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991. Ces menaces ne semblaient pas émouvoir le maître du Kremlin, sorti renforcé du référendum et dont la cote de popularité en Russie a battu un record depuis sa réélection à la présidence russe en mai 2012. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues ce soir sur la place Rouge à un concert pour soutenir la politique du Kremlin. De leur côté, les autorités séparatistes de Crimée ont brûlé les étapes pour rejoindre le giron russe, en annonçant tour à tour une proclamation d'indépendance, une demande de rattachement adressée à Moscou, la dissolution des unités militaires ukrainiennes, l'introduction du rouble et le passage le 30 mars au fuseau horaire de Moscou. A Kiev, le Parlement ukrainien a approuvé au même moment une mobilisation partielle de ses forces armées pour faire face à «l'ingérence de la Russie dans les affaires intérieures de l'Ukraine», au lendemain d'un référendum que le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a qualifié de «grande farce». Les députés ont également approuvé l'octroi de près de 530 millions d'euros pour assurer l'aptitude au combat des forces armées. Les soldats ukrainiens déployés en Crimée «resteront là-bas», a affirmé le ministre de la Défense Igor Tenioukh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.