ANP : 4 terroristes abattus à Mila    AGENCE DES AUTOROUTES : L'autoroute interdite aux camions en surcharge    EXPULSION DE MIGRANTS: Alger dénonce ‘'l'intox'' des ONG    La marche des libertés violemment réprimée    Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Entre foi religieuse et cérémonies traditionnelles    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Le "Onze" gagnant de Belmadi    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Ouyahia bientôt face aux députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un héros “underground”
“DJEHA”, D'ABDERRAHMANE LOUNES
Publié dans Liberté le 06 - 07 - 2010


Il se moque des règles, ridiculise les gouvernants, malmène les pauvres, escroque les riches, use de sa ruse pour punir les malfaiteurs, mais n'est point justicier et n'a pour ambition que de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Il aspire à bien se nourrir, à trouver un toit pour dormir et à mener une existence, la plus simple possible. Lui, c'est Djeha. Un homme qui utilise son esprit adroitement, qui s'attire souvent des ennuis et qui n'a peur de rien. En fait, dans son cas, les seules choses qui puissent lui faire peur c'est son imagination débordante et ses ruses audacieuses. Dans le but de sortir ce personnage mythique et largement représentatif de l'humour algérien, des vieux tiroirs, de l'oubli, Abderrahmane Lounes vient de publier, aux éditions Casbah, le recueil Djeha. Articulé autour de174 pages, illustré et présenté dans une très belle édition, Djeha est un florilège d'historiettes, récoltées ça et là par l'auteur qui écrit dans l'avant-propos : “Cette anthologie de la bonne humeur, roman collectif de l'Algérie éternelle, s'inscrit précisément dans ce souci de soustraire à l'oubli une branche importante de notre patrimoine culture qu'il ne plus être permis de laisser indéfiniment inexploré.” Dans une exhaustive et pertinente présentation, Abderrahmane Lounes explique la dimension sociopolitique qu'avait prise le personnage de Djeha en Algérie, au lendemain de l'indépendance. Il évoque également ses différentes manifestations et autres apparitions dans le patrimoine universel. Même si son nom change d'une société humaine à une autre, sa fourberie, son intelligence et sa malice sont les mêmes. Dans le recueil d'Abderrahmane Lounes, on retrouve plein d'anecdotes et de petites histoires de Djeha, notamment “Djeha et le Cadi”, “Djeha au festin”, “Djeha et la marmite”, “Djeha et le clou”, “Djeha et les voleurs”, “Djeha et la tête de brebis” ou encore “la Mort de Djeha”. En tout cas, plein d'histoires qui mettent en évidence l'intelligence hors norme de ce héros populaire de notre enfance, qui a traversé les âges et qui continue, aujourd'hui encore, à nous faire rire, même si Djeha n'est pas suffisamment présent et exploité dans l'art. Kateb Yacine est un des rares artistes à avoir travaillé sur ce personnage dans le théâtre, et mis à part un feuilleton télévisé produit par la télévision algérienne dans les années 2000, l'exploitation de cette figure patrimoniale du Maghreb n'a pas encore acquis toute la place qu'elle mérite. Beaucoup reste encore à faire, mais l'ouvrage d'Abderrahmane Lounes est un bon début.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.