Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Littérature africaine : Un engagement pour le changement
Publié dans Info Soir le 27 - 11 - 2014

Sensibilisation ■ Djaïli Amadou Amal est une écrivaine camerounaise. Après un premier roman titré «Walaandé, l'art de partager un mari» et paru en 2010, elle sort, un second, «Le Mistiriijo, la mangeuse d'âmes».
Dans «Le Mistiriijo, la mangeuse d'âmes», un roman descriptif, l'auteure évoque et décrit des pratiques liées à la tradition qui existent encore dans les régions sahéliennes, et le lecteur est d'emblée emporté dès la première page dans l'univers complexe et énigmatique peul, il découvrira les multiples facettes de la culture de ce peuple, encore sous l'emprise de certaines pratiques comme surtout la sorcellerie, dite mistiraaku.
Ainsi, Djaïli Amadou Amal dénonce et critique ces croyances et ces pratiques qui sévissent lourdement dans certains pays africains, elle s'élève vivement contre les superstitions qui plongent les sociétés africaines dans une forme d'obscurantisme et de régression culturelle.
Mais écrire ce roman, c'est dire encore son agacement et l'envie viscérale de dénoncer des pratiques sociales qui relèguent la femme à un rôle minoritaire. En effet, «Le Mistiriijo, la mangeuse d'âmes» est aussi un roman qui raconte la condition de la femme en Afrique. Mais ce n'est pas tout. Il parle également des préjugés qui stigmatisent la femme. Le roman, qui est poignant, s'impose comme «une plaidoirie remarquable et passionnée pour la défense du statut de la femme en Afrique». A ce propos, Djaïli Amadou Amal dit : «Mon roman s'inscrit dans la continuité de mes sujets favoris qui est la condition de la femme et les discriminations faites aux femmes. Il évoque un sujet particulièrement grave qui se passe chez nous. Il s'agit du fait d'accuser des femmes de troisième âge de sorcellerie. Cela va d'une simple accusation banale mais, à la fin, cela peut avoir des conséquences extrêmement dramatiques. Car, ces femmes sont chassées de leurs communautés, elles sont battues et lynchées par la foule et même quelques fois tuées.»
Elle explique que le roman est écrit pour «tirer la sonnette d'alarme» et pour «sensibiliser sur le sujet».
«C'est aussi pour mettre en exergue le fait que cela soit une société musulmane qui a gardé des traditions et coutumes peuls et, aujourd'hui, il y a un amalgame entre ce qui est traditionnel et religieux», souligne-t-elle.
Il se trouve qu'en écrivant, Djaïli Amadou Amal est sévèrement critiquée, voire stigmatisée.
«J'ai été traitée de rebelle, de folle car je n'étais pas d'accord avec la façon dont la femme est perçue et considérée», dit-elle, et de poursuivre : «J'ai décidé alors de me servir de ma plume pour sensibiliser les gens autour de mon pays et de ce que vivent les femmes. Je n'oblige personne à penser comme moi, à partager les mêmes idées que moi mais de ne pas baisser les yeux et d'y penser.»Celle pour qui l'écriture est un engagement, un devoir, une nécessité, voire les trois à la fois, estime qu'il fallait écrire pour sensibiliser les gens sur les discriminations des femmes et les préjugés faits à leur encontre.
En somme, elle raconte les multiples maux qui minent les sociétés africaines, et ce, à travers des mots directs, réfractaires, parfois agressifs, mais souvent réconfortants, attachants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.