Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parlez-vous l?algérien ?
Djeha
Publié dans Info Soir le 23 - 08 - 2004

Beaucoup de gens croient que Djeha est un personnage typiquement algérien. En réalité, comme beaucoup de choses et beaucoup de personnages, il nous vient d'Orient. Si on en croit les traditions, les anecdotes relatives à Djeha ont pour auteur un certain Nasreddine Khodja, dont on connaissait le tombeau en Asie mineure. Ce Nasreddine aurait été, pour les uns, cadi puis bouffon de Timourlenk, le fameux conquérant tatar, pour les autres, d'un prince seldjoukide, un certain 'Ala Eddine.
Quoi qu'il en soit, on allait, notamment dans l'empire ottoman, associer le personnage à toutes les anecdotes burlesques et à toutes les facéties.
Si les Turcs l'appelaient Nasreddine Khodja, les Arabes, notamment en Egypte, lui donnaient le nom de Djeha, ou, avec la prononciation orientale, Djoha. La littérature de langue arabe connaît de nombreux recueils, le plus souvent anonymes, intitulés Nawadir Djoha (anecdotes de Djoha). C'est par le biais de ces ouvrages, très populaires, que le personnage de Djeha est entré en Algérie et au Maghreb. Le personnage s'est bien acclimaté chez nous, répondant sans doute aux goûts et aux besoins de l'époque. Un grand nombre d?anecdotes que l'on rapporte à son propos sont connues en Orient, mais beaucoup sont également locales. Il n'est pas impossible que le personnage, devenu célèbre, ait pris la place de quelque comique local, en tout cas, les histoires se déroulent toujours dans un environnement algérien.
Au XIXe siècle, l'ethnologue allemand Mouliéras a publié un recueil d'anecdotes kabyles recueillies dans le Djurdjura. En Kabylie, le personnage est devenu si commun qu'il a éclipsé le comique local, M?qidech. Ce «Djeha kabyle» est également connu dans d'autres régions d'Algérie et certaines anecdotes, notamment à Alger, lui opposent un «Djeha arabe». Il y a également un «Djeha chrétien», Djeha rumi, souvent roulé par le Djeha arabe !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.